SN 35.153
Atthinukhopariyāya Sutta
— Y a-t-il une méthode —
[ atthi nu: y a-t-il | kho: emphase | pariyāya: méthode ]

Voici comment l'Enseignement est à 'expérimenter par soi-même' (paccattaṃ veditabbo), et non à accepter simplement par conviction, par préférence personnelle ou toute autre méthode incertaine.




Pāḷi



— “atthi nu kho, bhikkhave, pariyāyo yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākareyya: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyā’ti pajānāmī”ti?

Français



Bhikkhous, y a-t-il une méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée,{n} pourrait prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'?

— “bhagavaṃmūlakā no, bhante, dhammā, bhagavaṃnettikā bhagavaṃpaṭisaraṇā. sādhu vata, bhante, bhagavantaṃyeva paṭibhātu etassa bhāsitassa attho. bhagavato sutvā bhikkhū dhāressantī”ti.

— Pour nous, Bhanté, le Dhamma est enraciné dans le Fortuné, il est guidé par le Fortuné, il est protégé par le Fortuné. Il [nous] serait vraiment profitable, Bhanté, que le Fortuné clarifie lui-même le sens de cette affirmation. L'ayant entendu de la part du Fortuné, les bhikkhous le garderont à l'esprit.

— “tena hi, bhikkhave, suṇātha, sādhukaṃ manasi karotha; bhāsissāmī”ti.

— Dans ce cas, bhikkhous, écoutez et faites bien attention, je vais parler.

— “evaṃ, bhante”ti kho te bhikkhū bhagavato paccassosuṃ. bhagavā etadavoca:

— Oui, Bhanté, répondirent les bhikkhous. Le Fortuné dit alors:

— “atthi, bhikkhave, pariyāyo yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākareyya: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyā’ti pajānāmī”ti.

Bhikkhous, il y a une méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée, peut prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'.

“katamo ca, bhikkhave, pariyāyo, yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākaroti: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyāti pajānāmī’ti?

Et quelle est, bhikkhous, la méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée, peut prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'?

idha, bhikkhave, bhikkhu cakkhunā rūpaṃ disvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti. yaṃ taṃ, bhikkhave, bhikkhu cakkhunā rūpaṃ disvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti, api nume, bhikkhave, dhammā saddhāya vā veditabbā, ruciyā vā veditabbā, anussavena vā veditabbā, ākāraparivitakkena vā veditabbā, diṭṭhinijjhānakkhantiyā vā veditabbā”ti?

En cela, bhikkhous, en voyant une forme avec l'œil, s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprend: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprend: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement'. Bhikkhous, du fait que s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprenne: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprenne: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement', est-ce que ces choses sont à être expérimentées au moyen de la conviction, à être expérimentées au moyen de la préférence personnelle, à être expérimentées au moyen de ce qu'on a appris, à être expérimentées au moyen de réflexions profondes, ou à être expérimentées au moyen de l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée?

— “no hetaṃ, bhante”.

— Non, Bhanté.

— “nanume, bhikkhave, dhammā paññāya disvā veditabbā”ti?

Bhikkhous, ces choses ne sont-elles pas à être expérimentées en les voyant au moyen du discernement?

— “evaṃ, bhante”.

— Oui, Bhanté.

— “ayaṃ kho, bhikkhave, pariyāyo yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākaroti: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyā’ti pajānāmī”ti.

— Voici, bhikkhous, quelle est la méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée, peut prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'.

“puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhu sotena saddaṃ sutvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti. yaṃ taṃ, bhikkhave, bhikkhu cakkhunā rūpaṃ disvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti, api nume, bhikkhave, dhammā saddhāya vā veditabbā, ruciyā vā veditabbā, anussavena vā veditabbā, ākāraparivitakkena vā veditabbā, diṭṭhinijjhānakkhantiyā vā veditabbā”ti?

De plus, bhikkhous, en entendant un son avec l'oreille, s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprend: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprend: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement'. Bhikkhous, du fait que s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprenne: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprenne: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement', est-ce que ces choses sont à être expérimentées au moyen de la conviction, à être expérimentées au moyen de la préférence personnelle, à être expérimentées au moyen de ce qu'on a appris, à être expérimentées au moyen de réflexions profondes, ou à être expérimentées au moyen de l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée?

— “no hetaṃ, bhante”.

— Non, Bhanté.

— “nanume, bhikkhave, dhammā paññāya disvā veditabbā”ti?

Bhikkhous, ces choses ne sont-elles pas à être expérimentées en les voyant au moyen du discernement?

— “evaṃ, bhante”.

— Oui, Bhanté.

— “ayampi kho, bhikkhave, pariyāyo yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākaroti: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyā’ti pajānāmī”ti.

— Voici également, bhikkhous, quelle est la méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée, peut prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'.

“puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhu ghāṇena gandhaṃ ghāyitvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti. yaṃ taṃ, bhikkhave, bhikkhu cakkhunā rūpaṃ disvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti, api nume, bhikkhave, dhammā saddhāya vā veditabbā, ruciyā vā veditabbā, anussavena vā veditabbā, ākāraparivitakkena vā veditabbā, diṭṭhinijjhānakkhantiyā vā veditabbā”ti?

De plus, bhikkhous, en sentant une odeur avec le nez, s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprend: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprend: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement'. Bhikkhous, du fait que s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprenne: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprenne: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement', est-ce que ces choses sont à être expérimentées au moyen de la conviction, à être expérimentées au moyen de la préférence personnelle, à être expérimentées au moyen de ce qu'on a appris, à être expérimentées au moyen de réflexions profondes, ou à être expérimentées au moyen de l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée?

— “no hetaṃ, bhante”.

— Non, Bhanté.

— “nanume, bhikkhave, dhammā paññāya disvā veditabbā”ti?

Bhikkhous, ces choses ne sont-elles pas à être expérimentées en les voyant au moyen du discernement?

— “evaṃ, bhante”.

— Oui, Bhanté.

— “ayampi kho, bhikkhave, pariyāyo yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākaroti: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyā’ti pajānāmī”ti.

— Voici également, bhikkhous, quelle est la méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée, peut prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'.

“puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhu jivhāya rasaṃ sāyitvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti. yaṃ taṃ, bhikkhave, bhikkhu cakkhunā rūpaṃ disvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti, api nume, bhikkhave, dhammā saddhāya vā veditabbā, ruciyā vā veditabbā, anussavena vā veditabbā, ākāraparivitakkena vā veditabbā, diṭṭhinijjhānakkhantiyā vā veditabbā”ti?

De plus, bhikkhous, en goûtant une saveur avec la langue, s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprend: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprend: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement'. Bhikkhous, du fait que s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprenne: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprenne: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement', est-ce que ces choses sont à être expérimentées au moyen de la conviction, à être expérimentées au moyen de la préférence personnelle, à être expérimentées au moyen de ce qu'on a appris, à être expérimentées au moyen de réflexions profondes, ou à être expérimentées au moyen de l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée?

— “no hetaṃ, bhante”.

— Non, Bhanté.

— “nanume, bhikkhave, dhammā paññāya disvā veditabbā”ti?

Bhikkhous, ces choses ne sont-elles pas à être expérimentées en les voyant au moyen du discernement?

— “evaṃ, bhante”.

— Oui, Bhanté.

— “ayampi kho, bhikkhave, pariyāyo yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākaroti: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyā’ti pajānāmī”ti.

— Voici également, bhikkhous, quelle est la méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée, peut prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'.

“puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhu kāyena phoṭṭhabbaṃ phusitvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti. yaṃ taṃ, bhikkhave, bhikkhu cakkhunā rūpaṃ disvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti, api nume, bhikkhave, dhammā saddhāya vā veditabbā, ruciyā vā veditabbā, anussavena vā veditabbā, ākāraparivitakkena vā veditabbā, diṭṭhinijjhānakkhantiyā vā veditabbā”ti?

De plus, bhikkhous, en touchant une sensation corporelle avec le corps, s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprend: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprend: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement'. Bhikkhous, du fait que s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprenne: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprenne: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement', est-ce que ces choses sont à être expérimentées au moyen de la conviction, à être expérimentées au moyen de la préférence personnelle, à être expérimentées au moyen de ce qu'on a appris, à être expérimentées au moyen de réflexions profondes, ou à être expérimentées au moyen de l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée?

— “no hetaṃ, bhante”.

— Non, Bhanté.

— “nanume, bhikkhave, dhammā paññāya disvā veditabbā”ti?

Bhikkhous, ces choses ne sont-elles pas à être expérimentées en les voyant au moyen du discernement?

— “evaṃ, bhante”.

— Oui, Bhanté.

— “ayampi kho, bhikkhave, pariyāyo yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākaroti: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyā’ti pajānāmī”ti.

— Voici également, bhikkhous, quelle est la méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée, peut prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'.

“puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhu manasā dhammaṃ viññāya santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti. yaṃ taṃ, bhikkhave, bhikkhu cakkhunā rūpaṃ disvā santaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, atthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti; asantaṃ vā ajjhattaṃ rāgadosamohaṃ, natthi me ajjhattaṃ rāgadosamohoti pajānāti, api nume, bhikkhave, dhammā saddhāya vā veditabbā, ruciyā vā veditabbā, anussavena vā veditabbā, ākāraparivitakkena vā veditabbā, diṭṭhinijjhānakkhantiyā vā veditabbā”ti?

De plus, bhikkhous, en prenant conscience d'un phénomène mental avec l'esprit, s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprend: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprend: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement'. Bhikkhous, du fait que s'il y a en lui de l'avidité, aversion & illusionnement, un bhikkhou comprenne: 'Il y a en moi avidité, aversion & illusionnement', et s'il n'y a pas d'avidité, aversion & illusionnement, il comprenne: 'Il n'y a pas en moi d'avidité, aversion & illusionnement', est-ce que ces choses sont à être expérimentées au moyen de la conviction, à être expérimentées au moyen de la préférence personnelle, à être expérimentées au moyen de ce qu'on a appris, à être expérimentées au moyen de réflexions profondes, ou à être expérimentées au moyen de l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée?

— “no hetaṃ, bhante”.

— Non, Bhanté.

— “nanume, bhikkhave, dhammā paññāya disvā veditabbā”ti?

Bhikkhous, ces choses ne sont-elles pas à être expérimentées en les voyant au moyen du discernement?

— “evaṃ, bhante”.

— Oui, Bhanté.

— “ayampi kho, bhikkhave, pariyāyo yaṃ pariyāyaṃ āgamma bhikkhu aññatreva saddhāya, aññatra ruciyā, aññatra anussavā, aññatra ākāraparivitakkā, aññatra diṭṭhinijjhānakkhantiyā aññaṃ byākaroti: ‘khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ, nāparaṃ itthattāyā’ti pajānāmī”ti.

— Voici également, bhikkhous, quelle est la méthode au moyen de laquelle un bhikkhou, autrement que par conviction, autrement que par préférence personnelle, autrement que par ce qu'il a appris, autrement qu'au moyen de réflexions profondes, autrement que par l'acceptation d'une opinion après l'avoir méditée, peut prétendre à la connaissance finale: 'Je comprends: c'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence'.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.