SN 47.26 & 27
Padesa & Samatta Suttāni
— En partie —

Deux souttas dans lesquels Saripoutta demande à Anourouddha dans quelle mesure on est un 'apprenant' (sekha) ou 'au-delà de l'entraînement' (asekha).




Pāḷi




SN 47.26


ekaṃ samayaṃ āyasmā ca sāriputto āyasmā ca mahāmoggallāno āyasmā ca anuruddho sākete viharanti kaṇḍakīvane. atha kho āyasmā ca sāriputto āyasmā ca mahāmoggallāno sāyanhasamayaṃ paṭisallānā vuṭṭhitā yenāyasmā aniruddho tenupasaṅkamiṃsu; upasaṅkamitvā āyasmatā anuruddhena saddhiṃ sammodiṃsu. sammodanīyaṃ kathaṃ sāraṇīyaṃ vītisāretvā ekamantaṃ nisīdiṃsu. ekamantaṃ nisinno kho āyasmā sāriputto āyasmantaṃ anuruddhaṃ etadavoca:

Français




SN 47.26


Un jour, les vénérables Saripoutta, Mahamoggallana et Anourouddha séjournaient près de Sakéta, dans le bois de Tikandaki. Ce soir-là, les vénérables Saripoutta et Mahamoggallana sortirent de l'isolement, allèrent voir le vénérable Anourouddha et échangèrent des courtoisies avec lui. Après cet échange de courtoisies et de salutations amicales, ils s'assirent d'un côté et le vénérable Saripoutta dit au vénérable Anourouddha:

‘sekho, sekho’ti, āvuso anuruddha, vuccati. kittāvatā nu kho, āvuso, sekho hotī”ti?

«Ami Anourouddha, on entend dire: “un apprenant, un apprenant. Dans quelle mesure, ami, est on un apprenant?

— “catunnaṃ kho, āvuso, satipaṭṭhānānaṃ padesaṃ bhāvitattā sekho hoti”.

— Ami, c'est parce qu'on n'a développé les quatre mises en place de la présence d'esprit qu'en partie qu'on est un apprenant.

“katamesaṃ catunnaṃ? idhāvuso, bhikkhu kāye kāyānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhādomanassaṃ; vedanāsu vedanānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ; citte cittānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ; dhammesu dhammānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ.

Quelles sont ces quatre? En cela, amis, un mendiant reste à observer le corps dans le corps, en étant ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer les ressentis dans les ressentis, en étant ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer l'esprit dans l'esprit, en étant ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer le Dhamma dans les phénomènes, en étant ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde.

imesaṃ kho, āvuso, catunnaṃ satipaṭṭhānānaṃ padesaṃ bhāvitattā sekho hotī”ti.

Ami, c'est parce qu'on n'a développé ces quatre mises en place de la présence d'esprit qu'en partie qu'on est un apprenant




SN 47.27




SN 47.27

taṃyeva nidānaṃ.

Dans les mêmes circonstances.

ekamantaṃ nisinno kho āyasmā sāriputto āyasmantaṃ anuruddhaṃ etadavoca:

Une fois assis d'un côté, le vénérable Saripoutta dit au vénérable Anourouddha:

“‘asekho, asekho’ti, āvuso anuruddha, vuccati. kittāvatā nu kho, āvuso, asekho hotī”ti?

«Ami Anourouddha, on entend dire: au-delà de l'entraînement, au-delà de l'entraînement. Dans quelle mesure, ami, est on au-delà de l'entraînement?

“catunnaṃ kho, āvuso, satipaṭṭhānānaṃ samattaṃ bhāvitattā asekho hoti”.

Ami, c'est parce qu'on a pleinement développé les quatre mises en place de la présence d'esprit qu'on est au-delà de l'entraînement.

“katamesaṃ catunnaṃ? idhāvuso, bhikkhu kāye kāyānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhādomanassaṃ; vedanāsu vedanānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ; citte cittānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ; dhammesu dhammānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ.

Quelles sont ces quatre? En cela, amis, un mendiant reste à observer le corps dans le corps, en étant ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer les ressentis dans les ressentis, en étant ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer l'esprit dans l'esprit, en étant ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer le Dhamma dans les phénomènes, en étant ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde.

imesaṃ kho, āvuso, catunnaṃ satipaṭṭhānānaṃ samattaṃ bhāvitattā asekho hotī”ti.

Ami, c'est parce qu'on a pleinement développé ces quatre mises en place de la présence d'esprit qu'on est au-delà de l'entraînement





Bodhi leaf


Traduction proposée par Bhikkhu Sekha.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas (encore) un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.