SN 55.1
Cakkavattirāja Sutta
— Un monarque qui fait tourner la roue —

Voici comment un mendiant vêtu de loques peut être plus à l'aise qu'un monarque universel ayant accès à des quantités de plaisirs divins.




Pāḷi



sāvatthinidānaṃ.

Français



À Savatthi.

kiñcāpi, bhikkhave, rājā cakkavattī catunnaṃ dīpānaṃ issariyādhipaccaṃ rajjaṃ kāretvā kāyassa bhedā paraṃ maraṇā sugatiṃ saggaṃ lokaṃ upapajjati devānaṃ tāvatiṃsānaṃ sahabyataṃ, so tattha nandane vane accharāsaṅghaparivuto dibbehi ca pañcahi kāmaguṇehi samappito samaṅgībhūto paricāreti, so catūhi dhammehi asamannāgato, atha kho so aparimuttova nirayā aparimutto tiracchānayoniyā aparimutto pettivisayā aparimutto apāyaduggativinipātā.

Mendiants, bien qu'un monarque qui fait tourner la roue, ayant exercé son pouvoir, son empire et sa souveraineté sur les quatre continents, lors de la dissolution du corps, après la mort, réapparaisse dans une bonne destination, dans un monde paradisiaque, en compagnie des dévas de Tavatimsa et que là, entouré dans le jardin du Plaisir d'une compagnie de nymphes célestes, il se divertisse avec les cinq agréments de la sensualité déviques dont il est nanti et pourvu, puisqu'il ne possède pas quatre qualités, il n'est toujours pas délivré de l'enfer, il n'est pas délivré du sein animal, il n'est pas délivré du plan d'existence des esprits affligés, il n'est pas délivré des existences infortunées, des mauvaises destinations, des mondes inférieurs.

kiñcāpi, bhikkhave, ariyasāvako piṇḍiyālopena yāpeti, nantakāni ca dhāreti, so catūhi dhammehi samannāgato, atha kho so parimutto nirayā parimutto tiracchānayoniyā parimutto pettivisayā parimutto apāyaduggativinipātā’’.

Mendiants, bien qu'un noble disciple se sustente avec des morceaux de nourriture d’aumônes et qu'il se vêtisse de loques, puisqu'il possède quatre qualités, il est délivré de l'enfer, il est délivré du sein animal, il est délivré du plan d'existence des esprits affligés, il est délivré des existences infortunées, des mauvaises destinations, des mondes inférieurs.

katamehi catūhi? Idha, bhikkhave, ariyasāvako buddhe aveccappasādena samannāgato hoti: ‘itipi so bhagavā arahaṃ sammāsambuddho vijjācaraṇasampanno sugato lokavidū anuttaro purisadammasārathi satthā devamanussānaṃ buddho bhagavā’ti.

Quelles sont ces quatre? À cet égard, mendiants, un noble disciple possède une confiance vérifiée dans le Bouddha: «Assurément, ce Fortuné est un arahant véritablement éveillé, accompli en connaissance et en [bonne] conduite, sublime, connaisseur du monde, suprême guide des personnes désirant l'entraînement, enseignant des dévas et des humains, un Fortuné éveillé.»

dhamme aveccappasāda samannāgato hoti: ‘svākkhāto bhagavatā dhammo sandiṭṭhiko akāliko ehipassiko opaneyyiko paccattaṃ veditabbo viññūhī’ti.

Il possède une confiance vérifiée dans le Dhamma: «Le Dhamma est bien exposé par le Fortuné: il est visible directement, immédiat, il invite à venir voir [par soi-même], il est efficace, à être expérimenté individuellement par les sages.»

saṅghe aveccappasāda samannāgato hoti: ‘suppaṭipanno bhagavato sāvakasaṅgho, ujuppaṭipanno bhagavato sāvakasaṅgho, ñāyappaṭipanno bhagavato sāvakasaṅgho, sāmīcippaṭipanno bhagavato sāvakasaṅgho, yadidaṃ cattāri purisayugāni aṭṭha purisapuggalā, esa bhagavato sāvakasaṅgho āhuneyyo pāhuneyyo dakkhiṇeyyo añjalikaraṇīyo anuttaraṃ puññakkhettaṃ lokassā’ti.

Il possède une confiance vérifiée dans la Communauté: «La Communauté des disciples du Fortuné qui a bien pratiqué, la Communauté des disciples du Fortuné qui a pratiqué droitement, la Communauté des disciples du Fortuné qui a pratiqué méthodiquement, la Communauté des disciples du Fortuné qui a pratiqué adéquatement, c'est-à-dire les quatre paires de personnes, les huit [types d']individus, cette Communauté des disciples du Fortuné est digne de dons, digne d'hospitalité, digne d'offrandes, digne de salutations respectueuses, c'est le suprême champ de mérite pour le monde.»

ariyakantehi sīlehi samannāgato hoti akhaṇḍehi acchiddehi asabalehi akammāsehi bhujissehi viññuppasatthehi aparāmaṭṭhehi samādhisaṃvattanikehi.

Il possède des vertus qui sont attrayantes pour les êtres nobles, sans rupture, sans faille, sans tache, sans défaut, libératrices, louées par les sages, sans fanatisme, menant à la concentration.

imehi catūhi dhammehi samannāgato hoti. yo ca, bhikkhave, catunnaṃ dīpānaṃ paṭilābho, yo catunnaṃ dhammānaṃ paṭilābho catunnaṃ dīpānaṃ paṭilābho catunnaṃ dhammānaṃ paṭilābhassa kalaṃ nāgghati soḷasi’’nti.

Il possède ces quatre qualités. Et entre l'acquisition des quatre continents et l'acquisition de ces quatre qualités, l'acquisition des quatre continents ne vaut pas un seizième de l'acquisition de ces quatre qualités.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Sekha.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.