Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Saṃyutta Nikāya >> Saḷāyatana Saṃyutta

SN 35.230
Bāḷisikopama Sutta
— L'allégorie du pêcheur —
[ bāḷisika: pêcheur | opamma: comparaison, allégorie ]

Comment éviter d'être prit par le crochet de Māra, comme un poisson attiré par un hameçon.




bhikkhous, tout comme si un pêcheur jettait un hameçon avec un appât dans un lac profond et qu'un poisson à la recherche de nourriture l'avalait, de telle manière qu'ayant ainsi avalé le crochet du pêcheur, il sombrerait dans l'infortune et le malheur, et le pêcheur ferait de lui ce qu'il voudrait; de la même manière, il y a six crochets dans le monde, pour l'infortune des êtres, pour le massacre de ceux qui respirent. Quels sont ces six?

Bhikkhous, il y a des formes perceptibles par l'œil qui sont agréables, plaisantes, charmantes, attachantes, qui suscitent le désir, et sont attirantes. Si un bhikkhou s'y complaît, les accueille et les saisit, il est considéré comme un bhikkhou ayant avalé le crochet de Māra, ayant sombré dans l'infortune et le malheur. Le Malin peut faire de lui ce qu'il veut.

Il y a des sons perceptibles par l'oreille...

Il y a des odeurs perceptibles par le nez...

Il y a des goûts perceptibles par la langue...

Il y a des phénomènes mentaux perceptibles par l'esprit qui sont agréables, plaisants, charmants, attachants, qui suscitent le désir, et sont attirants. Si un bhikkhou s'y complaît, les accueille et les saisit, il est considéré comme un bhikkhou ayant avalé le crochet de Māra, ayant sombré dans l'infortune et le malheur. Le Malin peut faire de lui ce qu'il veut.


Maintenant, il y a des formes perceptibles par l'œil qui sont agréables, plaisantes, charmantes, attachantes, qui suscitent le désir, et sont attirantes. Si un bhikkhou ne s'y complaît pas, ne les accueille pas et ne les saisit pas, il est considéré comme un bhikkhou qui n'a pas avalé le crochet de Māra, qui a cassé le corchet, qui a brisé le crochet. Il n'a pas sombré dans l'infortune et le malheur. Le Malin ne peut pas faire de lui ce qu'il veut.

Il y a des sons perceptibles par l'oreille...

Il y a des odeurs perceptibles par le nez...

Il y a des goûts perceptibles par la langue...

Il y a des phénomènes mentaux perceptibles par l'esprit qui sont agréables, plaisants, charmants, attachants, qui suscitent le désir, et sont attirants. Si un bhikkhou ne s'y complaît pas, ne les accueille pas et ne les saisit pas, il est considéré comme un bhikkhou n'ayant pas avalé le crochet de Māra, ayant cassé le corchet, ayant brisé le crochet. Il n'a pas sombré dans l'infortune et le malheur. Le Malin ne peut pas faire de lui ce qu'il veut.





Bodhi leaf



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu
et Connected Discourses of the Buddha de Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.