SN 4.8
Nandati Sutta
— Se réjouissent —
[ nandati: se réjouit ]

Le Bouddha réfute Māra au sujet de ce qui produit la jouissance.




Pāḷi



evaṃ me sutaṃ:

Français



Ainsi ai-je entendu:

ekaṃ samayaṃ bhagavā sāvatthiyaṃ viharati jetavane anāthapiṇḍikassa ārāme. atha kho māro pāpimā yena bhagavā tenupasaṅkami; upasaṅkamitvā bhagavato santike imaṃ gāthaṃ abhāsi:

En une occasion, le Fortuné séjournait près de Savatthi, dans le bois de Jéta, le parc d'Anāthapiṇḍika. En cette occasion-là, Māra le Malin vint voir le Fortuné et prononça ces vers en sa présence:

[Māra:]
“nandati puttehi puttimā,
gomā gobhi tatheva nandati.
upadhīhi narassa nandanā,
na hi so nandati yo nirūpadhī”ti.

[Māra:]
Celui qui a des enfants jouit de ses enfants
Celui qui a du bétail jouit en vérité de son bétail
Les possessions sont la jouissance des hommes
Et celui qui n'a pas de possessions ne jouit pas.

[Bhagavā:]
“socati puttehi puttimā,
gomā gobhi tatheva socati.
upadhīhi narassa socanā,
na hi so socati yo nirūpadhī”ti.

[Le Fortuné:]
Celui qui a des enfants est tourmenté à cause de ses enfants
Celui qui a du bétail est tourmenté en vérité à cause de son bétail
Les possessions sont le tourment des hommes
Et celui qui n'a pas de possessions n'est pas tourmenté.

atha kho māro pāpimā “jānāti maṃ bhagavā, jānāti maṃ sugato”ti dukkhī dummano tatthevantaradhāyīti.

Alors Māra le Malin, misérable et contrarié, [pensant:] 'Le Fortuné me connaît, le Sublime me connaît', disparut sur-le-champ.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.

Evaṃ me sutaṃ:

En une occasion, le Fortuné séjournait à Sāvatthī, dans le bois de Jéta, le parc d'Anāthapiṇḍika. Alors Māra le Mauvais alla le trouver et prononça cette strophe en sa présence:

Ceux qui ont des enfants se réjouissent de leurs enfants.
Ceux qui ont du bétail se réjouissent de leur bétail.
Vraiment, la joie d'un homme provient des acquisitions.
Celui qui n'a pas d'acquisition n'a pas de joie.

[Le Bouddha:]
Ceux qui ont des enfants ont du chagrin à cause de leurs enfants.
Ceux qui ont du bétail ont du chagrin à cause de leur bétail.
Vraiment, le chagrin d'un homme provient des acquisitions.
Celui qui n'a pas d'acquisition n'a pas de chagrin.

Alors Māra le Mauvais, triste et déçu, réalisant: 'Le Fortuné me connaît, le Sublime me connaît', s'évanouit aussitôt.