SN 7.2
Akkosa Sutta
— Le Brahmane Akkosaka Bhāradvāja —

Le Bouddha montre un exemple de maîtrise face à un individu en colère qui l'insulte, et explique comment il faut se comporter dans une telle situation.




Pāḷi



ekaṃ samayaṃ bhagavā rājagahe viharati veḷuvane kalandakanivāpe. assosi kho akkosakabhāradvājo brāhmaṇo: “bhāradvājagotto kira brāhmaṇo samaṇassa gotamassa santike agārasmā anagāriyaṃ pabbajito”ti. kupito anattamano yena bhagavā tenupasaṅkami; upasaṅkamitvā bhagavantaṃ asabbhāhi pharusāhi vācāhi akkosati paribhāsati. evaṃ vutte, bhagavā akkosakabhāradvājaṃ brāhmaṇaṃ etadavoca:

Français



En une occasion, le Fortuné séjournait près de Rajagaha, dans la bambouseraie, au sanctuaire des écureuils. En cette occasion-là, le brahmane Akkosala Bharadvaja avait entendu dire ceci: 'On dit qu'un brahmane du clan des Bharadvaja a quitté la vie de foyer pour la vie sans foyer en présence du renonçant Gotama'. Énervé et mécontent, il alla voir le Fortuné et l'injuria, l'invectiva avec des paroles vulgaires et acerbes. Lorsque cela fut dit, le Fortuné dit au brahmane Akkosaka Bharadvaja:

— “taṃ kiṃ maññasi, brāhmaṇa, api nu kho te āgacchanti mittāmaccā ñātisālohitā atithiyo”ti?

— Qu'en pensez-vous, brahmane, est-ce que vos amis & compagnons, vos proches et les membres de votre famille, ainsi que des visiteurs, viennent vous voir?

— “appekadā me, bho gotama, āgacchanti mittāmaccā ñātisālohitā atithiyo”ti.

— Parfois, Sieur Gotama, mes amis & compagnons, mes proches et les membres de ma famille, ainsi que des visiteurs, viennent me voir.

— “‘taṃ kiṃ maññasi, brāhmaṇa, api nu tesaṃ anuppadesi khādanīyaṃ vā bhojanīyaṃ vā sāyanīyaṃ vā’”ti?

— Qu'en pensez-vous, brahmane, est-ce que vous leur offrez de la nourriture, un repas, ou une friandise?

— “‘appekadā nesāhaṃ, bho gotama, anuppademi khādanīyaṃ vā bhojanīyaṃ vā sāyanīyaṃ vā’”ti.

— Parfois, Sieur Gotama, je leur offre de la nourriture, un repas, ou une friandise.

— “‘sace kho pana te, brāhmaṇa, nappaṭiggaṇhanti, kassa taṃ hotī’”ti?

— Et s'ils ne l'acceptent pas, brahmane, à qui appartient-elle?

— “‘sace te, bho gotama, nappaṭiggaṇhanti, amhākameva taṃ hotī’”ti.

— S'ils ne l'acceptent pas, Sieur Gotama, elle reste mienne.

— “evameva kho, brāhmaṇa, yaṃ tvaṃ amhe anakkosante akkosasi, arosente rosesi, abhaṇḍante bhaṇḍasi, taṃ te mayaṃ nappaṭiggaṇhāma. tavevetaṃ, brāhmaṇa, hoti; tavevetaṃ, brāhmaṇa, hoti”.

— De la même manière, brahmane, nous n'acceptons pas [votre offrande] d'insultes à nous qui n'insultons pas, d'invectives à nous qui n'invectivons pas, d'injures à nous qui n'injurions pas. Elle reste vôtre, brahmane, elle reste vôtre.

“yo kho, brāhmaṇa, akkosantaṃ paccakkosati, rosentaṃ paṭiroseti, bhaṇḍantaṃ paṭibhaṇḍati, ayaṃ vuccati, brāhmaṇa, sambhuñjati vītiharatīti. te mayaṃ tayā neva sambhuñjāma na vītiharāma. tavevetaṃ, brāhmaṇa, hoti; tavevetaṃ, brāhmaṇa, hotī”ti.

De celui, brahmane, qui répond à l'insulte par l'insulte, qui répond à l'invective par l'invective, qui répond à l'injure par l'injure, on dit qu'il accepte un cadeau, qu'il accepte une invitation. Nous n'acceptons pas le cadeau ni l'invitation. Il reste vôtre, brahmane, il reste vôtre.

— “bhavantaṃ kho gotamaṃ sarājikā parisā evaṃ jānāti: ‘arahaṃ samaṇo gotamo’ti, atha ca pana bhavaṃ gotamo kujjhatī”ti.

— Bien que le roi et sa cour considèrent le Sieur Gotama de la manière suivante: 'Le renonçant Gotama est un arahant', celui-ci se met en colère.



“akkodhassa kuto kodho,
dantassa samajīvino.
sammadaññā vimuttassa,
upasantassa tādino.

“tasseva tena pāpiyo,
yo kuddhaṃ paṭikujjhati.
kuddhaṃ appaṭikujjhanto,
saṅgāmaṃ jeti dujjayaṃ.

“ubhinnamatthaṃ carati,
attano ca parassa ca.
paraṃ saṅkupitaṃ ñatvā,
yo sato upasammati.

“ubhinnaṃ tikicchantānaṃ,
attano ca parassa ca.
janā maññanti bāloti,
ye dhammassa akovidā”ti.



D'où viendrait la colère chez celui qui est sans colère,
Chez celui qui est maître de lui-même, vivant droitement.
Chez celui qui est libéré par la connaissance correcte,
Chez celui qui est constant, apaisé.

Il ne fait qu'empirer la situation,
Celui qui répond à la colère par la colère,
Tandis que celui qui ne répond pas à la colère par la colère
Gagne une bataille difficile à gagner.

Il œuvre au bien des deux,
Le sien propre et celui de l'autre.
Sachant que l'autre est en colère,
Il se calme [en restant] présent d'esprit.

Il soigne les deux,
Lui-même ainsi que l'autre.
Les gens qui le considèrent comme un sot
Ignorent la loi de la nature.


evaṃ vutte, akkosakabhāradvājo brāhmaṇo bhagavantaṃ etadavoca:

Lorsque cela fut dit, le brahmane Akkosaka Bharadvaja dit au Fortuné:

— “abhikkantaṃ, bho gotama, abhikkantaṃ, bho gotama! seyyathāpi, bho gotama, nikkujjitaṃ vā ukkujjeyya, paṭicchannaṃ vā vivareyya, mūḷhassa vā maggaṃ ācikkheyya, andhakāre vā telapajjotaṃ dhāreyya, cakkhumanto rūpāni dakkhantīti; evamevaṃ bhotā gotamena anekapariyāyena dhammo pakāsito. esāhaṃ, bhante, bhagavantaṃ gotamaṃ saraṇaṃ gacchāmi dhammañca bhikkhusaṅghañca. labheyyāhaṃ bhoto gotamassa santike pabbajjaṃ, labheyyaṃ upasampadan”ti.

— C'est excellent, Sieur Gotama, excellent! Tout comme on redresserait ce qui était renversé, ou bien on révélerait ce qui était caché, ou on montrerait le chemin à quelqu'un qui se serait perdu, ou on allumerait une lampe dans l'obscurité [en pensant:] 'Ceux qui possèdent une bonne vue verront les formes', de la même manière le Sieur Gotama a expliqué le Dhamma de diverses façons. Je vais en refuge au vénérable Gotama, ainsi qu'au Dhamma et à la Communauté des bhikkhous. Puissé-je obtenir le départ du foyer en la présence du Sieur Gotama, puissé-je obtenir l'ordination monastique.

alattha kho akkosakabhāradvājo brāhmaṇo bhagavato santike pabbajjaṃ, alattha upasampadaṃ. acirūpasampanno kho panāyasmā akkosakabhāradvājo eko vūpakaṭṭho appamatto ātāpī pahitatto viharanto nacirasseva yassatthāya kulaputtā sammadeva agārasmā anagāriyaṃ pabbajanti tadanuttaraṃ brahmacariyapariyosānaṃ diṭṭheva dhamme sayaṃ abhiññā sacchikatvā upasampajja vihāsi. “khīṇā jāti, vusitaṃ brahmacariyaṃ, kataṃ karaṇīyaṃ nāparaṃ itthattāyā”ti abbhaññāsi. aññataro ca panāyasmā bhāradvājo arahataṃ ahosīti.

Alors le brahmane Akkosaka Bharadvaja obtint le départ du foyer auprès du Fortuné, il obtint l'ordination monastique. Et peu de temps après son ordination, le vénérable Akkosaka Bharadvaja, demeurant seul, isolé, assidu, ardent et voué à l'effort, en peu de temps, dans ce monde visible, entra et demeura, en l'ayant réalisée pour lui-même par connaissance directe, dans la suprême conclusion de la vie brahmique pour laquelle les enfants de [bonne] famille quittent à juste titre la vie de foyer pour le sans-foyer. Il réalisa: 'C'en est fini de la naissance, la vie brahmique a été menée à son but, ce qui devait être fait a été fait, il n'y aura plus aucune autre existence.' Alors le vénérable Bharadvaja devint l'un des arahants.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.