SN 51.17
Samaṇabrāhmaṇa Sutta
— Renonçants & brahmanes —

Quiconque dans le passé, dans le futur ou à présent manie les différents pouvoirs psychiques le fait en ayant développé et cultivé quatre choses.




Pāḷi



Ye hi keci, bhikkhave, atīta·maddhānaṃ samaṇā vā brāhmaṇā vā aneka·vihitaṃ iddhi·vidhaṃ paccanubhosuṃ: ekopi hutvā bahudhā ahesuṃ, bahudhāpi hutvā eko ahesuṃ; āvi·bhāvaṃ, tiro·bhāvaṃ; tiro·kuṭṭaṃ tiro·pākāraṃ tiro·pabbataṃ asajjamānā agamaṃsu, seyyathāpi ākāse; pathaviyāpi ummujja·nimujjaṃ akaṃsu, seyyathāpi udake; udakepi abhijjamāne agamaṃsu, seyyathāpi pathaviyaṃ; ākāsepi pallaṅkena kamiṃsu, seyyathāpi pakkhī sakuṇo; imepi candima·sūriye evaṃ·mah·iddhi·ke evaṃ·mah·ānubhāve pāṇinā parimasiṃsu parimajjiṃsu; yāva brahma·lokāpi kāyena vasaṃ vattesuṃ; sabbe te catunnaṃ iddhi·pādānaṃ bhāvitattā bahulī·kata·ttā.

Français



Dans les temps passés, bhikkhous, tous les renonçants ou brahmanes qui exerçaient divers pouvoirs psychiques, qui, ayant été uniques, devenaient plusieurs, qui, ayant été plusieurs, devenaient uniques, qui apparaissaient, qui disparaissaient, qui allaient sans résistance à travers les murs, à travers les remparts et à travers les montagnes comme à travers l'espace, qui plongeaient dans la terre et en émergeaient comme dans de l'eau, qui marchaient sur l'eau sans couler comme sur la terre, qui voyageaient dans les airs assis jambes croisées comme des oiseaux ailés, qui touchaient et effleuraient les astres si puissants et imposants avec leur main, qui exerçaient une influence avec leur corps jusque dans le monde de Brahma, cultivaient et pratiquaient tous fréquemment les quatre bases de la puissance.

Ye hi keci, bhikkhave, anāgata·maddhānaṃ samaṇā vā brāhmaṇā vā aneka·vihitaṃ iddhi·vidhaṃ paccanubhossanti: ekopi hutvā bahudhā bhavissanti, bahudhāpi hutvā eko bhavissanti; āvi·bhāvaṃ, tiro·bhāvaṃ; tiro·kuṭṭaṃ tiro·pākāraṃ tiro·pabbataṃ asajjamānā gamissanti, seyyathāpi ākāse; pathaviyāpi ummujja·nimujjaṃ karissanti, seyyathāpi udake; udakepi abhijjamāne gamissanti, seyyathāpi pathaviyaṃ; ākāsepi pallaṅkena kamissanti, seyyathāpi pakkhī sakuṇo; imepi candima·sūriye evaṃ·mah·iddhi·ke evaṃ·mah·ānubhāve pāṇinā parimasissanti parimajjissanti; yāva brahma·lokāpi kāyena vasaṃ vattissanti; sabbe te catunnaṃ iddhi·pādānaṃ bhāvitattā bahulī·kata·ttā.

Dans les temps futurs, bhikkhous, tous les renonçants ou brahmanes qui exerceront divers pouvoirs psychiques, qui, ayant été uniques, deviendront plusieurs, qui, ayant été plusieurs, deviendront uniques, qui apparaîtront, qui disparaîtront, qui iront sans résistance à travers les murs, à travers les remparts et à travers les montagnes comme à travers l'espace, qui plongeront dans la terre et en émergeront comme dans de l'eau, qui marcheront sur l'eau sans couler comme sur la terre, qui voyageront dans les airs assis jambes croisées comme des oiseaux ailés, qui toucheront et effleureront les astres si puissants et imposants avec leur main, qui exerceront une influence avec leur corps jusque dans le monde de Brahma, cultiveront et pratiqueront tous fréquemment les quatre bases de la puissance.

Ye hi keci, bhikkhave, etarahi samaṇā vā brāhmaṇā vā aneka·vihitaṃ iddhi·vidhaṃ paccanubhonti: ekopi hutvā bahudhā honti, bahudhāpi hutvā eko honti; āvi·bhāvaṃ, tiro·bhāvaṃ; tiro·kuṭṭaṃ tiro·pākāraṃ tiro·pabbataṃ asajjamānā gacchanti, seyyathāpi ākāse; pathaviyāpi ummujja·nimujjaṃ karonti, seyyathāpi udake; udakepi abhijjamāne gacchanti, seyyathāpi pathaviyaṃ; ākāsepi pallaṅkena kamanti, seyyathāpi pakkhī sakuṇo; imepi candima·sūriye evaṃ·mah·iddhi·ke evaṃ·mah·ānubhāve pāṇinā parimasanti parimajjanti; yāva brahma·lokāpi kāyena vasaṃ vattenti; sabbe te catunnaṃ iddhi·pādānaṃ bhāvitattā bahulī·kata·ttāti.

À présent, bhikkhous, tous les renonçants ou brahmanes qui exercent divers pouvoirs psychiques, qui, ayant été uniques, deviennent plusieurs, qui, ayant été plusieurs, deviennent uniques, qui apparaissent, qui disparaissent, qui vont sans résistance à travers les murs, à travers les remparts et à travers les montagnes comme à travers l'espace, qui plongent dans la terre et en émergent comme dans de l'eau, qui marchent sur l'eau sans couler comme sur la terre, qui voyagent dans les airs assis jambes croisées comme des oiseaux ailés, qui touchent et effleurent les astres si puissants et imposants avec leur main, qui exercent une influence avec leur corps jusque dans le monde de Brahma, cultivent et pratiquent tous fréquemment les quatre bases de la puissance.

Katamesaṃ catunnaṃ? Idha, bhikkhave, chanda·samādhi·p-padhāna·saṅkhāra-samannāgataṃ iddhipādaṃ bhāveti, vīriya·samādhi·p-padhāna·saṅkhāra-samannāgataṃ iddhipādaṃ bhāveti, citta·samādhi·p-padhāna·saṅkhāra-samannāgataṃ iddhipādaṃ bhāveti, vīmaṃsā·samādhi·p-padhāna·saṅkhāra-samannāgataṃ iddhi·pādaṃ bhāveti.

Quelles sont ces quatre? En cela, bhikkhous, un bhikkhou développe la base des pouvoirs psychiques pourvue de concentration due au désir et aux constructions d'effort, il cultive la base des pouvoirs psychiques pourvue de concentration due à l'énergie et aux constructions d'effort, il cultive la base des pouvoirs psychiques pourvue de concentration due à l'esprit et aux constructions d'effort, il cultive la base des pouvoirs psychiques pourvue de concentration due à l'investigation et aux constructions d'effort.{n}

Ye hi keci, bhikkhave, atīta·maddhānaṃ samaṇā vā brāhmaṇā vā aneka·vihitaṃ iddhi·vidhaṃ paccanubhosuṃ: ekopi hutvā bahudhā ahesuṃ, bahudhāpi hutvā eko ahesuṃ; āvi·bhāvaṃ, tiro·bhāvaṃ; tiro·kuṭṭaṃ tiro·pākāraṃ tiro·pabbataṃ asajjamānā agamaṃsu, seyyathāpi ākāse; pathaviyāpi ummujja·nimujjaṃ akaṃsu, seyyathāpi udake; udakepi abhijjamāne agamaṃsu, seyyathāpi pathaviyaṃ; ākāsepi pallaṅkena kamiṃsu, seyyathāpi pakkhī sakuṇo; imepi candima·sūriye evaṃ·mah·iddhi·ke evaṃ·mah·ānubhāve pāṇinā parimasiṃsu parimajjiṃsu; yāva brahma·lokāpi kāyena vasaṃ vattesuṃ; sabbe te imesaṃyeva catunnaṃ iddhi·pādānaṃ bhāvitattā bahulī·kata·ttā.

Dans les temps passés, bhikkhous, tous les renonçants ou brahmanes qui exerçaient divers pouvoirs psychiques, qui, ayant été uniques, devenaient plusieurs, qui, ayant été plusieurs, devenaient uniques, qui apparaissaient, qui disparaissaient, qui allaient sans résistance à travers les murs, à travers les remparts et à travers les montagnes comme à travers l'espace, qui plongeaient dans la terre et en émergeaient comme dans de l'eau, qui marchaient sur l'eau sans couler comme sur la terre, qui voyageaient dans les airs assis jambes croisées comme des oiseaux ailés, qui touchaient et effleuraient les astres si puissants et imposants avec leur main, qui exerçaient une influence avec leur corps jusque dans le monde de Brahma, cultivaient et pratiquaient tous fréquemment ces quatre bases de la puissance.

Ye hi keci, bhikkhave, anāgata·maddhānaṃ samaṇā vā brāhmaṇā vā aneka·vihitaṃ iddhi·vidhaṃ paccanubhossanti: ekopi hutvā bahudhā bhavissanti, bahudhāpi hutvā eko bhavissanti; āvi·bhāvaṃ, tiro·bhāvaṃ; tiro·kuṭṭaṃ tiro·pākāraṃ tiro·pabbataṃ asajjamānā gamissanti, seyyathāpi ākāse; pathaviyāpi ummujja·nimujjaṃ karissanti, seyyathāpi udake; udakepi abhijjamāne gamissanti, seyyathāpi pathaviyaṃ; ākāsepi pallaṅkena kamissanti, seyyathāpi pakkhī sakuṇo; imepi candima·sūriye evaṃ·mah·iddhi·ke evaṃ·mah·ānubhāve pāṇinā parimasissanti parimajjissanti; yāva brahma·lokāpi kāyena vasaṃ vattissanti; sabbe te imesaṃyeva catunnaṃ iddhi·pādānaṃ bhāvitattā bahulī·kata·ttā.

Dans les temps futurs, bhikkhous, tous les renonçants ou brahmanes qui exerceront divers pouvoirs psychiques, qui, ayant été uniques, deviendront plusieurs, qui, ayant été plusieurs, deviendront uniques, qui apparaîtront, qui disparaîtront, qui iront sans résistance à travers les murs, à travers les remparts et à travers les montagnes comme à travers l'espace, qui plongeront dans la terre et en émergeront comme dans de l'eau, qui marcheront sur l'eau sans couler comme sur la terre, qui voyageront dans les airs assis jambes croisées comme des oiseaux ailés, qui toucheront et effleureront les astres si puissants et imposants avec leur main, qui exerceront une influence avec leur corps jusque dans le monde de Brahma, cultiveront et pratiqueront tous fréquemment ces quatre bases de la puissance.

Ye hi keci, bhikkhave, etarahi samaṇā vā brāhmaṇā vā aneka·vihitaṃ iddhi·vidhaṃ paccanubhonti: ekopi hutvā bahudhā honti, bahudhāpi hutvā eko honti; āvi·bhāvaṃ, tiro·bhāvaṃ; tiro·kuṭṭaṃ tiro·pākāraṃ tiro·pabbataṃ asajjamānā gacchanti, seyyathāpi ākāse; pathaviyāpi ummujja·nimujjaṃ karonti, seyyathāpi udake; udakepi abhijjamāne gacchanti, seyyathāpi pathaviyaṃ; ākāsepi pallaṅkena kamanti, seyyathāpi pakkhī sakuṇo; imepi candima·sūriye evaṃ·mah·iddhi·ke evaṃ·mah·ānubhāve pāṇinā parimasanti parimajjanti; yāva brahma·lokāpi kāyena vasaṃ vattenti; sabbe te imesaṃyeva catunnaṃ iddhi·pādānaṃ bhāvitattā bahulī·kata·ttāti.

À présent, bhikkhous, tous les renonçants ou brahmanes qui exercent divers pouvoirs psychiques, qui, ayant été uniques, deviennent plusieurs, qui, ayant été plusieurs, deviennent uniques, qui apparaissent, qui disparaissent, qui vont sans résistance à travers les murs, à travers les remparts et à travers les montagnes comme à travers l'espace, qui plongent dans la terre et en émergent comme dans de l'eau, qui marchent sur l'eau sans couler comme sur la terre, qui voyagent dans les airs assis jambes croisées comme des oiseaux ailés, qui touchent et effleurent les astres si puissants et imposants avec leur main, qui exercent une influence avec leur corps jusque dans le monde de Brahma, cultivent et pratiquent tous fréquemment ces quatre bases de la puissance.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.