Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Aṅguttara Nikāya >> Chakka Nipāta

AN 6.42
Nāgita Sutta
— En compagnie de Nāgita —

Le Bouddha fait l'éloge des séjours en pleine nature.



Evaṃ me sutaṃ:


En une occasion, le Fortuné voyageait dans le pays du Kosala, accompagné d'un grand sangha de bhikkhous. Il entra dans un village de brahmanes appelé Icchānaṅgala et s'installa dans un coin de forêt près de ce village.

Les brahmanes gens de foyer d'Icchānaṅgala entendirent dire: 'le renonçant Gotama, un fils des Sakyas ayant quitté le clan des Sakyas, est arrivé à Icchānaṅgala et demeure dans un coin de forêt. La bonne réputation de le renonçant Gotama s'est répandue: "Itipi so Bhagavā arahaṃ sammā-Sambuddho, vijjā-caraṇa-sampanno, sugato, loka-vidū, anuttaro purisa-damma-sārathi, satthā deva-manussānaṃ, Buddho Bhagavā ti". Il enseigne dans ce monde, avec ses dévas, Maras, Brahmas, ses renonçants & brahmanes, le Dhamma qu'il a connu et réalisé de lui-même par expérience directe, le Dhamma qui est bénéfique au début, bénéfique au milieu et bénéfique à la fin. Il l'enseigne en utilisant les mots et les concepts justes. Il révèle la vie brahmique qui est parfaitement complète et pure. Il est bon de voir un tel arahant.'

Alors les brahmanes d'Icchānaṅgala, à la fin de la nuit, apportant avec eux d'amples provisions de nourritures épaisses et légères, se rendirent dans le coin de forêt, et ils se tinrent à l'extérieur du portail, faisant du vacarme, un grand bruit.

A cette époque, le vénérable Nāgita était l'intendant personnel du Fortuné, et le Fortuné s'adressa à lui en ces termes:

— Qui est-ce, Nāgita, qui fait tout ce vacarme? On dirait des pêcheurs transportant du poisson.

Bhanté, ce sont les brahmanes gens de foyer d'Icchānaṅgala qui se tiennent à l'extérieur du portail avec d'amples provisions de nourritures épaisses et légères pour le Fortuné et le Sangha des bhikkhous.

— Puissé-je ne pas avoir cette éminente réputation, Nāgita, et puisse cette réputation ne pas me revenir. Celui qui ne peut obtenir à volonté, sans difficulté et sans peine, ce plaisir du renoncement, ce plaisir de l'isolement, ce plaisir de la paix, ce plaisir de la sambodhi tel que je l'obtiens, qu'il consente à ce plaisir-excrément, ce plaisir-paresse, ce plaisir des gains, des hommages et de la renommée.

— S'il vous plaît, Bhanté, que le Fortuné accepte cette offrande avec tolérance, c'est le moment approprié de donner son consentement. Où que le Fortuné aille, que ce soit un village ou une ville, les brahmanes gens de foyer sont inclinés à y aller. Tout comme, lorsqu'il pleut à grosses gouttes, l'eau de pluie s'écoule le long des pentes, de la même manière, où que le Fortuné aille, que ce soit un village ou une ville, les brahmanes gens de foyer sont inclinés à y aller. Pourquoi cela? À cause de la vertu et de la sagesse du Fortuné.

— Nāgita, puissé-je ne rien avoir à faire avec cette éminente réputation, et puisse cette réputation ne pas me revenir. Celui qui ne peut obtenir à volonté, sans difficulté et sans peine, ce plaisir du renoncement, ce plaisir de l'isolement, ce plaisir de la paix, ce plaisir de la sambodhi tel que je l'obtiens, qu'il consente à ce plaisir-excrément, ce plaisir-paresse, ce plaisir des gains, des hommages et de la renommée.


Il arrive, Nāgita, que je voie un bhikkhou demeurant dans un village, assis en train de se concentrer. Alors la pensée suivante me vient à l'esprit: 'Bientôt, un intendant d'ermitage ou un novice va venir s'occuper de cet le vénérable et le détournera de sa concentration.' Ainsi, Nāgita, je ne suis pas satisfait du fait que ce bhikkhou demeure dans un village.

Mais il arrive, Nāgita, que je voie un bhikkhou demeurant en pleine nature, assis en train de piquer du nez. Alors la pensée suivante me vient à l'esprit: 'Bientôt, cet le vénérable va se débarasser de sa somnolence et de sa fatigue, il établira son esprit dans rien d'autre que la perception de la nature,{1} et construira l'unification de son esprit. Ainsi, Nāgita, je suis satisfait du fait que ce bhikkhou demeure en pleine nature.

Et il arrive, Nāgita, que je voie un bhikkhou demeurant en pleine nature, assis déconcentré. Alors la pensée suivante me vient à l'esprit: 'Bientôt, cet le vénérable va centrer son esprit déconcentré, ou bien protéger son esprit concentré. Ainsi, Nāgita, je suis satisfait du fait que ce bhikkhou demeure en pleine nature.

Et il arrive, Nāgita, que je voie un bhikkhou demeurant en pleine nature, assis en train de se concentrer. Alors la pensée suivante me vient à l'esprit: 'Bientôt, cet le vénérable va délivrer son esprit encore non délivré, ou protéger son esprit délivré. Ainsi, Nāgita, je suis satisfait du fait que ce bhikkhou demeure en pleine nature.

Et il arrive, Nāgita, que je voie un bhikkhou demeurant dans un village recevant des robes, des aumônes de nourriture, des logements et des médicaments pour guérir les malades. Recevant à son gré ces acquisitions, ces offrandes et une bonne réputation, il néglige l'isolement, il néglige la nature isolée et les logements de forêt. Il fait sa vie en visitant les villages, les villes et les cités. Ainsi, Nāgita, je ne suis pas satisfait du fait que ce bhikkhou demeure dans un village.

Et il arrive, Nāgita, que je voie un bhikkhou demeurant en pleine nature recevant des robes, des aumônes de nourriture, des logements et des médicaments pour guérir les malades. Se détournant de ces acquisitions, de ces offrandes et de sa bonne réputation, il ne néglige pas l'isolement, il ne néglige pas la nature isolée et les logements de forêt. Ainsi, Nāgita, je suis satisfait du fait que ce bhikkhou demeure en pleine nature.

Et lorsque je voyage le long d'une route et que je ne vois personne devant ni derrière moi, en ce moment-là je suis à l'aise, même lorsque j'urine et défèque.





Bodhi leaf



Note


1. rien d'autre que la perception de la nature:
arañña-saññaṃ-yeva [ arañña: forêt, nature | saññā | yeva: rien d'autre que (particule emphatique) ]. Voir MN 121.



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.