SN 54.6
Ariṭṭha Sutta
— Le vénérable Arittha —

Arittha explique sa manière personnelle de pratiquer la présence de l'esprit sur la respiration, et le Bouddha lui explique comment la pratique est complétée en détail.




Pāḷi



sāvatthinidānaṃ.

Français



À Savatthi.

tatra kho bhagavā ... etadavoca:

Ce jour-là (…) le Fortuné dit:

“bhāvetha no tumhe bhikkhave, ānāpānassatin”ti?

«Mendiants, est-ce que vous cultivez la présence de l'esprit sur la respiration

evaṃ vutte āyasmā ariṭṭho bhagavantaṃ etadavoca:

Lorsque cela fut dit, le vénérable Arittha dit au Fortuné:

“ahaṃ kho, bhante, bhāvemi ānāpānassatin”ti.

«Bhanté, je cultive la présence de l'esprit sur la respiration.

— “yathā kathaṃ pana tvaṃ, ariṭṭha, bhāvesi ānāpānassatin”ti?

— Et comment, Arittha, cultives-tu la présence de l'esprit sur la respiration?

— “atītesu me, bhante, kāmesu kāmacchando pahīno, anāgatesu me kāmesu kāmacchando vigato, ajjhattabahiddhā ca me dhammesu paṭighasaññā suppaṭivinītā, so satova assasissāmi, satova passasissāmi. evaṃ khvāhaṃ, bhante, bhāvemi ānāpānassatin”ti.

Bhanté, ayant abandonné le désir sensuel envers [les plaisirs de] la sensualité appartenant au passé, ayant supprimé le désir sensuel envers [les plaisirs de] la sensualité appartenant au futur, et avec la perception d'aversion envers les phénomènes intérieurs & extérieurs entièrement dissipée, j'inspire en étant présent d'esprit, j'expire en étant présent d'esprit. Voici, Bhanté, comment je cultive la présence de l'esprit sur la respiration.

— “‘atthesā, ariṭṭha, ānāpānassati, nesā natthī’ti vadāmi. api ca, ariṭṭha, yathā ānāpānassati vitthārena paripuṇṇā hoti taṃ suṇāhi, sādhukaṃ manasi karohi; bhāsissāmī”ti.

— C'est bien la présence de l'esprit sur la respiration, Arittha, je ne dis pas que ça ne l'est pas. Mais en ce qui concerne la manière dont la présence de l'esprit sur la respiration est complétée en détail, écoute cela et fais bien attention, je vais parler.

— “evaṃ, bhante”ti kho āyasmā ariṭṭho bhagavato paccassosi. bhagavā etadavoca:

— Oui, Bhanté», répondit le vénérable Arittha. Le Fortuné dit alors:

“kathañca, ariṭṭha, ānāpānassati vitthārena paripuṇṇā hoti? idha, ariṭṭha, bhikkhu araññagato vā rukkhamūlagato vā suññāgāragato vā nisīdati pallaṅkaṃ ābhujitvā ujuṃ kāyaṃ paṇidhāya parimukhaṃ satiṃ upaṭṭhapetvā.

«Et comment, Arittha, la présence de l'esprit sur la respiration est-elle complétée en détail? En cela, Arittha, un mendiant, s'étant rendu dans la forêt, au pied d'un arbre ou dans un local vide, s'assoit jambes croisées, maintenant [son] corps droit, et mettant en place [sa] présence d'esprit entre le nez et la bouche.

so satova assasati, satova passasati. dīghaṃ vā assasanto ‘dīghaṃ assasāmī’ti pajānāti, dīghaṃ vā passasanto ‘dīghaṃ passasāmī’ti pajānāti; rassaṃ vā assasanto ‘rassaṃ assasāmī’ti pajānāti, rassaṃ vā passasanto ‘rassaṃ passasāmī’ti pajānāti; ‘sabbakāyappaṭisaṃvedī assasissāmī’ti sikkhati, ‘sabbakāyappaṭisaṃvedī passasissāmī’ti sikkhati; ‘passambhayaṃ kāyasaṅkhāraṃ assasissāmī’ti sikkhati, ‘passambhayaṃ kāyasaṅkhāraṃ passasissāmī’ti sikkhati;

Étant ainsi présent d'esprit, il inspire, étant ainsi présent d'esprit, il expire; lorsqu'il inspire profondément, il discerne: «j'inspire profondément»; lorsqu'il expire profondément, il discerne: «j'expire profondément»; lorsqu'il inspire superficiellement, il discerne: «j'inspire superficiellement»; lorsqu'il expire superficiellement, il discerne: «j'expire superficiellement». Il s'entraîne: «je vais inspirer en ressentant le corps tout entier»; il s'entraîne: «je vais expirer en ressentant le corps tout entier»; il s'entraîne: «je vais inspirer en calmant les constructions corporelles»; il s'entraîne: «je vais expirer en calmant les constructions corporelles».

‘pītippaṭisaṃvedī assasissāmī’ti sikkhati, ‘pītippaṭisaṃvedī passasissāmī’ti sikkhati; ‘sukhappaṭisaṃvedī assasissāmī’ti sikkhati, ‘sukhappaṭisaṃvedī passasissāmī’ti sikkhati; ‘cittasaṅkhārappaṭisaṃvedī assasissāmī’ti sikkhati, ‘cittasaṅkhārappaṭisaṃvedī passasissāmī’ti sikkhati; ‘passambhayaṃ cittasaṅkhāraṃ assasissāmī’ti sikkhati, ‘passambhayaṃ cittasaṅkhāraṃ passasissāmī’ti sikkhati;

Il s'entraîne: «je vais inspirer en ressentant l'exaltation»; il s'entraîne: «je vais expirer en ressentant l'exaltation»; il s'entraîne: «je vais inspirer en ressentant le bien-être»; il s'entraîne: «je vais expirer en ressentant le bien-être»; il s'entraîne: «je vais inspirer en ressentant les constructions de l'esprit»; il s'entraîne: «je vais expirer en ressentant les constructions de l'esprit»; il s'entraîne: «je vais inspirer en calmant les constructions de l'esprit»; il s'entraîne: «je vais expirer en calmant les constructions de l'esprit».

‘cittappaṭisaṃvedī assasissāmī’ti sikkhati, ‘cittappaṭisaṃvedī passasissāmī’ti sikkhati; ‘abhippamodayaṃ cittaṃ assasissāmī’ti sikkhati, ‘abhippamodayaṃ cittaṃ passasissāmī’ti sikkhati; ‘samādahaṃ cittaṃ assasissāmī’ti sikkhati, ‘samādahaṃ cittaṃ passasissāmī’ti sikkhati; ‘vimocayaṃ cittaṃ assasissāmī’ti sikkhati, ‘vimocayaṃ cittaṃ passasissāmī’ti sikkhati;

Il s'entraîne: «je vais inspirer en ressentant l'esprit»; il s'entraîne: «je vais expirer en ressentant l'esprit»; il s'entraîne: «je vais inspirer en réjouissant l'esprit»; il s'entraîne: «je vais expirer en réjouissant l'esprit»; il s'entraîne: «je vais inspirer en concentrant l'esprit»; il s'entraîne: «je vais expirer en concentrant l'esprit»; il s'entraîne: «je vais inspirer en délivrant l'esprit»; il s'entraîne: «je vais expirer en délivrant l'esprit».

‘aniccānupassī assasissāmī’ti sikkhati, ‘aniccānupassī passasissāmī’ti sikkhati; ‘virāgānupassī assasissāmī’ti sikkhati, ‘virāgānupassī passasissāmī’ti sikkhati; ‘nirodhānupassī assasissāmī’ti sikkhati, ‘nirodhānupassī passasissāmī’ti sikkhati; ‘paṭinissaggānupassī assasissāmī’ti sikkhati, ‘paṭinissaggānupassī passasissāmī’ti sikkhati.

Il s'entraîne: «je vais inspirer en contemplant l'impermanence»; il s'entraîne: «je vais expirer en contemplant l'impermanence»; il s'entraîne: «je vais inspirer en contemplant le désintéressement»; il s'entraîne: «je vais expirer en contemplant le désintéressement»; il s'entraîne: «je vais inspirer en contemplant la cessation»; il s'entraîne: «je vais expirer en contemplant la cessation»; il s'entraîne: «je vais inspirer en contemplant la renonciation»; il s'entraîne: «je vais expirer en contemplant la renonciation». Voici, Ānanda, ce qu'on appelle la présence de l'esprit sur la respiration.

evaṃ kho, ariṭṭha, ānāpānassati vitthārena paripuṇṇā hotī”ti.

Voici, Arittha, comment la présence de l'esprit sur la respiration est complétée en détail.»





Bodhi leaf


Traduction proposée par Bhikkhu Sekha.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.