Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Saṃyutta Nikāya >> Saḷāyatana Saṃyutta

SN 35.127
Bhāradvāja Sutta
— Le vénérable Bhāradvāja —

Piṇḍola Bhāradvāja donne des instructions au roi Udena pour maintenir une vie de chasteté.




En une occasion, le vénérable Piṇḍola Bhāradvāja résidait à Kossambi, dans le parc de Ghosita. En cette occasion-là, le roi Udena vint le voir et échangea avec lui des salutations courtoises. Après cet échanges de salutations amicales et de courtoisies, le roi s'assit d'un côté. Alors qu'il était assis là, il dit au vénérable Piṇḍola Bhāradvāja:

— Quelle est la cause, Sieur Bhāradvāja, quelle est la raison pour laquelle les jeunes bhikkhous, jeunes gens aux cheveux noirs, bénéficiant des bienfaits de la jeunesse, au premier stade de la vie, sans avoir profité des plaisirs sensuels, suivent néanmoins la vie brahmique, qui est complète et pure, et le maintiennent durant toute leur vie?

— Mahārāja, voici ce qu'a dit le Fortuné qui sait et qui voit, l'arahant correctement et pleinement éveillé: 'Venez, bhikkhous, vis-à-vis des femmes qui sont assez âgées pour être votre mère, établissez l'attitude [mentale] que vous auriez envers votre mère. Vis-à-vis des femmes qui sont assez âgées pour être votre sœur, établissez l'attitude que vous auriez envers votre sœur. Vis-à-vis des femmes qui sont assez jeunes pour être votre fille, établissez l'attitude que vous auriez envers votre fille.' Voici une cause, voici une raison, Mahārāja, pour laquelle les jeunes bhikkhous, jeunes gens aux cheveux noirs, bénéficiant des bienfaits de la jeunesse, au premier stade de la vie, sans avoir profité des plaisirs sensuels, suivent néanmoins la vie brahmique, qui est complète et pure, et le maintiennent durant toute leur vie.

— L'esprit est indiscipliné, Sieur Bhāradvāja. Parfois, des états de désir apparaissent, même vis-à-vis de femmes qui sont assez âgées pour être votre mère... votre sœur... assez jeunes pour être votre fille. Y a-t-il une autre cause, une autre raison pour laquelle les jeunes bhikkhous... suivent néanmoins la vie brahmique, qui est complète et pure, et le maintiennent durant toute leur vie?

— Mahārāja, voici ce qu'a dit le Fortuné qui sait et qui voit, l'arahant correctement et pleinement éveillé: 'Venez, bhikkhous, passez ce corps en revue, en partant la plante des pieds vers le haut, en partant des bouts des cheveux vers le bas, entouré de peau, et rempli de choses malpropres: 'Dans ce corps, il y a des cheveux, des poils, des ongles, des dents, de la peau, de la chair, des tendons, des os, de la moelle osseuse, des reins, un cœur, un foie, de la plèvre, une rate, des poumons, des intestins, un mésentère, le contenu de l'estomac, des excréments, de la bile, du flegme, du pus, du sang, de la sueur, de la graisse, des larmes, du gras, de la salive, de la morve, du fluide d'articulations et de l'urine.' Voici une autre cause, voici une autre raison, Mahārāja, pour laquelle les jeunes bhikkhous... suivent néanmoins la vie brahmique, qui est complète et pure, et le maintiennent durant toute leur vie.

Sieur Bhāradvāja, pour ceux qui sont développés en corps,{1} développés en vertu, développés en esprit, développés en sagesse, cela n'est pas difficile à faire. Mais pour ceux qui ne sont pas développés en corps, ne sont pas développés en vertu, ne sont pas développés en esprit, ne sont pas développés en sagesse, cela est difficile à faire. Parfois, bien qu'on pense: 'Considérons le corps comme répugnant', on le perçoit comme étant attractif. Y a-t-il une autre cause, une autre raison pour laquelle les jeunes bhikkhous... suivent néanmoins la vie brahmique, qui est complète et pure, et le maintiennent durant toute leur vie?

— Mahārāja, voici ce qu'a dit le Fortuné qui sait et qui voit, l'arahant correctement et pleinement éveillé: 'Venez, bhikkhous, demeurez en surveillant les portes de vos facultés sensorielles. Lorsque vous voyez une forme avec l'œil, ne saisissez pas son apparence ni ses caractéristiques. Puisque, si vous laissez la faculté de l'œil sans surveillance, des états mentaux malsains et mauvais tels que le désir ou le mécontentement pourraient vous assaillir, pratiquez la restreinte vis-à-vis d'elle, surveillez-la. Entreprenez la restreinte vis-à-vis de la faculté de l'œil.

Lorsque vous entendez un son avec l'oreille...

Lorsque vous sentez une odeur avec le nez...

Lorsque vous goûtez une saveur avec la langue...

Lorsque vous ressentez un objet tactile avec le corps...

Lorsque vous percevez un phénomène mental avec l'esprit, ne saisissez pas son apparence ni ses caractéristiques. Puisque, si vous laissez la faculté de l'esprit sans surveillance, des états mentaux malsains et mauvais tels que le désir ou le mécontentement pourraient vous assaillir, pratiquez la restreinte vis-à-vis d'elle, surveillez-la. Entreprenez la restreinte vis-à-vis de la faculté de l'esprit.' Voici une autre cause, voici une autre raison, Mahārāja, pour laquelle les jeunes bhikkhous, jeunes gens aux cheveux noirs, bénéficiant des bienfaits de la jeunesse, au premier stade de la vie, sans avoir profité des plaisirs sensuels, suivent néanmoins la vie brahmique, qui est complète et pure, et le maintiennent durant toute leur vie.

— C'est merveilleux, Sieur Bhāradvāja! C'est exceptionnel, combien cela a été bien dit par le Fortuné qui sait et qui voit, l'arahant correctement et pleinement éveillé! Voici la cause même, voici la raison même pour laquelle les jeunes bhikkhous, jeunes gens aux cheveux noirs, bénéficiant des bienfaits de la jeunesse, au premier stade de la vie, sans avoir profité des plaisirs sensuels, suivent néanmoins la vie brahmique, qui est complète et pure, et le maintiennent durant toute leur vie. Moi-même, Sieur Bhāradvāja, lorsque j'entre dans mon harem sans surveillance vis-à-vis de mon corps, de ma parole et de mon esprit, avec une attention défaillante, sans restreinte vis-à-vis des facultés sensorielles, je suis puissamment assailli par des états de désir. Mais lorsque j'entre dans mon harem en ayant établi la surveillance vis-à-vis de mon corps, de ma parole et de mon esprit, ayant établi mon attention, ayant établi la restreinte vis-à-vis des facultés sensorielles, je ne suis pas assailli par de tels états de désir.

Magnifique, Sieur Bhāradvāja, Magnifique. Comme s'il avait redressé ce qui avait été renversé, révélé ce qui était caché, montré le chemin à celui qui se serait perdu, ou porté une lampe dans l'obscurité de sorte que ceux qui ont des yeux puissent voir les formes, de même Sieur Bhāradvāja a clarifié le Dhamma de différentes manières. Je prends refuge auprès du Fortuné, auprès du Dhamma, et auprès du Sangha. Puisse Sieur Bhāradvāja se souvenir de moi comme d'un disciple laïc qui a pris refuge auprès de lui, à compter de ce jour et pour la vie.





Bodhi leaf



Note

1. développé en corps: d'après MN 36, celui dont l'esprit n'est pas envahi par les sensations de plaisir est considéré comme étant développé en corps, et celui dont l'esprit n'est pas envahi par les sensations de douleur est considéré comme étant développé en esprit. D'après le Commentaire, 'développé en corps' signifie 'étant établi dans la restreinte des sens'.



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu
et Connected Discourses of the Buddha de Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.