Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Saṃyutta Nikāya >> Satipaṭṭhāna Saṃyutta

SN 47.10
Bhikkhunupassaya Sutta
— Dans les quartiers des bhikkhounis —
[ upassaya: résidence, quartier ]

Le Bouddha expose une méthode très utile et peu souvent entendue pour gérer les pensées distrayantes pendant la méditation.





Ānanda, on peut attendre de quiconque demeure avec un esprit bien établi dans les quatre satipaṭṭhānas, qu'il s'agisse d'un bhikkhou ou d'une bhikkhouni, qu'il percevra successivement des degrés de distinction de plus en plus élevés. Quels sont ces quatre [satipaṭṭhānas]?

En cela, Ānanda, un bhikkhou demeure ardent, attentif et sampajāno, observant le corps dans le corps, ayant éliminé appétence et aversion envers le monde. Pendant qu'il reste à observer le corps dans le corps, il apparaît en lui, basée sur le corps, soit une fièvre dans le corps, soit une léthargie dans l'esprit, ou bien l'esprit est distrait vers l'extérieur. Ce bhikkhou devrait alors diriger son esprit vers un nimitta suscitant l'inspiration.{1} Lorsque l'esprit est dirigé vers un nimitta suscitant l'inspiration, la joie apparaît. Lorsque la joie apparaît, l'exaltation apparaît. Lorsque l'exaltation apparaît, le corps devient tranquille. Celui qui a un corps tranquille éprouve sukha. L'esprit de celui qui éprouve sukha devient concentré. Il considère alors: 'Le dessein pour lequel j'ai dirigé mon esprit a été accompli. Maintenant, je retire [l'attention dirigée hors de ce nimitta].' Il retire donc son esprit et stoppe vitakka-vicāra. Il comprend: 'Sans vitakka-vicāra, intérieurement attentif, je suis heureux.'

De plus, Ānanda, un bhikkhou demeure ardent, attentif et sampajāno, observant les sensations dans les sensations, ayant éliminé appétence et aversion envers le monde. Pendant qu'il reste à observer les sensations dans les sensations, il apparaît en lui... Il comprend: 'Sans vitakka-vicāra, intérieurement attentif, je suis heureux.'

De plus, Ānanda, un bhikkhou demeure ardent, attentif et sampajāno, observant l'esprit dans l'esprit, ayant éliminé appétence et aversion envers le monde. Pendant qu'il reste à observer l'esprit dans l'esprit, il apparaît en lui... Il comprend: 'Sans vitakka-vicāra, intérieurement attentif, je suis heureux.'

De plus, Ānanda, un bhikkhou demeure ardent, attentif et sampajāno, observant les phénomènes mentaux dans les phénomènes mentaux, ayant éliminé appétence et aversion envers le monde. Pendant qu'il reste à observer les phénomènes mentaux dans les phénomènes mentaux, il apparaît en lui, basée sur le corps, soit une fièvre dans le corps, soit une léthargie dans l'esprit, ou bien l'esprit est distrait vers l'extérieur. Ce bhikkhou devrait alors diriger son esprit vers un nimitta suscitant l'inspiration. Lorsque l'esprit est dirigé vers un nimitta suscitant l'inspiration, la joie apparaît. Lorsque la joie apparaît, l'exaltation apparaît. Lorsque l'exaltation apparaît, le corps devient tranquille. Celui qui a un corps tranquille éprouve sukha. L'esprit de celui qui éprouve sukha devient concentré. Il considère alors: 'Le dessein pour lequel j'ai dirigé mon esprit a été accompli. Maintenant, je retire [l'attention dirigée hors de ce nimitta].' Il retire donc son esprit et stoppe vitakka-vicāra. Il comprend: 'Sans pensée ni examination, intérieurement attentif, je suis heureux.'

De cette manière, Ānanda, il y a bhāvanā par direction.

...





Bodhi leaf



Note

1. nimitta suscitant l'inspiration: les qualités du Bouddha, par exemple.



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Andrew Olendzki
et Connected Discourses of the Buddha de Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.