SN 35.229
Samudda Sutta
— L'océan —
[ samudda: grande étendue d'eau, océan ]

Le Bouddha donne une autre définition de ce qu'est 'l'océan' dans la discipline des êtres nobles, et souligne pourquoi seuls peu parviennent au franchir.




Pāḷi



‘Samuddo , samuddo’ti, bhikkhave, assutavā puthujjano bhāsati. Neso, bhikkhave, ariyassa vinaye samuddo. Mahā eso, bhikkhave, udaka·rāsi mahā·udaka·ṇ·ṇavo.

Français



'L'océan, l'océan', bhikkhous, dit un individu ordinaire sans instruction. Mais cela, bhikkhous, n'est pas l'océan dans la discipline des êtres nobles. Ce n'est qu'une grande masse d'eau, ce n'est qu'une grande étendue d'eau.

Santi, bhikkhave, cakkhu·viññeyyā rūpā iṭṭhā kantā manāpā piya·rūpā kām·ūpasaṃhitā rajanīyā. Ayaṃ vuccati, bhikkhave, ariyassa vinaye samuddo. Etthāyaṃ sa·devako loko sa·mārako sa·brahmako sa·s·samaṇa·brāhmaṇī pajā sa·deva·manussā yebhuyyena samunnā tant·ākulaka·jātā kula·gaṇṭhika·jātā muñja·pabbaja·bhūtā, apāyaṃ duggatiṃ vinipātaṃ saṃsāraṃ n·ātivattati.

Il y a, bhikkhous, des formes connaissables par l'œil{1} qui sont souhaitables, désirables, plaisantes, agréables, liées à la sensualité, qui suscitent l'avidité. C'est cela, bhikkhous, qu'on appelle océan dans la discipline des êtres nobles. Ici, ce monde avec ses dévas, Māra, Brahmā, ses renonçants & brahmanes, cette génération de dévas et d'êtres humains, est dans sa majorité submergé, emmêlé comme une boule de ficelle, noué comme une boule de fil, comme des roseaux et des joncs tressés, et ne peut aller au-delà des existences infortunées, des mauvaises destinations, des mondes inférieurs, de la continuation des existences.

Santi, bhikkhave, sota·viññeyyā saddā iṭṭhā kantā manāpā piya·rūpā kām·ūpasaṃhitā rajanīyā. Ayaṃ vuccati, bhikkhave, ariyassa vinaye samuddo. Etthāyaṃ sa·devako loko sa·mārako sa·brahmako sa·s·samaṇa·brāhmaṇī pajā sa·deva·manussā yebhuyyena samunnā tant·ākulaka·jātā kula·gaṇṭhika·jātā muñja·pabbaja·bhūtā, apāyaṃ duggatiṃ vinipātaṃ saṃsāraṃ n·ātivattati.

Il y a, bhikkhous, des sons connaissables par l'oreille qui sont agréables, plaisants, charmants, attrayants, entretenant la sensualité, qui suscitent l'avidité. C'est cela, bhikkhous, qu'on appelle océan dans la discipline des êtres nobles. Ici, ce monde avec ses dévas, Māra, Brahmā, ses renonçants & brahmanes, cette génération de dévas et d'êtres humains, est dans sa majorité submergé, emmêlé comme une boule de ficelle, noué comme une boule de fil, comme des roseaux et des joncs tressés, et ne peut aller au-delà des existences infortunées, des mauvaises destinations, des mondes inférieurs, de la continuation des existences.

Santi, bhikkhave, ghāna·viññeyyā gandhā iṭṭhā kantā manāpā piya·rūpā kām·ūpasaṃhitā rajanīyā. Ayaṃ vuccati, bhikkhave, ariyassa vinaye samuddo. Etthāyaṃ sa·devako loko sa·mārako sa·brahmako sa·s·samaṇa·brāhmaṇī pajā sa·deva·manussā yebhuyyena samunnā tant·ākulaka·jātā kula·gaṇṭhika·jātā muñja·pabbaja·bhūtā, apāyaṃ duggatiṃ vinipātaṃ saṃsāraṃ n·ātivattati.

Il y a, bhikkhous, des odeurs connaissables par le nez qui sont souhaitables, désirables, plaisantes, agréables, liées à la sensualité, qui suscitent l'avidité. C'est cela, bhikkhous, qu'on appelle océan dans la discipline des êtres nobles. Ici, ce monde avec ses dévas, Māra, Brahmā, ses renonçants & brahmanes, cette génération de dévas et d'êtres humains, est dans sa majorité submergé, emmêlé comme une boule de ficelle, noué comme une boule de fil, comme des roseaux et des joncs tressés, et ne peut aller au-delà des existences infortunées, des mauvaises destinations, des mondes inférieurs, de la continuation des existences.

Santi, bhikkhave, jivhā·viññeyyā rasā iṭṭhā kantā manāpā piya·rūpā kām·ūpasaṃhitā rajanīyā. Ayaṃ vuccati, bhikkhave, ariyassa vinaye samuddo. Etthāyaṃ sa·devako loko sa·mārako sa·brahmako sa·s·samaṇa·brāhmaṇī pajā sa·deva·manussā yebhuyyena samunnā tant·ākulaka·jātā kula·gaṇṭhika·jātā muñja·pabbaja·bhūtā, apāyaṃ duggatiṃ vinipātaṃ saṃsāraṃ n·ātivattati.

Il y a, bhikkhous, des saveurs connaissables par la langue qui sont souhaitables, désirables, plaisantes, agréables, liées à la sensualité, qui suscitent l'avidité. C'est cela, bhikkhous, qu'on appelle océan dans la discipline des êtres nobles. Ici, ce monde avec ses dévas, Māra, Brahmā, ses renonçants & brahmanes, cette génération de dévas et d'êtres humains, est dans sa majorité submergé, emmêlé comme une boule de ficelle, noué comme une boule de fil, comme des roseaux et des joncs tressés, et ne peut aller au-delà des existences infortunées, des mauvaises destinations, des mondes inférieurs, de la continuation des existences.

Santi, bhikkhave, kāya·viññeyyā phoṭṭhabbā iṭṭhā kantā manāpā piya·rūpā kām·ūpasaṃhitā rajanīyā. Ayaṃ vuccati, bhikkhave, ariyassa vinaye samuddo. Etthāyaṃ sa·devako loko sa·mārako sa·brahmako sa·s·samaṇa·brāhmaṇī pajā sa·deva·manussā yebhuyyena samunnā tant·ākulaka·jātā kula·gaṇṭhika·jātā muñja·pabbaja·bhūtā, apāyaṃ duggatiṃ vinipātaṃ saṃsāraṃ n·ātivattati.

Il y a, bhikkhous, des sensations corporelles connaissables par le corps qui sont souhaitables, désirables, plaisantes, agréables, liées à la sensualité, qui suscitent l'avidité. C'est cela, bhikkhous, qu'on appelle océan dans la discipline des êtres nobles. Ici, ce monde avec ses dévas, Māra, Brahmā, ses renonçants & brahmanes, cette génération de dévas et d'êtres humains, est dans sa majorité submergé, emmêlé comme une boule de ficelle, noué comme une boule de fil, comme des roseaux et des joncs tressés, et ne peut aller au-delà des existences infortunées, des mauvaises destinations, des mondes inférieurs, de la continuation des existences.

Santi, bhikkhave, mano·viññeyyā dhammā iṭṭhā kantā manāpā piya·rūpā kām·ūpasaṃhitā rajanīyā. Ayaṃ vuccati, bhikkhave, ariyassa vinaye samuddo. Etthāyaṃ sa·devako loko sa·mārako sa·brahmako sa·s·samaṇa·brāhmaṇī pajā sa·deva·manussā yebhuyyena samunnā tant·ākulaka·jātā kula·gaṇṭhika·jātā muñja·pabbaja·bhūtā, apāyaṃ duggatiṃ vinipātaṃ saṃsāraṃ n·ātivattati.

Il y a, bhikkhous, des phénomènes mentaux connaissables par l'esprit qui sont agréables, plaisants, charmants, attrayants, liés à la sensualité, qui suscitent l'avidité. C'est cela, bhikkhous, qu'on appelle océan dans la discipline des êtres nobles. Ici, ce monde avec ses dévas, Māra, Brahmā, ses renonçants & brahmanes, cette génération de dévas et d'êtres humains, est dans sa majorité submergé, emmêlé comme une boule de ficelle, noué comme une boule de fil, comme des roseaux et des joncs tressés, et ne peut aller au-delà des existences infortunées, des mauvaises destinations, des mondes inférieurs, de la continuation des existences.



(des strophes finales n'ont pas été traduites)


Bodhi leaf



Note


1. connaissables par l'œil: cakkhu·viññeyyā [cakkhu: œil | viññeyyā: connaissable]. Le processus cognitif implique ici l'intervention de Viññāṇa.



Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.