AN 9.27
Vera Sutta
— Les actions hostiles —

Si on a dissipé ces cinq dangers et actions hostiles et qu'on a développé quatre facteurs, on peut déclarer qu'on est délivré des mauvaises destinations.




Pāḷi



atha kho anāthapiṇḍiko gahapati yena bhagavā tenupasaṅkami; upasaṅkamitvā bhagavantaṃ abhivādetvā ekamantaṃ nisīdi. ekamantaṃ nisinnaṃ kho anāthapiṇḍikaṃ gahapatiṃ bhagavā etadavoca:

Français



Ce jour-là, le maître de maison Anathapindika alla voir le Fortuné, lui rendit hommage, et s'assit d'un côté. Tandis qu'il était assis là, le Fortuné lui dit:

“yato kho, gahapati, ariyasāvakassa pañca bhayāni verāni vūpasantāni honti, catūhi ca sotāpattiyaṅgehi samannāgato hoti, so ākaṅkhamāno attanāva attānaṃ byākareyya: ‘khīṇanirayomhi khīṇatiracchānayoni khīṇapettivisayo khīṇāpāyaduggativinipāto, sotāpannohamasmi avinipātadhammo niyato sambodhiparāyaṇo’”ti.

Maître de maison, lorsque cinq dangers et actions hostiles sont dissipés chez un noble disciple et qu'il est pourvu de quatre facteurs d'entrée dans le courant, alors s'il le désire, il peut déclarer de lui-même: «J'en ai fini avec l'enfer, j'en ai fini avec le sein animal, j'en ai fini avec le plan d'existence des esprits affligés, j'en ai fini avec les existences infortunées, les mauvaises destinations, les mondes inférieurs, je suis entré dans le courant, par nature délivré des mondes inférieurs, fixé sur la voie de l'éveil

“katamāni pañca bhayāni verāni vūpasantāni honti?

Et quels sont les cinq dangers et actions hostiles qui sont dissipés?

yaṃ, gahapati, pāṇātipātī pāṇātipātapaccayā diṭṭhadhammikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, samparāyikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, cetasikampi dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti, pāṇātipātā paṭivirato neva diṭṭhadhammikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, na samparāyikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, na cetasikampi dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti. pāṇātipātā paṭiviratassa evaṃ taṃ bhayaṃ veraṃ vūpasantaṃ hoti.

Maître de maison, celui qui détruit la vie engendre, en raison de la destruction de la vie, du danger et de l'hostilité dans le monde visible, il engendre du danger et de l'hostilité dans l'au-delà, et il ressent de la douleur et de l'affliction mentales. Celui qui s'abstient de détruire la vie n'engendre pas de danger et d'hostilité dans le monde visible, il n'engendre pas de danger et d'hostilité dans l'au-delà, et il ne ressent pas de douleur et de l'affliction mentales. Chez celui qui s'abstient de détruire la vie, ce danger et cette hostilité sont ainsi dissipés.

“yaṃ, gahapati, adinnādāyī adinnādānapaccayā diṭṭhadhammikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, samparāyikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, cetasikampi dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti. adinnādānā paṭivirato neva diṭṭhadhammikaṃ bhayaṃ veraṃ pasavati, na samparāyikaṃ bhayaṃ veraṃ pasavati, na cetasikaṃ dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti. adinnādānā paṭiviratassa evaṃ taṃ bhayaṃ veraṃ vūpasantaṃ hoti.

Maître de maison, celui qui s'approprie ce qui n'a pas été donné engendre, en raison de l'appropriation de ce qui n'a pas été donné, du danger et de l'hostilité dans le monde visible, il engendre du danger et de l'hostilité dans l'au-delà, et il ressent de la douleur et de l'affliction mentales. Celui qui s'abstient de s'approprier ce qui n'a pas été donné n'engendre pas de danger et d'hostilité dans le monde visible, il n'engendre pas de danger et d'hostilité dans l'au-delà, et il ne ressent pas de douleur et de l'affliction mentales. Chez celui qui s'abstient de s'approprier ce qui n'a pas été donné, ce danger et cette hostilité sont ainsi dissipés.

“yaṃ, gahapati, kāmesumicchācārī kāmesumicchācārapaccayā diṭṭhadhammikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, samparāyikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, cetasikampi dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti. kāmesumicchācārā paṭivirato neva diṭṭhadhammikaṃ bhayaṃ veraṃ pasavati, na samparāyikaṃ bhayaṃ veraṃ pasavati, na cetasikaṃ dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti. kāmesumicchācārā paṭiviratassa evaṃ taṃ bhayaṃ veraṃ vūpasantaṃ hoti.

Maître de maison, celui qui se méconduit en raison [des plaisirs] de la sensualité engendre, en raison de la méconduite en raison [des plaisirs] de la sensualité, du danger et de l'hostilité dans le monde visible, il engendre du danger et de l'hostilité dans l'au-delà, et il ressent de la douleur et de l'affliction mentales. Celui qui s'abstient de la méconduite en raison [des plaisirs] de la sensualité n'engendre pas de danger et d'hostilité dans le monde visible, il n'engendre pas de danger et d'hostilité dans l'au-delà, et il ne ressent pas de douleur et de l'affliction mentales. Chez celui qui s'abstient de la méconduite en raison [des plaisirs] de la sensualité, ce danger et cette hostilité sont ainsi dissipés.

“yaṃ, gahapati, musāvādī musāvādapaccayā diṭṭhadhammikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, samparāyikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, cetasikampi dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti. musāvādā paṭivirato neva diṭṭhadhammikaṃ bhayaṃ veraṃ pasavati, na samparāyikaṃ bhayaṃ veraṃ pasavati, na cetasikaṃ dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti. musāvādā paṭiviratassa evaṃ taṃ bhayaṃ veraṃ vūpasantaṃ hoti.

Maître de maison, celui qui tient de fausses paroles engendre, en raison des paroles fausses, du danger et de l'hostilité dans le monde visible, il engendre du danger et de l'hostilité dans l'au-delà, et il ressent de la douleur et de l'affliction mentales. Celui qui s'abstient des paroles fausses n'engendre pas de danger et d'hostilité dans le monde visible, il n'engendre pas de danger et d'hostilité dans l'au-delà, et il ne ressent pas de douleur et de l'affliction mentales. Chez celui qui s'abstient des paroles fausses, ce danger et cette hostilité sont ainsi dissipés.

“yaṃ, gahapati, surāmerayamajja-pamādaṭṭhāyī surāmerayamajja-pamādaṭṭhāna-paccayā diṭṭhadhammikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, samparāyikampi bhayaṃ veraṃ pasavati, cetasikampi dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti, surāmerayamajjapamādaṭṭhānā paṭivirato neva diṭṭhadhammikaṃ bhayaṃ veraṃ pasavati, na samparāyikaṃ bhayaṃ veraṃ pasavati, na cetasikaṃ dukkhaṃ domanassaṃ paṭisaṃvedeti. surāmerayamajja-pamādaṭṭhānā paṭiviratassa evaṃ taṃ bhayaṃ veraṃ vūpasantaṃ hotī”ti.

Maître de maison, celui qui prend des liqueurs, boissons fermentées & intoxicants qui engendrent la négligence engendre, en raison des liqueurs, boissons fermentées & intoxicants qui engendrent la négligence, du danger et de l'hostilité dans le monde visible, il engendre du danger et de l'hostilité dans l'au-delà, et il ressent de la douleur et de l'affliction mentales. Celui qui s'abstient des liqueurs, boissons fermentées & intoxicants qui engendrent la négligence n'engendre pas de danger et d'hostilité dans le monde visible, il n'engendre pas de danger et d'hostilité dans l'au-delà, et il ne ressent pas de douleur et de l'affliction mentales. Chez celui qui s'abstient des liqueurs, boissons fermentées & intoxicants qui engendrent la négligence, ce danger et cette hostilité sont ainsi dissipés.

imāni pañca bhayāni verāni vūpasantāni honti.

Voici quels sont les cinq dangers et actions hostiles qui sont dissipés.

“katamehi catūhi sotāpattiyaṅgehi samannāgato hoti?

Quels sont les quatre facteurs d'entrée dans le courant dont il est pourvu?

idha, gahapati, ariyasāvako buddhe aveccappasādena samannāgato hoti: ‘itipi so bhagavā arahaṃ sammāsambuddho vijjācaraṇasampanno sugato lokavidū anuttaro purisadammasārathi satthā devamanussānaṃ buddho bhagavā’”ti.

En cela, maître de maison, un noble disciple est pourvu d'une confiance vérifiée dans le Bouddha: «Le Fortuné est un arahant pleinement éveillé, accompli en connaissance et en [bonne] conduite, se portant bien, connaissant le monde, suprême dresseur d'hommes, enseignant des dévas et des humains, un Bouddha, un Fortuné.»

dhamme aveccappasāda samannāgato hoti: ‘svākkhāto bhagavatā dhammo sandiṭṭhiko akāliko ehipassiko opaneyyiko paccattaṃ veditabbo viññūhī’ti.

Il est pourvu d'une confiance vérifiée dans le Dhamma: «Le Dhamma est bien exposé par le Fortuné: il est visible directement, immédiat, il invite à venir voir, il est efficace, il est à être expérimenté individuellement par les sages.»

saṅghe aveccappasāda samannāgato hoti: ‘suppaṭipanno bhagavato sāvakasaṅgho, ujuppaṭipanno bhagavato sāvakasaṅgho, ñāyappaṭipanno bhagavato sāvakasaṅgho, sāmīcippaṭipanno bhagavato sāvakasaṅgho, yadidaṃ cattāri purisayugāni aṭṭha purisapuggalā, esa bhagavato sāvakasaṅgho āhuneyyo pāhuneyyo dakkhiṇeyyo añjalikaraṇīyo anuttaraṃ puññakkhettaṃ lokassā’ti.

Il est pourvu d'une confiance vérifiée dans la Communauté: «La Communauté des disciples du Fortuné qui pratique bien, la Communauté des disciples du Fortuné qui pratique droitement, la Communauté des disciples du Fortuné qui pratique correctement, la Communauté des disciples du Fortuné qui pratique adéquatement, c'est-à-dire les quatre paires d'individus, les huit [types de] personnes, cette Communauté des disciples du Fortuné est digne de dons, digne de soutien, digne d'offrandes, digne de salutations respectueuses, c'est un incomparable champ de mérite pour le monde.»

ariyakantehi sīlehi samannāgato hoti akhaṇḍehi acchiddehi asabalehi akammāsehi bhujissehiviññuppasatthehi aparāmaṭṭhehi samādhisaṃvattanikehi’.

Il est pourvu de vertus qui sont agréables aux êtres nobles, qui sont sans rupture, sans défaut, sans tache, sans défectuosité, libératrices, louées par les sages, sans attachement, et qui mènent à la concentration.

imehi catūhi sotāpattiyaṅgehi samannāgato hoti.

Voici quels sont les quatre facteurs d'entrée dans le courant dont il est pourvu.

“yato kho, gahapati, ariyasāvakassa imāni pañca bhayāni verāni vūpasantāni honti, imehi ca catūhi sotāpattiyaṅgehi samannāgato hoti, so ākaṅkhamāno attanāva attānaṃ byākareyya: ‘khīṇanirayomhi khīṇatiracchānayoni khīṇapettivisayo khīṇāpāyaduggativinipāto; sotāpannohamasmi avinipātadhammo niyato sambodhiparāyaṇo’”ti.

Maître de maison, lorsque ces cinq dangers et actions hostiles sont dissipés chez un noble disciple et qu'il est pourvu de ces quatre facteurs d'entrée dans le courant, alors s'il le désire, il peut déclarer de lui-même: «J'en ai fini avec l'enfer, j'en ai fini avec le sein animal, j'en ai fini avec le plan d'existence des esprits affligés, j'en ai fini avec les existences infortunées, les mauvaises destinations, les mondes inférieurs, je suis entré dans le courant, par nature délivré des mondes inférieurs, fixé sur la voie de l'éveil





Bodhi leaf


Traduction proposée par Bhikkhu Sekha.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.