SN 3.6
Appaka Sutta
— Rares —
[ appaka: rare ]

Le roi Passénadi comprend les dangers de la richesse.




Pāḷi



sāvatthinidānaṃ.

Français



À Savatthi.

ekamantaṃ nisinno kho rājā pasenadi kosalo bhagavantaṃ etadavoca:

Tandis qu'il était assis là, le roi Passénadi du Kossala dit au Fortuné:

— “idha mayhaṃ, bhante, rahogatassa paṭisallīnassa evaṃ cetaso parivitakko udapādi: ‘appakā te sattā lokasmiṃ ye uḷāre uḷāre bhoge labhitvā na ceva majjanti, na ca pamajjanti, na ca kāmesu gedhaṃ āpajjanti, na ca sattesu vippaṭipajjanti. atha kho eteva bahutarā sattā lokasmiṃ ye uḷāre uḷāre bhoge labhitvā majjanti ceva pamajjanti, ca kāmesu ca gedhaṃ āpajjanti, sattesu ca vippaṭipajjantī’”ti.

Bhanté, pendant que j'étais en isolement dans un endroit privé, la pensée suivante est apparue à mon esprit: 'Rares sont les êtres dans le monde qui, ayant gagné une très grande fortune, n'en deviennent pas intoxiqués ni négligents, qui ne développent pas une voracité de [plaisirs de la] sensualité, et qui ne maltraitent pas les [autres] êtres. Il y a bien plus d'êtres dans le monde qui, ayant gagné une très grande fortune, en deviennent intoxiqués et négligents, qui développent une voracité de [plaisirs de la] sensualité, et qui maltraitent les [autres] êtres.'

— “evametaṃ, mahārāja, evametaṃ, mahārāja! appakā te, mahārāja, sattā lokasmiṃ, ye uḷāre uḷāre bhoge labhitvā na ceva majjanti, na ca pamajjanti, na ca kāmesu gedhaṃ āpajjanti, na ca sattesu vippaṭipajjanti. atha kho eteva bahutarā sattā lokasmiṃ, ye uḷāre uḷāre bhoge labhitvā majjanti ceva pamajjanti ca kāmesu ca gedhaṃ āpajjanti, sattesu ca vippaṭipajjantī”ti.

— Il en est ainsi, Maharaja, il en est ainsi! Rares sont les êtres dans le monde qui, ayant gagné une très grande fortune, n'en deviennent pas intoxiqués ni négligents, qui ne développent pas une voracité de [plaisirs de la] sensualité, et qui ne maltraitent pas les [autres] êtres. Il y a bien plus d'êtres dans le monde qui, ayant gagné une très grande fortune, en deviennent intoxiqués et négligents, qui développent une voracité de [plaisirs de la] sensualité, et qui maltraitent les [autres] êtres.

idamavoca bhagavā. idaṃ vatvāna sugato athāparaṃ etadavoca satthā:

Ainsi parla le Fortuné. Ayant dit cela, le Sublime, l'Enseignant ajouta:

“sārattā kāmabhogesu,
giddhā kāmesu mucchitā,
atisāraṃ na bujjhanti,
migā kūṭaṃva oḍḍitaṃ.
pacchāsaṃ kaṭukaṃ hoti,
vipāko hissa pāpako”ti.

Épris de leurs richesses sensuelles,
Voraces, emportés par [les plaisirs de] la sensualité,
Ils ne s'aperçoivent pas qu'ils vont trop loin,
Comme des daims vers le piège posé pour eux.
Les conséquences en sont amères,
Car le résultat en est assurément mauvais.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.