SN 4.20
Rajja Sutta
— Le pouvoir —

Māra tente le Bouddha dans un épisode qui rappelle les tentations au désert de Jésus.




Pāḷi



ekaṃ samayaṃ bhagavā kosalesu viharati himavantapadese araññakuṭikāyaṃ. atha kho bhagavato rahogatassa paṭisallīnassa evaṃ cetaso parivitakko udapādi: “sakkā nu kho rajjaṃ kāretuṃ ahanaṃ aghātayaṃ ajinaṃ ajāpayaṃ asocaṃ asocāpayaṃ dhammenā”ti?

Français



En une occasion, le Fortuné séjournait parmi les Kossalans, dans la région de l'Hymalaya, dans une kouti forestière. Tandis que le Fortuné était en isolement dans un endroit retiré, la pensée suivante apparut à son esprit: 'Est-il possible d'exercer le pouvoir selon le Dhamma, sans tuer ni faire tuer, sans confisquer ni faire confisquer, sans opprimer ni faire opprimer?'

atha kho māro pāpimā bhagavato cetasā cetoparivitakka-maññāya yena bhagavā tenupasaṅkami; upasaṅkamitvā bhagavantaṃ etadavoca:

Alors Māra le Malin, ayant vu la pensée qui était apparue dans l'esprit du Fortuné, vint le voir et lui dit:

— “kāretu, bhante, bhagavā rajjaṃ, kāretu, sugato, rajjaṃ ahanaṃ aghātayaṃ ajinaṃ ajāpayaṃ asocaṃ asocāpayaṃ dhammenā”ti.

Bhanté, que le Fortuné exerce le pouvoir, que le Sublime exerce le pouvoir selon le Dhamma, sans tuer ni faire tuer, sans confisquer ni faire confisquer, sans opprimer ni faire opprimer!

— “kiṃ pana me tvaṃ, pāpima, passasi yaṃ maṃ tvaṃ evaṃ vadesi: ‘kāretu, bhante... dhammenā’”ti?

— Et que vois-tu donc pour me dire cela?

— “bhagavatā kho, bhante, cattāro iddhipādā bhāvitā bahulīkatā yānīkatā vatthukatā anuṭṭhitā paricitā susamāraddhā, ākaṅkhamāno ca, bhante, bhagavā himavantaṃ pabbatarājaṃ suvaṇṇaṃ tveva adhimucceyya suvaṇṇañca panassā”ti.

Bhanté, puisque le Fortuné a développé et cultivé les quatre bases des pouvoirs (psychiques), qu'il en a fait son véhicule, son territoire, qu'il les a établies, qu'il les a accumulées, qu'il les a pleinement entreprises, s'il le souhaite, il n'a qu'à décider que l'Hymalaya, la reine des montagnes, soit de l'or, et elle deviendrait de l'or.



“pabbatassa suvaṇṇassa,
jātarūpassa kevalo
dvittāva nālamekassa,
iti vidvā samañcare.

“yo dukkhamaddakkhi yatonidānaṃ,
kāmesu so jantu kathaṃ nameyya?
upadhiṃ viditvā saṅgoti loke,
tasseva jantu vinayāya sikkhe”ti.



S'il y avait une montagne d'or,
Faite toute entière d'or,
Même le double de cela ne suffirait pas à une personne,
Alors ayant vu cela, calme toi.

Celui qui a vu la cause d'où provient le mal-être,
Comment pourrait-il tendre à la sensualité?
Ayant vu les acquisitions comme un attachement dans le monde,
Travaille à les éradiquer.



atha kho māro pāpimā “jānāti maṃ bhagavā, jānāti maṃ sugato”ti dukkhī dummano tatthevantaradhāyīti.



Alors Māra le Malin, misérable et contrarié, [pensant:] 'Le Fortuné me connaît, le Sublime me connaît', disparut sur-le-champ.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.