Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Aṅguttara Nikāya >> Navaka Nipāta

AN 9.42
Sambādha Sutta
— Une ouverture au confinement —
[ sambādha: confiné ]

Ānanda explique à Udāyī une déclaration faite par un déva à propos des jhānas.




En une occasion, le vénérable Ānanda séjournait à Kossambi, dans le parc de Ghosita. En cette occasion-là, le vénérable Udāyī alla le voir et, à son arrivée, échangea avec lui des salutations courtoises. Après cet échange de salutations amicales et courtoises, il s'assit d'un côté. Alors qu'il était assis là, il dit au vénérable Ānanda:

— Voici ce qui a été déclaré par Pañcālacaṇḍena le déva:

'En vérité, à un espace confiné, il a trouvé une ouverture,
Celui qui est pourvu d'une grande sagesse,
Celui qui s'est éveillé aux jhānas,
Le taureau meneur, retiré, le sage.'


— Ami, qu'est-ce que l'espace confiné? Qu'est-ce que l'accès à une ouverture dans l'espace confiné?

— Ami, [répondit le vénérable Ānanda] les cinq cordes des plaisirs sensuels sont décrites par le Fortuné comme un espace confiné. Quelles sont ces cinq? Les formes connaissables par l'œil qui sont souhaitables, désirables, plaisantes, agréables, liées à la sensualité, provoquant l'avidité. Les sons connaissables par l'oreille... Les odeurs connaissables par le nez... Les saveurs connaissables par la langue... Les sensations corporelles connaissables par le corps qui sont souhaitables, désirables, plaisantes, agréables, liées à la sensualité, provoquant l'avidité. Voici quelles sont les cinq cordes des plaisirs sensuels qui sont décrites par le Fortuné comme un espace confiné.

Maintenant, il y a le cas où un bhikkhou, suffisamment détourné de la sensualité, détourné des états mentaux désavantageux, entre et demeure dans le premier jhāna, qui est accompagné de sukha et d'exaltation engendrés par l'isolement, et de vitakka-vicāra. Mais cela est également décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, bien qu'elle ait une suite. Car même là il y a un espace confiné. Et quel est cet espace confiné? Vitakka et vicāra n'ont pas cessé. Voici quel est cet espace confiné.

Ensuite, il y a le cas où un bhikkhou, avec l'apaisement de vitakka-vicāra, entre et demeure dans le second jhāna, qui est accompagné de tranquillité intérieure, de sukha et d'exaltation engendrés par la concentration, ainsi que de l'unification de l'esprit, délivré de vitakka et de vicāra. Mais cela est également décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, bien qu'elle ait une suite. Car même là il y a un espace confiné. Et quel est cet espace confiné? Pīti n'a pas cessé. Voici quel est cet espace confiné.

Ensuite, il y a le cas où un bhikkhou, avec l'atténuation de l'exaltation, demeurant équanime, sato et sampajāno, ressentant sukha dans le corps, entre et demeure dans le troisième jhāna, dont les êtres nobles déclarent: 'upekkhako satimā sukhavihārī'. Mais cela est également décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, bien qu'elle ait une suite. Car même là il y a un espace confiné. Et quel est cet espace confiné? Le plaisir de l'équanimité n'a pas cessé. Voici quel est cet espace confiné.

Ensuite, il y a le cas où un bhikkhou, avec l'abandon du plaisir et de la douleur, après la disparition préalable de la joie et de la tristesse, entre et demeure dans le quatrième jhāna, qui est accompagné d'une purification de l'attention par l'équanimité et de l'absence de plaisir et de douleur. Mais cela est également décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, bien qu'elle ait une suite. Car même là il y a un espace confiné. Et quel est cet espace confiné? La perception de Rūpa n'a pas cessé. Voici quel est cet espace confiné.

Ensuite, il y a le cas où un bhikkhou, avec la transcendance complète de la perception de Rūpa, avec la disparition de la perception des impressions sensorielles, avec la non-attraction envers la perception de la diversité, [percevant:] 'l'espace est infini', entre et demeure dans la sphère de l'infinité de l'espace. Mais cela est également décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, bien qu'elle ait une suite. Car même là il y a un espace confiné. Et quel est cet espace confiné? La perception de la sphère de l'infinité de l'espace n'a pas cessé. Voici quel est cet espace confiné.

Ensuite, il y a le cas où un bhikkhou, avec la transcendance complète de la sphère de l'infinité de l'espace, [percevant:] 'la conscience est infinie', entre et demeure dans la sphère de l'infinité de la conscience. Mais cela est également décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, bien qu'elle ait une suite. Car même là il y a un espace confiné. Et quel est cet espace confiné? La perception de la sphère de l'infinité de la conscience n'a pas cessé. Voici quel est cet espace confiné.

Ensuite, il y a le cas où un bhikkhou, avec la transcendance complète de la sphère de l'infinité de la conscience, [percevant:] 'il n'y a rien', entre et demeure dans la sphère du vide. Mais cela est également décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, bien qu'elle ait une suite. Car même là il y a un espace confiné. Et quel est cet espace confiné? La perception de la sphère du vide n'a pas cessé. Voici quel est cet espace confiné.

Ensuite, il y a le cas où un bhikkhou, avec la transcendance complète de la sphère du vide, entre et demeure dans la sphère de ni-perception-ni-non-perception. Mais cela est également décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, bien qu'elle ait une suite. Car même là il y a un espace confiné. Et quel est cet espace confiné? La perception de la sphère de ni-perception-ni-non-perception n'a pas cessé. Voici quel est cet espace confiné.

Ensuite, il y a le cas où un bhikkhou, avec la transcendance complète de la sphère de ni-perception-ni-non-perception, entre et demeure dans la cessation des perceptions et des sensations. Et, ayant vu cela, avec discernement, ses impuretés mentales sont complètement épuisés. Mais même cela est décrit par le Fortuné comme l'accès à une ouverture dans un espace confiné, cette fois sans suite.





Bodhi leaf



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu
et Numerical discourses of the Buddha de Nyanaponika Thera et Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.