Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Aṅguttara Nikāya >> Chakka Nipāta

AN 6.58
Āsava Sutta
— Les impuretés de l'esprit —
[ āsava ]

Six qualités possédé desquelles un bhikkhou est digne de dons, d'hospitalité, d'offrandes, de salutations révérentieuses, et constitue l'insurpassé champ de mérite pour le monde. Le Bouddha expose les impuretés mentales selon la manière dont ils sont dissous.




Bhikkhous, un bhikkhou qui est pourvu de six qualités est digne de dons, digne d'hospitalité, digne d'offrandes, digne de salutations révérentieuses, il constitue l'insurpassé champ de mérite pour le monde.{1} Quelles sont ces six?

En cela, un bhikkhou a éradiqué par la restreinte les impuretés mentales devant être éradiqués par la restreinte, il a éradiqué en faisant usage les impuretés mentales devant être éradiqués en faisant usage, il a éradiqué par l'endurance les impuretés mentales devant être éradiqués par l'endurance, il a éradiqué par l'évitement les impuretés mentales devant être éradiqués par l'évitement, il a éradiqué par le rejet les impuretés mentales devant être éradiqués par le rejet, il a éradiqué par la cultivation les impuretés mentales devant être éradiqués par la cultivation.


(Les impuretés mentales devant être éradiqués par la restreinte)

Et quels sont, bhikkhous, les impuretés mentales devant être éradiqués par la restreinte?{2} En cela, un bhikkhou ayant des réflexions sages{3} demeure avec restreinte vis-à-vis de la faculté de l'œil. Il se peut que des impuretés mentales, des contrariétés et des fièvres (passionnelles) apparaissent chez celui qui demeure sans restreinte vis-à-vis de la faculté de l'œil, mais les impuretés mentales, les contrariétés et les fièvres n'apparaissent pas chez celui qui demeure avec restreinte vis-à-vis de la faculté{4} de l'œil.

Un bhikkhou ayant des réflexions sages demeure avec restreinte vis-à-vis de la faculté de l'oreille...

Un bhikkhou ayant des réflexions sages demeure avec restreinte vis-à-vis de la faculté du nez...

Un bhikkhou ayant des réflexions sages demeure avec restreinte vis-à-vis de la faculté de la langue...

Un bhikkhou ayant des réflexions sages demeure avec restreinte vis-à-vis de la faculté du corps...

Un bhikkhou ayant des réflexions sages demeure avec restreinte vis-à-vis de la faculté de l'esprit. Il se peut que des impuretés mentales, des contrariétés et des fièvres apparaissent, bhikkhous, chez celui qui demeure sans restreinte vis-à-vis de la faculté de l'esprit, mais les impuretés mentales, les contrariétés et les fièvres n'apparaissent pas chez celui qui demeure avec restreinte vis-à-vis de la faculté de l'esprit.

Des impuretés mentales, des contrariétés et des fièvres apparaissent, bhikkhous, chez celui qui demeure sans restreinte vis-à-vis de ses facultés sensorielles, mais les impuretés mentales, les contrariétés et les fièvres n'apparaissent pas chez celui qui demeure avec une telle restreinte vis-à-vis de ses facultés sensorielles.

Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle les impuretés mentales devant être éradiqués par la restreinte.




(Les impuretés mentales devant être éradiqués en faisant usage)

Et quels sont, bhikkhous, les impuretés mentales devant être éradiqués en faisant usage? En cela, un bhikkhou fait usage de ses robes en ayant des considérations sages. Il ne porte ses robes que pour être protégé contre le froid, la chaleur, pour être protégé du contact avec les taons et les moustiques, le vent, le soleil, les rampants, et seulement pour couvrir sa nudité.

Il prend sa nourriture d'aumônes en ayant des considérations sages. Il ne prend pas sa nourriture avec frivolité, ni pour s'intoxiquer, ni pour grossir, ni pour s'embellir, mais seulement pour la survie et la continuation de ce corps, pour mettre fin aux afflictions, pour supporter la vie brahmique, en pensant: 'Je vais détruire les anciennes sensations [de faim] et je n'en créerai pas de nouvelles [dues à une ingestion excessive]. Ainsi je vais m'entraîner, être irréprochable, et vivre dans le confort.'

Il fait usage de son logement en ayant des considérations sages. Il ne l'utilise que pour être protégé contre le froid, la chaleur, pour être protégé du contact avec les taons et les moustiques, le vent, le soleil, les rampants, pour s'abriter des conditions climatiques inclémentes, et pour profiter de l'isolement.

Il fait usage des médicaments pour guérir les maladies. Il ne les utilise que pour se protéger contre les sensations oppressantes et pour être en bonne santé.

Des impuretés mentales, des contrariétés et des fièvres (passionnelles) apparaissent chez celui qui ne pratique pas l'utilisation de cette manière, mais les impuretés mentales, les contrariétés et les fièvres n'apparaissent pas chez celui qui pratique l'utilisation de cette manière.

Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle les impuretés mentales devant être éradiqués en faisant usage.




(Les impuretés mentales devant être éradiqués par l'endurance)

Et quels sont, bhikkhous, les impuretés mentales devant être éradiqués par l'endurance?{5} En cela, un bhikkhou ayant des considérations sages endure le froid, la chaleur, la faim, la soif, les taons, les moustiques, les vents, le soleil, les rampants; il endure les paroles malveillantes et inamicales; il endure les sensations qui sont apparues dans le corps et qui sont douloureuses, vives, aigües, perçantes, désagréables, pénibles et celles qui menacent la vie.

Des impuretés mentales, des contrariétés et des fièvres apparaissent, bhikkhous, chez celui qui n'est pas endurant, mais les impuretés mentales, les contrariétés et les fièvres n'apparaissent pas chez celui qui est endurant de cette manière.

Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle les impuretés mentales devant être éradiqués par l'endurance.




(Les impuretés mentales devant être éradiqués par l'évitement)

Et quels sont, bhikkhous, les impuretés mentales devant être éradiqués par l'évitement? En cela, un bhikkhou ayant des considérations sages évite un éléphant féroce, un cheval féroce, un taureau féroce, un chien féroce, un serpent, une souche d'arbre, un buisson de ronces, un abîme, un précipice, une fosse à déchets, un égout. Il évite de s'asseoir sur des sièges qui ne conviennent pas, de se promener dans des endroits qui ne conviennent pas, et de s'associer avec de mauvais amis, puisque s'il le faisait, ses sages compagnons dans la vie brahmique pourraient le suspecter d'avoir un mauvais comportement; ainsi, il évite les sièges qui ne conviennent pas, les endroits qui ne conviennent pas et les mauvais amis.

Des impuretés mentales, des contrariétés et des fièvres apparaissent, bhikkhous, chez celui qui ne pratique pas l'évitement, mais les impuretés mentales, les contrariétés et les fièvres n'apparaissent pas chez celui qui pratique l'évitement de cette manière.

Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle les impuretés mentales devant être éradiqués par l'évitement.




(Les impuretés mentales devant être éradiqués par le rejet)

Et quels sont, bhikkhous, les impuretés mentales devant être éradiqués par le rejet? En cela, un bhikkhou ayant des considérations sages ne tolère pas une pensée sensuelle étant apparue, il l'abandonne, la rejette, la fait disparaître et l'annihile totalement. Il ne tolère pas une pensée malveillante étant apparue, il l'abandonne, la rejette, la fait disparaître et l'annihile totalement. Il ne tolère pas une pensée de violence{19} étant apparue, il l'abandonne, la rejette, la fait disparaître et l'annihile totalement. Il ne tolère pas un état mental mauvais et désavantageux étant apparu, il l'abandonne, le rejette, le fait disparaître et l'annihile totalement.

Des impuretés mentales, des contrariétés et des fièvres apparaissent, bhikkhous, chez celui qui ne pratique pas le rejet, mais les impuretés mentales, les contrariétés et les fièvres n'apparaissent pas chez celui qui pratique le rejet de cette manière.

Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle les impuretés mentales devant être éradiqués par le rejet.




(Les impuretés mentales devant être éradiqués par la cultivation)

Et quels sont, bhikkhous, les impuretés mentales devant être éradiqués par la cultivation?{7} En cela, un bhikkhou ayant des considérations sages cultive le sambojjhaṅga de sati, qui est alimenté par l'isolement,{8} par virāga, par la cessation{9} et qui a pour résultat l'abandon.{10}

Celui qui a des considérations sages cultive le sambojjhaṅga de dhammavicaya, qui est alimenté par l'isolement, par virāga, par la cessation, et qui a pour résultat l'abandon.

Il développe le sambojjhaṅga de viriya...

Il développe le sambojjhaṅga d'exaltation...

Il développe le sambojjhaṅga de sérénité...

Il développe le sambojjhaṅga de concentration...

Il développe le sambojjhaṅga d'équanimité,{11} qui est alimenté par l'isolement, par virāga, par la cessation, et qui a pour résultat l'abandon.

Des impuretés mentales, des contrariétés et des fièvres apparaissent, bhikkhous, chez celui qui ne cultive pas les sambojjhaṅgas, mais les impuretés mentales, les contrariétés et les fièvres n'apparaissent pas chez celui qui cultive les sambojjhaṅgas de cette manière.

Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle les impuretés mentales devant être éradiqués par la cultivation.




bhikkhous, un bhikkhou qui est pourvu de ces six qualités est digne de dons, digne d'hospitalité, digne d'offrandes, digne de salutations révérentieuses, il constitue l'insurpassé champ de mérite pour le monde.





Bodhi leaf



Notes


1. digne de dons... champ de mérite pour le monde: c'est la dernière partie de la description standard du Sangha: 'āhuneyyo pāhuneyyo dakkhiṇeyyo añjalikaraṇīyo anuttaraṃ puññakkhettaṃ lokassā'.


2. restreinte: saṃvarā


3. réflexions sages: 'paṭisaṅkhā yoniso'
[paṭisaṅkhā: réflexion, jugement, considération | yoniso: sage].


4. faculté: indriya


5. endurance: adhivāsanā


6. pensées sensuelle, malveillante, de violence:
pensée sensuelle: kāma-vitakka;
pensée malveillante: byāpāda-vitakka;
pensée de violence: vihiṃsā-vitakka.


7. cultivation: bhāvanā


8. isolement: viveka


9. cessation: nirodha


10. abandon: vossagga


11. sérénité, concentration, équanimité:
sérénité: passaddhi;
concentration: samādhi;
équanimité: upekkhā




Traduction proposée par Rémy, avec le support du travail effectué
par la Burma Piṭaka Association sur un sutta similaire
et Middle length discourses of the Buddha de Bhikkhu Ñāṇamoli et Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.