SN 16.3
Candūpama Sutta
— En comparaison à la lune —
[ canda: lune | ūpama: comparaison ]

Le Bouddha explique à quelle condition un bhikkhou est apte à approcher les familles, puis à quelle condition son enseignement du Dhamma est pur.




Pāḷi



sāvatthiyaṃ viharati...

Français



À Savatthi

“candūpamā, bhikkhave, kulāni upasaṅkamatha: apakasseva kāyaṃ, apakassa cittaṃ, niccanavakā kulesu appagabbhā. seyyathāpi, bhikkhave, puriso jarudapānaṃ vā olokeyya pabbatavisamaṃ vā nadīviduggaṃ vā apakasseva kāyaṃ, apakassa cittaṃ; evameva kho, bhikkhave, candūpamā kulāni upasaṅkamatha: apakasseva kāyaṃ, apakassa cittaṃ, niccanavakā kulesu appagabbhā”.

Bhikkhous, vous devriez approcher les familles en comparaison à la lune:{1} en retenant le corps, en retenant l'esprit, en vous comportant toujours comme des inconnus, sans impudence envers les familles. Tout comme un homme qui inspecte un vieux puits, un chemin de montagne malaisé ou un gué difficile à franchir le fait en retenant le corps, en retenant l'esprit; de la même manière, bhikkhous, vous devriez approcher les familles en comparaison à la lune: en retenant le corps, en retenant l'esprit, en vous comportant toujours comme des inconnus, sans impudence envers les familles.

“kassapo, bhikkhave, candūpamo kulāni upasaṅkamati: apakasseva kāyaṃ, apakassa cittaṃ, niccanavako kulesu appagabbho. taṃ kiṃ maññatha, bhikkhave, kathaṃrūpo bhikkhu arahati kulāni upasaṅkamitun”ti?

Bhikkhous, Kassapa approche les familles en comparaison à la lune: en retenant le corps, en retenant l'esprit, en se comportant toujours comme un inconnu, sans impudence envers les familles. Qu'en pensez-vous, bhikkhous, quel genre de bhikkhou mérite d'approcher les familles?

— “bhagavaṃmūlakā no, bhante dhammā bhagavaṃnettikā bhagavaṃpaṭisaraṇā. sādhu vata, Bhanté bhagavantaṃyeva paṭibhātu etassa bhāsitassa attho. bhagavato sutvā bhikkhū dhāressantī”ti.

Bhanté, le Dhamma a le Fortuné pour racine, il a le Fortuné pour guide, il a le Fortuné pour protecteur. Il serait excellent, Bhanté, que le Fortuné clarifie lui-même la signification de cette parole. L'ayant entendue de la part du Fortuné, les bhikkhous la retiendront à l'esprit.

atha kho bhagavā ākāse pāṇiṃ cālesi.

Alors le Fortuné fit osciller sa main dans les airs.

— “seyyathāpi, bhikkhave, ayaṃ ākāse pāṇi na sajjati na gayhati na bajjhati; evameva kho, bhikkhave, yassa kassaci bhikkhuno kulāni upasaṅkamato kulesu cittaṃ na sajjati na gayhati na bajjhati: ‘labhantu lābhakāmā, puññakāmā karontu puññānī’ti; yathāsakena lābhena attamano hoti sumano, evaṃ paresaṃ lābhena attamano hoti sumano. evarūpo kho, bhikkhave, bhikkhu arahati kulāni upasaṅkamituṃ.

— Tout comme, bhikkhous, cette main n'est pas attachée à l'air, elle n'y est pas attrapée ni retenue; de la même manière, lorsqu'il approche les familles, l'esprit d'un bhikkhou n'est pas attaché, n'est pas attrapé ni retenu [et il pense:] 'Que ceux qui désirent une acquisition l'obtiennent, que ceux qui désirent du mérite fassent du mérite'; il est aussi content et ravi de ses propres gains qu'il est content et ravi des gains des autres. Un tel bhikkhou mérite d'approcher les familles.

“kassapassa, bhikkhave, kulāni upasaṅkamato kulesu cittaṃ na sajjati na gayhati na bajjhati — ‘labhantu lābhakāmā, puññakāmā karontu puññānī’ti; yathāsakena lābhena attamano hoti sumano; evaṃ paresaṃ lābhena attamano hoti sumano.

Lorsqu'il approche les familles, bhikkhous, l'esprit de Kassapa n'est pas attaché, n'est pas attrapé ni retenu [et il pense:] 'Que ceux qui désirent une acquisition l'obtiennent, que ceux qui désirent du mérite fassent du mérite'; il est aussi content et ravi de ses propres gains qu'il est content et ravi des gains des autres.

“taṃ kiṃ maññatha, bhikkhave, kathaṃrūpassa bhikkhuno aparisuddhā dhammadesanā hoti, kathaṃrūpassa bhikkhuno parisuddhā dhammadesanā hotī”ti?

Qu'en pensez-vous, bhikkhous, comment l'enseignement du Dhamma d'un bhikkhou est-il impur, et comment son enseignement du Dhamma est-il pur?

— “bhagavaṃmūlakā no, bhante dhammā bhagavaṃnettikā bhagavaṃpaṭisaraṇā. sādhu vata, Bhanté bhagavantaṃyeva paṭibhātu etassa bhāsitassa attho. bhagavato sutvā bhikkhū dhāressantī”ti.

Bhanté, le Dhamma a le Fortuné pour racine, il a le Fortuné pour guide, il a le Fortuné pour protecteur. Il serait excellent, Bhanté, que le Fortuné clarifie lui-même la signification de cette parole. L'ayant entendue de la part du Fortuné, les bhikkhous la retiendront à l'esprit.

— “tena hi, bhikkhave, suṇātha, sādhukaṃ manasi karotha: bhāsissāmī”ti.

— Écoutez cela, bhikkhous, faites bien attention: je vais parler.

— “evaṃ, bhante”ti kho te bhikkhū bhagavato paccassosuṃ. bhagavā etadavoca:

— Oui, Bhanté, répondirent les bhikkhous au Fortuné. Celui-ci dit:

— “yo hi koci, bhikkhave, bhikkhu evaṃcitto paresaṃ dhammaṃ deseti: ‘aho vata me dhammaṃ suṇeyyuṃ, sutvā ca pana dhammaṃ pasīdeyyuṃ, pasannā ca me pasannākāraṃ kareyyun’ti; evarūpassa kho, bhikkhave, bhikkhuno aparisuddhā dhammadesanā hoti.

— Si un bhikkhou enseigne le Dhamma aux autres en ayant à l'esprit: 'Oh, qu'ils entendent le Dhamma venant de moi; l'ayant entendu, qu'ils gagnent de la dévotion envers le Dhamma; une fois dévoués, qu'ils me montrent leur dévotion!', alors l'enseignement du Dhamma d'un tel bhikkhou est impur.

“yo ca kho, bhikkhave, bhikkhu evaṃcitto paresaṃ dhammaṃ deseti: ‘svākkhāto bhagavatā dhammo sandiṭṭhiko akāliko ehipassiko opaneyyiko paccattaṃ veditabbo viññūhīti. aho, vata me dhammaṃ suṇeyyuṃ, sutvā ca pana dhammaṃ ājāneyyuṃ; ājānitvā ca pana tathattāya paṭipajjeyyun’ti. iti dhammasudhammataṃ paṭicca paresaṃ dhammaṃ deseti, kāruññaṃ paṭicca anuddayaṃ paṭicca anukampaṃ upādāya paresaṃ dhammaṃ deseti. evarūpassa kho, bhikkhave, bhikkhuno parisuddhā dhammadesanā hoti.

Si un bhikkhou enseigne le Dhamma aux autres en ayant à l'esprit: 'Le Dhamma est bien exposé par le Fortuné: il est visible directement, immédiat, il invite à venir voir, il est efficace, il est à être expérimenté individuellement par les hommes de connaissance. Oh, qu'ils entendent le Dhamma venant de moi; l'ayant entendu, qu'ils comprennent le Dhamma; et l'ayant compris, qu'ils pratiquent en conséquence!', il enseigne ainsi le Dhamma aux autres à cause des bonnes qualités intrinsèques au Dhamma, il enseigne le Dhamma par compassion, par bonté, par sympathie, et alors l'enseignement du Dhamma d'un tel bhikkhou est pur.

“kassapo, bhikkhave, evaṃcitto paresaṃ dhammaṃ deseti: ‘svākkhāto bhagavatā dhammo sandiṭṭhiko akāliko ehipassiko opaneyyiko paccattaṃ veditabbo viññūhīti. aho, vata me dhammaṃ suṇeyyuṃ, sutvā ca pana dhammaṃ ājāneyyuṃ, ājānitvā ca pana tathattāya paṭipajjeyyun’ti. iti dhammasudhammataṃ paṭicca paresaṃ dhammaṃ deseti, kāruññaṃ paṭicca anuddayaṃ paṭicca anukampaṃ upādāya paresaṃ dhammaṃ deseti.

Bhikkhous, Kassapa enseigne le Dhamma aux autres en ayant à l'esprit: 'Le Dhamma est bien exposé par le Fortuné: il est visible directement, immédiat, il invite à venir voir, il est efficace, il est à être expérimenté individuellement par les hommes de connaissance. Oh, qu'ils entendent le Dhamma venant de moi; l'ayant entendu, qu'ils comprennent le Dhamma; et l'ayant compris, qu'ils pratiquent en conséquence!', il enseigne ainsi le Dhamma aux autres à cause des bonnes qualités intrinsèques au Dhamma, il enseigne le Dhamma par compassion, par bonté, par sympathie.

kassapena vā hi vo, bhikkhave, ovadissāmi yo vā panassa kassapasadiso. ovaditehi ca pana vo tathattāya paṭipajjitabban”ti.

Bhikkhous, je vous exhorte en prenant Kassapa pour exemple, ou quelqu'un qui lui est semblable. Ayant été exhortés, vous devriez pratiquer en conséquence.





Bodhi leaf


Note

1. approcher les familles en comparaison à la lune: D'après le Commentaire: Tout comme la lune, glissant dans le ciel, ne construit pas d'intimité, d'affection ou d'attachement envers qui que ce soit, et ne suscite pas non plus d'affection, de désir ni d'obsession, et cependant reste précieuse et agréable pour la multitude; de la même manière, vous ne devriez pas construire d'intimité... avec qui que ce soit, et en agissant ainsi, vous approcherez les familles en comparaison à la lune, précieux et agréables pour la multitude. De plus, la lune dissipe l'obscurité et émet de la lumière, de même vous dissiperez l'obscurité des impuretés et émettrez la lumière de la connaissance.



Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.