SN 38.3
Dhammavādīpañhā Sutta
— Question sur ceux qui parlent en accord avec le Dhamma —

Qui est-ce dans le monde qui parle en accord avec le Dhamma? Quels sont ceux qui pratiquent bien? Qui se porte bien?




Pāḷi



Ekaṃ samayaṃ āyasmā sāriputto magadhesu viharati nālakagāmake. Atha kho jambukhādako paribbājako yenāyasmā sāriputto ten·upasaṅkami; upasaṅkamitvā āyasmatā sāriputtena saddhiṃ sammodi. Sammodanīyaṃ kathaṃ sāraṇīyaṃ vītisāretvā ekam·antaṃ nisīdi. Ekam·antaṃ nisinno kho jambukhādako paribbājako āyasmantaṃ sāriputtaṃ etad·avoca:

Français



En une occasion, le vénérable Saripoutta séjournait dans le Magadha, près du village de Nalaka. En cette occasion-là, le vagabond spirituel Jamboukhadaka vint voir le vénérable Saripoutta et échangea des courtoisies avec lui. Après cet échange de courtoisies et de salutations amicales, il s'assit d'un côté. Tandis qu'il était assis là, le vagabond spirituel Jamboukhadaka dit au vénérable Saripoutta:

— Ke nu kho, āvuso sāriputta, loke dhamma·vādino, ke loke suppaṭipannā, ke loke sugatā ti?

Ami Saripoutta, qui donc dans le monde parle en accord avec le Dhamma, qui dans le monde pratique bien, qui dans le monde se porte bien?

— Ye kho, āvuso, rāga·p·pahānāya dhammaṃ desenti, dosa·p·pahānāya dhammaṃ desenti, moha·p·pahānāya dhammaṃ desenti, te loke dhamma·vādino.

Ami, ceux qui enseignent le Dhamma pour l'abandon de l'avidité, qui enseignent le Dhamma pour l'abandon de l'aversion, qui enseignent le Dhamma pour l'abandon de l'illusionnement, sont ceux dans le monde qui parlent en accord avec Dhamma.

Ye kho, āvuso, rāgassa pahānāya paṭipannā, dosassa pahānāya paṭipannā, mohassa pahānāya paṭipannā, te loke suppaṭipannā.

Ami, ceux qui pratiquent pour l'abandon de l'avidité, qui pratiquent pour l'abandon de l'aversion, qui pratiquent pour l'abandon de l'illusionnement, sont ceux dans le monde qui pratiquent bien.

Yesaṃ kho, āvuso, rāgo pahīno ucchinna·mūlo tālā·vatthu·kato anabhāvaṅ·kato āyatiṃ anuppāda·dhammo, doso pahīno ucchinna·mūlo tālā·vatthukato anabhāvaṅ·kato āyatiṃ anuppāda·dhammo, moho pahīno ucchinna·mūlo tālā·vatthu·kato anabhāvaṅ·kato āyatiṃ anuppāda·dhammo, te loke sugatā’ti.

Ami, ceux qui ont abandonné l'avidité, qui l'ont coupée à la racine, qui l'ont rendue telle une souche de palmier, qui l'ont anéantie, qui l'ont rendue incapable de réapparaître dans le futur, qui ont abandonné l'aversion, qui l'ont coupée à la racine, qui l'ont rendue telle une souche de palmier, qui l'ont anéantie, qui l'ont rendue incapable de réapparaître dans le futur, qui ont abandonné illusionnement, qui l'ont coupé à la racine, qui l'ont rendu tel une souche de palmier, qui l'ont anéanti, qui l'ont rendu incapable de réapparaître dans le futur, sont ceux dans le monde qui se portent bien.

— Atthi pan·āvuso, maggo atthi paṭipadā etassa rāgassa dosassa mohassa pahānāyā ti?

— Mais, ami, y a-t-il une voie, y a-t-il une pratique pour l'abandon de cette avidité, aversion et illusionnement?

— Atthi kho, āvuso, maggo atthi paṭipadā etassa rāgassa dosassa mohassa pahānāyā ti.

Ami, il y a une voie, il y a une pratique pour l'abandon de cette avidité, aversion et illusionnement.

— Katamo, pan·āvuso, maggo katamā paṭipadā etassa rāgassa dosassa mohassa pahānāyā ti?

— Quelle est donc, ami, la voie, quelle est la pratique pour l'abandon de cette avidité, aversion et illusionnement?

— Ayam·eva kho, āvuso, ariyo aṭṭh·aṅgiko maggo etassa rāgassa dosassa mohassa pahānāya, seyyathidaṃ: sammā·diṭṭhi sammā·saṅkappo sammā·vācā sammā·kammanto sammā·ājīvo sammā·vāyāmo sammā·sati sammā·samādhi. Ayaṃ kho, āvuso, maggo ayaṃ paṭipadā etassa rāgassa dosassa mohassa pahānāyā ti.

Ami, pour l'abandon de cette avidité, aversion et illusionnement, il y a cette noble voie à huit composantes, c'est-à-dire: la vue correcte, l'aspiration correcte, la parole correcte, l'action correcte, les moyens de subsistance corrects, l'effort correct, la présence d'esprit correcte et la concentration correcte. Voici donc, ami, quelle est la voie, quelle est la pratique pour l'abandon de cette avidité, aversion et illusionnement.

— Bhaddako, āvuso, maggo bhaddikā paṭipadā, etassa rāgassa dosassa mohassa pahānāya. Alañca pan·āvuso sāriputta, appamādāyā ti.

Ami, la voie est excellente, la pratique est excellente pour l'abandon de cette avidité, aversion et illusionnement. Et c'est suffisant, ami Saripoutta, pour l'assiduité.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.