Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Saṃyutta Nikāya >> Gāmaṇi Saṃyutta

SN 42.2
Tālapuṭa Sutta
— Tālapuṭa le comédien —

Le meneur d'une troupe de théâtre est désillusionné par le Bouddha quant aux résultats de la performance de la comédie en termes de kamma et de naissance future.




En une occasion, le Fortuné séjournait près de Rājagahā, dans la forêt de bambous, au sanctuaire des écureuils. Alors Tālapuṭa, le meneur d'une troupe d'acteurs, alla voir le Fortuné et, à son arrivée, s'étant incliné, il s'assit d'un côté. Lorsqu'il fut assis là, il dit au Fortuné:

Bhanté, J'ai entendu dire qu'il a été transmis par l'ancien enseignement de la tradition des acteurs que: 'Lorsqu'un acteur, sur la scène, au milieu d'un festival, fait rire les gens et leur apporte de la joie avec son imitation de la réalité, alors lors de la dissolution du corps, après la mort, il réapparaît en compagnie des dévas rieurs'. Qu'est-ce que le Fortuné dit de cela?

— Cela suffit, meneur, laisse ça de côté. Ne me demande pas ça.

Une seconde fois ...

Une troisième fois, Tālapuṭa, le meneur de la troupe d'acteurs, dit:

Bhanté, J'ai entendu dire qu'il a été transmis par l'ancien enseignement de la tradition des acteurs que: 'Lorsqu'un acteur, sur la scène, au milieu d'un festival, fait rire les gens et leur apporte de la joie avec son imitation de la réalité, alors lors de la dissolution du corps, après la mort, il réapparaît en compagnie des dévas rieurs'. Qu'est-ce que le Fortuné dit de cela?

— Apparemment, meneur, je n'ai pas réussi à t'éviter en disant: 'Cela suffit, meneur, laisse ça de côté. Ne me demande pas ça.' Alors je vais simplement te répondre. Les êtres qui ne sont pas dépourvus d'avidité, qui sont enchaînés par le lien de l'avidité, se concentrent avec encore plus d'avidité envers les choses attisant l'avidité qui sont présentées par un acteur sur scène au milieu d'un festival. Les êtres qui ne sont pas dépourvus d'aversion, qui sont enchaînés par le lien de l'aversion, se concentrent avec encore plus d'aversion envers les choses attisant l'aversion qui sont présentées par un acteur sur scène au milieu d'un festival. Les êtres qui ne sont pas dépourvus d'ignorance, qui sont enchaînés par le lien de l'ignorance, se concentrent avec encore plus d'ignorance envers les choses attisant l'ignorance qui sont présentées par un acteur sur scène au milieu d'un festival.

— Ainsi, l'acteur - qui est lui-même intoxiqué et négligent, ayant rendu les autres intoxiqués et négligents - lors de la dissolution du corps, après la mort, réapparaît dans ce qui est appelé l'enfer des rieurs. Mais s'il maintient une opinion telle que celle-ci: 'Lorsqu'un acteur, sur la scène, au milieu d'un festival, fait rire les gens et leur apporte de la joie avec son imitation de la réalité, alors lors de la dissolution du corps, après la mort, il réapparaît en compagnie des dévas rieurs', cela constitue sa vue erronée. Maintenant, il y a deux destinations pour les personnes pourvues de vues erronées, je te le dis: ou bien l'enfer, ou bien la matrice animale.

Lorsque cela fut dit, Tālapuṭa, le meneur de la troupe d'acteurs, sanglota et fondit en larmes.

— C'est ce que je n'ai pas réussi à t'éviter en disant: 'Cela suffit, meneur, laisse ça de côté. Ne me demande pas ça.'

— Je ne pleure pas, Bhanté, à cause de ce que le Fortuné m'a dit, mais simplement parce que j'ai été trompé, dupé et abusé pendant longtemps par cet ancien enseignement de la tradition des acteurs qui dit: 'Lorsqu'un acteur, sur la scène, au milieu d'un festival, fait rire les gens et leur apporte de la joie avec son imitation de la réalité, alors lors de la dissolution du corps, après la mort, il réapparaît en compagnie des dévas rieurs'.

— Magnifique, Bhanté! Magnifique! Comme s'il avait redressé ce qui avait été renversé, révélé ce qui était caché, montré le chemin à celui qui se serait perdu, ou porté une lampe dans l'obscurité de sorte que ceux qui ont des yeux puissent voir les formes, de même le Fortuné a clarifié le Dhamma de différentes manières. Je prends refuge auprès du Fortuné, auprès du Dhamma, et auprès du Sangha. Puisse le Fortuné se souvenir de moi comme d'un disciple laïc qui a pris refuge auprès de lui, à compter de ce jour et pour la vie.





Bodhi leaf



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu
et Connected Discourses of the Buddha de Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.