SN 35.228
Samudda Sutta
— L'océan —
[ samudda: grande étendue d'eau, océan ]

Le Bouddha explique ce qu'on appelle 'océan' dans la discipline des êtres nobles.




Pāḷi



‘samuddo, samuddo’ti, bhikkhave, assutavā puthujjano bhāsati. Neso, bhikkhave, ariyassa vinaye samuddo, mahā eso, bhikkhave, udakarāsi mahāudakaṇṇavo.

Français



Bhikkhous, un individu ordinaire sans instruction dit: 'L'océan, l'océan'. Bhikkhous, dans la discipline des êtres nobles, cela n'est pas un océan, c'est une masse d'eau, une grande étendue d'eau.

cakkhu, bhikkhave, purisassa samuddo; tassa rūpamayo vego. yo taṃ rūpamayaṃ vegaṃ sahati, ayaṃ vuccati, bhikkhave, atari cakkhusamuddaṃ saūmiṃ sāvaṭṭaṃ sagāhaṃ sarakkhasaṃ, tiṇṇo pāraṅgato thale tiṭṭhati brāhmaṇo.

L'œil, bhikkhous, est un océan pour une personne, et les formes visibles constituent sa houle. Bhikkhous, celui qui surmonte cette houle constituée de formes visibles est appelé quelqu'un qui a traversé l'océan de l'œil, avec ses vagues, avec ses tourbillons, avec ses crocodiles et avec ses démons,{n} un brahmane qui a traversé, qui a atteint l'autre rive et qui se tient debout sur le sol ferme.

soto, bhikkhave, purisassa samuddo; tassa saddamayo vego. Yo taṃ saddamayaṃ vegaṃ sahati, ayaṃ vuccati, bhikkhave, atari sotasamuddaṃ saūmiṃ sāvaṭṭaṃ sagāhaṃ sarakkhasaṃ; tiṇṇo pāraṅgato thale tiṭṭhati brāhmaṇo.

L'oreille, bhikkhous, est un océan pour une personne, et les sons constituent sa houle. Bhikkhous, celui qui surmonte cette houle constituée de sons est appelé quelqu'un qui a traversé l'océan de l'oreille, avec ses vagues, avec ses tourbillons, avec ses crocodiles et avec ses démons, un brahmane qui a traversé, qui a atteint l'autre rive et qui se tient debout sur le sol ferme.

ghāno, bhikkhave, purisassa samuddo; tassa gandhamayo vego. Yo taṃ gandhamayaṃ vegaṃ sahati, ayaṃ vuccati, bhikkhave, atari ghānasamuddaṃ saūmiṃ sāvaṭṭaṃ sagāhaṃ sarakkhasaṃ; tiṇṇo pāraṅgato thale tiṭṭhati brāhmaṇo.

Le nez, bhikkhous, est un océan pour une personne, et les odeurs constituent sa houle. Bhikkhous, celui qui surmonte cette houle constituée d'odeurs est appelé quelqu'un qui a traversé l'océan du nez, avec ses vagues, avec ses tourbillons, avec ses crocodiles et avec ses démons, un brahmane qui a traversé, qui a atteint l'autre rive et qui se tient debout sur le sol ferme.

jivhā, bhikkhave, purisassa samuddo; tassa rasamayo vego. Yo taṃ rasamayaṃ vegaṃ sahati, ayaṃ vuccati, bhikkhave, atari jivhāsamuddaṃ saūmiṃ sāvaṭṭaṃ sagāhaṃ sarakkhasaṃ; tiṇṇo pāraṅgato thale tiṭṭhati brāhmaṇo.

La langue, bhikkhous, est un océan pour une personne, et les saveurs constituent sa houle. Bhikkhous, celui qui surmonte cette houle constituée de saveurs est appelé quelqu'un qui a traversé l'océan de la langue, avec ses vagues, avec ses tourbillons, avec ses crocodiles et avec ses démons, un brahmane qui a traversé, qui a atteint l'autre rive et qui se tient debout sur le sol ferme.

kāyo, bhikkhave, purisassa samuddo; tassa phoṭṭhabbamayo vego. Yo taṃ phoṭṭhabbamayaṃ vegaṃ sahati, ayaṃ vuccati, bhikkhave, atari kāyasamuddaṃ saūmiṃ sāvaṭṭaṃ sagāhaṃ sarakkhasaṃ; tiṇṇo pāraṅgato thale tiṭṭhati brāhmaṇo.

Le corps, bhikkhous, est un océan pour une personne, et les sensations corporelles constituent sa houle. Bhikkhous, celui qui surmonte cette houle constituée de sensations corporelles est appelé quelqu'un qui a traversé l'océan du corps, avec ses vagues, avec ses tourbillons, avec ses crocodiles et avec ses démons, un brahmane qui a traversé, qui a atteint l'autre rive et qui se tient debout sur le sol ferme.

mano, bhikkhave, purisassa samuddo; tassa dhammamayo vego. yo taṃ dhammamayaṃ vegaṃ sahati, ayaṃ vuccati, bhikkhave, atari manosamuddaṃ saūmiṃ sāvaṭṭaṃ sagāhaṃ sarakkhasaṃ; tiṇṇo pāraṅgato thale tiṭṭhati brāhmaṇo”ti.

L'esprit, bhikkhous, est un océan pour une personne, et les phénomènes mentaux constituent sa houle. Bhikkhous, celui qui surmonte cette houle constituée de phénomènes mentaux est appelé quelqu'un qui a traversé l'océan de l'esprit, avec ses vagues, avec ses tourbillons, avec ses crocodiles et avec ses démons, un brahmane qui a traversé, qui a atteint l'autre rive et qui se tient debout sur le sol ferme.

idamavoca bhagavā. idaṃ vatvāna sugato athāparaṃ etadavoca satthā:

Ainsi parla le Fortuné. Ayant dit cela, le Sublime, l'Enseignant ajouta:



“yo imaṃ samuddaṃ
sagāhaṃ sarakkhasaṃ,
saūmiṃ sāvaṭṭaṃ
sabhayaṃ duttaraṃ accatari,
sa vedagū vusitabrahmacariyo,
lokantagū pāragatoti vuccatī”ti.




Celui qui a traversé cet océan difficile à traverser
Avec ses crocodiles, avec ses démons
Avec ses vagues, avec ses tourbillons, avec ses dangers,
Est appelé quelqu'un qui a atteint la plus haute connaissance,
Qui a vécu la vie brahmique, qui s'est rendu au bout du monde,
Qui s'est rendu sur l'autre rivage [au-delà de l'océan].






Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.