Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Saṃyutta Nikāya >> Iddhipāda Saṃyutta

SN 51.15
Uṇṇābha Brāhmaṇa Sutta
— Uṇṇābha le brahmane

Le brahmane Uṇṇābha demande à Ānanda quel est le but de la vie brahmique enseignée par le Bouddha. La conversation dérive ensuite sur la possibilité d'utiliser le désir pour mettre fin au désir.



Evaṃ me sutaṃ:

En une occasion, le vénérable Ānanda séjournait à Kossambi, dans le parc de Ghosita. En cette occasion-là, le brahmane Uṇṇābha vint voir le vénérable Ānanda et à son arrivée échangea des salutations courtoises avec lui. Après cet échange de salutations amicales et de courtoisies, il s'assit d'un côté. Alors qu'il était assis là, il dit au vénérable Ānanda:

Sieur Ānanda, quel est le but de la vie brahmique sous [la direction de] Samana Gotama?

— Brahmane, le but de la vie brahmique sous [la direction du] Fortuné est l'abandon du désir.

— Y a-t-il un chemin, y a-t-il une pratique pour l'abandon de ce désir?

— Oui, il y a un chemin, il y a une pratique pour l'abandon de ce désir.

— Mais, Sieur Ānanda, quel est ce chemin, quelle est la pratique menant à l'abandon de ce désir?

— En cela, brahmane, un bhikkhou développe l'iddhipāda doué d'une concentration basée sur le désir et les saṅkhāras d'effort. Il développe l'iddhipāda doué d'une concentration basée sur viriya et les saṅkhāras d'effort. Il développe l'iddhipāda doué d'une concentration basée sur l'esprit et les saṅkhāras d'effort. Il développe l'iddhipāda doué d'une concentration basée sur l'investigation et les saṅkhāras d'effort.

Voici, brahmane, quel est le chemin, quelle est la pratique menant à l'abandon de ce désir.

— S'il en est ainsi, Sieur Ānanda, alors ceci est un chemin interminable, et non un chemin ayant une fin, car il est impossible d'abandonner le désir au moyen du désir lui-même.

— Dans ce cas, brahmane, je vais te questionner. Réponds ce qui te semble approprié. Qu'en penses-tu? N'as-tu pas dans un premier temps eu un désir, en pensant: 'Je vais aller au parc', puis, lorsque tu es parvenu au parc, ce désir particulier n'a-t-il pas été apaisé?

— Oui, Sieur.

— N'as-tu pas dans un premier temps tonifié ton énergie, en pensant: 'Je vais aller au parc', puis, lorsque tu es parvenu au parc, cette énergie particulière n'a-t-elle pas disparu?

— Oui, Sieur.

— N'as-tu pas dans un premier temps eu un état d'esprit, en pensant: 'Je vais aller au parc', puis, lorsque tu es parvenu au parc, cet état d'esprit particulier n'a-t-il pas disparu?

— Oui, Sieur.

— N'as-tu pas dans un premier temps fait une investigation [de ton esprit], en pensant: 'Je vais aller au parc', puis, lorsque tu es parvenu au parc, cette investigation particulière n'a-t-elle pas disparu?

— Oui, Sieur.

— Il en va de même pour un arahant dont les impuretés mentales ont été détruits, qui a atteint la plénitude, effectué la tache, posé le fardeau, atteint le véritable objectif, qui a totalement détruit l'entrave du devenir, et qui est complètement délivré par la connaissance finale. Tout désir qu'il avait en premier lieu d'atteindre arahatta disparaît au moment où il atteint effectivement arahatta. Tout viriya qu'il avait développé en premier lieu dans le but d'atteindre arahatta disparaît au moment où il atteint effectivement arahatta. Tout état d'esprit qu'il avait développé en premier lieu dans le but d'atteindre arahatta disparaît au moment où il atteint effectivement arahatta. Toute investigation qu'il avait développée en premier lieu dans le but d'atteindre arahatta disparaît au moment où il atteint effectivement arahatta.

Alors, qu'en penses-tu, brahmane? Est-ce un chemin interminable, ou un chemin ayant une fin?

— Tu as raison, Sieur Ānanda. C'est un chemin ayant une fin, pas un chemin interminable. Magnifique, Sieur Ānanda, Magnifique. Comme s'il avait redressé ce qui avait été renversé, révélé ce qui était caché, montré le chemin à celui qui se serait perdu, ou porté une lampe dans l'obscurité de sorte que ceux qui ont des yeux puissent voir les formes, de même Sieur Ānanda a clarifié le Dhamma de différentes manières. Je prends refuge auprès de Gotama, auprès du Dhamma, et auprès du Sangha. Puisse Sieur Ānanda se souvenir de moi comme d'un disciple laïc qui a pris refuge auprès de lui, à compter de ce jour et pour la vie.





Bodhi leaf



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu
et Connected Discourses of the Buddha de Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.