AN 3.60
Saṅgārava Sutta
— Le brahmane Sangarava —

Le brahmane Saṅgārava considère que devenir bhikkhou est un acte égoïste. Le Bouddha lui démontre le contraire, puis fait un exposé sur les trois types de miracles.




Pāḷi



atha kho saṅgāravo brāhmaṇo yena bhagavā tenupasaṅkami; upasaṅkamitvā bhagavatā saddhiṃ sammodi. sammodanīyaṃ kathaṃ sāraṇīyaṃ vītisāretvā ekamantaṃ nisīdi. ekamantaṃ nisinno kho saṅgāravo brāhmaṇo bhagavantaṃ etadavoca:

Français



En cette occasion-là, le brahmane Sangarava vint voir le Fortuné et échangea des courtoisies avec lui. Après cet échange de courtoisies et de salutations amicales, il s'assit d'un côté. Tandis qu'il était assis là, le brahmane Sangarava dit au Fortuné:

— “mayamassu, bho gotama, brāhmaṇā nāma, yaññaṃ yajāmapi yajāpemapi. tatra, bho gotama, yo ceva yajati yo ca yajāpeti sabbe te anekasārīrikaṃ puññappaṭipadaṃ paṭipannā honti, yadidaṃ yaññādhikaraṇaṃ. yo panāyaṃ, bho gotama, yassa vā tassa vā kulā agārasmā anagāriyaṃ pabbajito ekamattānaṃ dameti, ekamattānaṃ sameti, ekamattānaṃ parinibbāpeti, evamassāyaṃ ekasārīrikaṃ puññappaṭipadaṃ paṭipanno hoti, yadidaṃ pabbajjādhikaraṇan”ti.

Sieur Gotama, nous les brahmanes, nous faisons et faisons faire des sacrifices, et à la fois celui qui fait aussi bien que celui qui fait faire les sacrifices pratiquent une pratique méritoire pour divers êtres, sur la base des sacrifices. Mais, Sieur Gotama, celui qui quitte sa famille et la vie de foyer pour le sans-foyer ne s'entraîne que pour lui-même, ne s'apaise que pour lui-même, n'atteint l'Extinction complète que pour lui-même, et ne pratique une pratique méritoire que pour ce seul être, sur la base de l'abandon du foyer.

— “tena hi, brāhmaṇa, taññevettha paṭipucchissāmi. yathā te khameyya tathā naṃ byākareyyāsi. taṃ kiṃ maññasi, brāhmaṇa, idha tathāgato loke uppajjati arahaṃ sammāsambuddho vijjācaraṇasampanno sugato lokavidū anuttaro purisadammasārathi satthā devamanussānaṃ buddho bhagavā. so evamāha: ‘ethāyaṃ maggo ayaṃ paṭipadā yathāpaṭipanno ahaṃ anuttaraṃ brahmacariyogadhaṃ sayaṃ abhiññā sacchikatvā pavedemi; etha, tumhepi tathā paṭipajjatha, yathāpaṭipannā tumhepi anuttaraṃ brahmacariyogadhaṃ sayaṃ abhiññā sacchikatvā upasampajja viharissathā’ti. iti ayañceva satthā dhammaṃ deseti, pare ca tathatthāya paṭipajjanti, tāni kho pana honti anekānipi satāni anekānipi sahassāni anekānipi satasahassāni. taṃ kiṃ maññasi, brāhmaṇa, iccāyaṃ evaṃ sante ekasārīrikā vā puññappaṭipadā hoti anekasārīrikā vā, yadidaṃ pabbajjādhikaraṇan”ti?

— Pour cela, brahmane, je vais vous questionner en retour, répondez comme bon vous semble. Qu'en pensez-vous: un Tathagata apparaît dans le monde, un arahant pleinement éveillé, accompli en connaissance et en [bonne] conduite, se portant bien, connaissant le monde, suprême dresseur d'hommes, enseignant des dévas et des humains, un Bouddha, un Fortuné. Il dit: 'Venez, voici la voie, voici la pratique qu'ayant pratiqué, je professe le suprême aboutissement de la vie brahmique, en l'ayant réalisé pour moi-même par connaissance directe. Vous aussi, venez pratiquez ainsi, de telle manière que vous aussi vous entriez et demeuriez dans le suprême aboutissement de la vie brahmique, en l'ayant réalisé pour vous-même par connaissance directe. Ainsi, cet enseignant professe la Loi de la Nature, et les autres pratiquent en ce sens, et il y en a des centaines, des milliers, des centaines de milliers. Qu'en pensez-vous, brahmane, puisqu'il en est ainsi, est-ce qu'il pratique une pratique méritoire pour divers êtres, sur la base de l'abandon du foyer?

— “iccāyampi, bho gotama, evaṃ sante anekasārīrikā puññappaṭipadā hoti, yadidaṃ pabbajjādhikaraṇan”ti.

— Puisqu'il en est ainsi, Sieur Gotama, il pratique une pratique méritoire pour divers êtres, sur la base de l'abandon du foyer.



Lorsque cela fut dit, le vénérable Ānanda s'adressa ainsi au brahmane Saṅgārava:

— De ces deux pratiques, brahmane, laquelle te semble être la moins compliquée, la moins violente, la plus fructueuse et la plus bénéfique?

— Je dois honorer et rendre un culte à ceux qui sont comme maître Gotama et maître Ānanda, répondit Saṅgārava.

Une seconde fois, le vénérable Ānanda lui dit:

— Brahmane, je ne t'ai pas demandé qui tu honores ou à qui tu rends un culte, mais je t'ai demandé: 'De ces deux pratiques, brahmane, laquelle te semble être la moins compliquée, la moins violente, la plus fructueuse et la plus bénéfique?'

— Je dois honorer et rendre un culte à ceux qui sont comme maître Gotama et maître Ānanda, répondit Saṅgārava pour la seconde fois.

Une troisième fois, le vénérable Ānanda lui dit:

— Brahmane, je ne t'ai pas demandé qui tu honores ou à qui tu rends un culte, mais je t'ai demandé: 'De ces deux pratiques, brahmane, laquelle te semble être la moins compliquée, la moins violente, la plus fructueuse et la plus bénéfique?'

— Je dois honorer et rendre un culte à ceux qui sont comme maître Gotama et maître Ānanda, répondit Saṅgārava pour la troisième fois.

Alors le Fortuné pensa: 'Cela fait la troisième fois que ce brahmane Saṅgārava, en étant pertinemment questionné par Ānanda, élude la question et n'y répond pas. Ne devrais-je pas le libérer de cette situation?' Et il lui dit:

— Brahmane, quel est le sujet de conversation qui est apparu aujourd'hui entre les courtisans royaux, lorsqu'ils se sont assis ensemble dans le palais royal?

Sieur Gotama, voici le sujet de conversation qui est apparu aujourd'hui entre les courtisans royaux, lorsqu'ils se sont assis ensemble dans le palais royal: 'Auparavant, il y avait moins de bhikkhous, mais il y en avait plus qui faisaient preuve de miracles de pouvoir supranormaux transcendant le niveau humain. Maintenant, il y a plus de bhikkhous, mais il y en a moins qui font preuve de miracles de pouvoir supranormaux transcendant le niveau humain. Voici quel était le sujet de la conversation.

— Brahmane, il y a trois types de miracles. Quels sont ces trois? Le miracle des pouvoirs supranormaux, le miracle de la lecture des pensées, et le miracle de l'instruction.

Et qu'est-ce que le miracle des pouvoirs supranormaux? Il y a le cas où une personne exerce différents pouvoirs supranormaux. Ayant été unique, il devient plusieurs. Ayant été plusieurs, il devient un. Il apparaît. Il disparaît. Il traverse les murs, les remparts et les frontières sans gêne, comme si c'était à travers l'espace. Il plonge dans la terre et en émerge comme si c'était de l'eau. Il marche sur l'eau sans s'y enfoncer, comme si c'était sur la terre. Assis les jambes croisées, il vole dans les airs comme un oiseau ailé. Avec sa main, il touche et caresse la lune et le soleil, si puissants et imposants. Il exerce une influence avec son corps aussi loin que le monde de Brahmā. Voici ce qu'on appelle le miracle des pouvoirs supranormaux.

Et qu'est-ce que le miracle de la lecture des pensées? Il y a le cas où une certaine personne lit [les pensées de quelqu'un d'autre], par l'intermédiaire d'un nimitta [en disant:] 'Telle est ta pensée, voici où est ta pensée, tel est ton esprit'. Et même s'il fait beaucoup de telles déclarations, il en va exactement ainsi et pas autrement.

Il y a aussi le cas où une certaine personne lit [les pensées de quelqu'un d'autre], non par l'intermédiaire d'un nimitta, mais en entendant les voix des êtres humains, des êtres non-humains, ou des dévas [en disant:] 'Telle est ta pensée, voici où est ta pensée, tel est ton esprit'. Et même s'il fait beaucoup de telles déclarations, il en va exactement ainsi et pas autrement.

Il y a aussi le cas où une certaine personne lit [les pensées de quelqu'un d'autre], ni par l'intermédiaire d'un nimitta, ni en entendant les voix des êtres humains, des êtres non-humains, ou des dévas, mais en entendant le son des vibrations-pensées de quelqu'un [en disant:] 'Telle est ta pensée, voici où est ta pensée, tel est ton esprit'. Et même s'il fait beaucoup de telles déclarations, il en va exactement ainsi et pas autrement.

Il y a aussi le cas où une certaine personne lit [les pensées de quelqu'un d'autre], ni par l'intermédiaire d'un nimitta, ni en entendant les voix des êtres humains, des êtres non-humains, ou des dévas, ni en entendant le son des vibrations-pensées, mais en ayant atteint une concentration libérée de la pensée et en pénétrant la conscience [de l'autre] avec sa propre conscience, et il sait: 'Étant donné l'inclination des saṅkhāras mentaux de cette vénérable personne, il va immédiatement penser à ceci.' Et même s'il fait beaucoup de telles déclarations, il en va exactement ainsi et pas autrement. Voici ce qu'on appelle le miracle de la lecture des pensées.

Et qu'est-ce que le miracle de l'instruction? Il y a le cas où une certaine personne donne des instructions de cette manière: 'Tu devrais penser de cette manière-ci, et ne pas penser de cette manière-là. Tu devrais t'occuper de ceci, et ne pas t'occuper de cela. Tu devrais abandonner ceci et demeurer dans la réalisation de cela'. Voici ce qu'on appelle le miracle de l'instruction.

Voici quels sont les trois miracles.

Maintenant, brahmane, parmi ces trois miracles, lequel te paraît être le plus haut et le plus sublime?

Sieur Gotama, en ce qui concerne les miracles des pouvoir supranormaux et de lecture des pensées, il s'agit de miracles dont seul celui qui les effectue fait l'expérience, et qui n'appartiennent qu'à celui qui l'effectue. Cela me semble avoir la nature d'un tour de prestigiditateur. Mais en ce qui concerne le miracle de l'instruction, c'est le miracle qui, parmi les trois, me paraît être le plus haut et le plus sublime.

C'est extraordinaire, Sieur Gotama. C'est remarquable, Sieur Gotama, avec quelle adresse cela a été déclaré par Sieur Gotama. Et nous nous souviendrons que Sieur Gotama est pourvu de ces trois miracles: Sieur Gotama exerce les divers pouvoirs supranormaux. Il pénètre mentalement et lit l'esprit des autres. Et il donne aux autres des instructions de cette manière: 'Tu devrais penser de cette manière-ci, et ne pas penser de cette manière-là. Tu devrais t'occuper de ceci, et ne pas t'occuper de cela. Tu devrais abandonner ceci et demeurer dans la réalisation de cela'.

— Assurément, brahmane, tu m'as manqué de respect avec cette déclaration,{1} mais je vais tout de même la confirmer. En effet, j'exerce les divers pouvoirs supranormaux... je pénètre mentalement et je lis l'esprit des autres... je donne des instructions aux autres sur la manière dont ils devraient conduire leur esprit.

— Mais, mis à part Sieur Gotama, y a-t-il des bhikkhous qui sont pourvus de ces trois miracles?

— Oui, brahmane. Il n'y a pas seulement cent autres bhikkhous, ni deux cent, ni trois cent, ni quatre cent, ni cinq cent autres bhikkhous: les bhikkhous qui sont pourvus de ces miracles sont bien plus nombreux encore que cela.

— Et, Sieur Gotama, où ces bhikkhous séjournent-ils, à présent?

— Dans ce même sangha de bhikkhous.

— Magnifique, Sieur Gotama, Magnifique. Comme s'il avait redressé ce qui avait été renversé, révélé ce qui était caché, montré le chemin à celui qui se serait perdu, ou porté une lampe dans l'obscurité de sorte que ceux qui ont des yeux puissent voir les formes, de même Sieur Gotama a clarifié le Dhamma de différentes manières. Je prends refuge auprès de Sieur Gotama, auprès du Dhamma, et auprès du Sangha. Puisse Sieur Gotama se souvenir de moi comme d'un disciple laïc qui a pris refuge auprès de lui, à compter de ce jour et pour la vie.





Bodhi leaf


Note



1. manqué de respect: Saṅgārava a manqué de respect en prétendant avoir connaissance des réalisations personnelles auxquelles le Bouddha est parvenu, même si son affirmation ressemble plutôt à un éloge. En effet, le Bouddha déclare souvent qu'aucun être dans l'univers ne peut sonder l'étendue de ses réalisations.



Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.


Traduction proposée par Rémy,
d'après Numerical discourses of the Buddha de Nyanaponika Thera et Bhikkhu Bodhi,
rendu accessible en ligne par la BPS, et le travail de Thanissaro Bhikkhu.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.