Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Khuddaka Nikāya >> Dhammapada

Dhp XX
Magga Vagga
— Le Sentier —



273.
L'octuple sentier est le sentier suprême.
Les quatre vérités sont les vérités suprêmes.
L'absence de désir est l'état mental suprême.
Celui qui est pourvu de vision est le bipède suprême.



274.
Voici l'unique sentier.
Il n'y en a pas d'autre qui mène
A la purification de la vue intérieure.
Suis ce chemin et tu stupéfieras Māra.



275.
En suivant ce chemin,
Tu mettras fin à dukkha.
Ayant moi-même découvert
Comment retirer le dard
Je vous ai montré le sentier.



276.
Tu dois faire l'effort par toi-même.
Les Tathāgatas ne peuvent rien faire de plus
Que de montrer le sentier.
Ceux qui ont entrepris la méditation
Seront libérés des liens de Māra.



277.
'Sabbe saṅkhārā aniccā'1
Celui qui perçoit cela avec discernement
Se détourne du mal-être.
Voici le sentier de la purification.



278.
'Sabbe saṅkhārā dukkhā'2
Celui qui perçoit cela avec discernement
Se détourne du mal-être.
Voici le sentier de la purification.



279.
'Sabbe dhammā anattā'3
Celui qui perçoit cela avec discernement
Se détourne du mal-être.
Voici le sentier de la purification.



280.
Celui qui est paresseux,
Qui ne s'exerce pas quand il le devrait,
Qui bien que jeune et fort reste oisif,
Dont la résolution est faible,
Celui-là ne trouve pas le sentier de la sagesse.



281.
Il faut surveiller sa parole, se restreindre en esprit,
Et ne réaliser aucune mauvaise action du corps.
Il faut purifier ces trois champs d'action
Et atteindre la voie déclarée par les sages.



282.
La compréhension naît de la pratique.
Sans pratique, la compréhension se perd.
Ayant compris ces deux voies de gain et de perte,
Fais en sorte de développer la compréhension.



283.
Rasez la forêt de l'appétence,
Pas seulement des arbres individuels.
De cette forêt naît la peur.
Rasez donc cette forêt et ses taillis,
Soyez libérés de l'appétence, bhikkhous.



284.
Aussi longtemps que le taillis
De l'appétence de l'homme pour la femme
N'a pas été rasé et qu'il en reste
Ne serait-ce que la plus petite des quantités,
Aussi longtemps son esprit demeure attaché,
Comme un veau allaité est attaché à sa mère.



285.
Sectionne tes désirs
Comme on cueille avec la main
Un lilas en automne.
Pratique la voie de la paix,
Nibbāna enseigné par le Sublime.



286.
Ici passerai-je les pluies,
Ici l'hiver, ici l'été, imagine l'ignare.
Il ne réalise pas le danger (de la mort).



287.
L'homme qui est féru de ses enfants et de son bétail,
Et dont l'esprit est attaché, est emporté par la mort
Comme un village endormi est emporté par une inondation.



288.
Ni les enfants, ni les parents,
Ni les proches ne peuvent protéger,
Celui qui est assailli par la mort.
Aucun parent ni ami ne peut le protéger.



289.
Sachant cela, l'homme sage,
Restreint par la vertu,
Devrait au plus tôt déblayer (des obstacles)
Le chemin menant à l'Extinction.




Bodhi leaf



Notes


1. Sabbe saṅkhārā aniccā: tous les phénomènes conditionnés sont impermanents. sabbe: tous - saṅkhārā: phénomènes conditionnés - aniccā: impermanent


2. Sabbe saṅkhārā dukkhā: tous les phénomènes conditionnés sont insatisfaisants et ont la caractéristique du mal-être. sabbe: tous - saṅkhārā: phénomènes conditionnés - dukkhā: insatisfaction, douleur, souffrance


3. Sabbe dhammā anattā: tous les phénomènes (conditionnés et inconditionnés [i.e. Nibbāna]) sont insatisfaisants et ont la caractéristique du mal-être. sabbe: tous - dhammā: phénomènes (conditionnés et inconditionnés) - anattā: non-moi, sans ego, sans essence, sans substance.




Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Daw Mya Tin
et les documents disponibles sur le site de la DLMB.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originelles.