Iti 45
Paṭisallāna Sutta
— L'isolement —
[ paṭisallāna: isolement, solitude ]

Le Bouddha fait l'éloge de l'isolement, qui mène au calme de l'esprit, à vipassanā et finalement à Nibbāna.



Pāḷi



Vuttañhetaṃ bhagavatā, vuttamarahatāti me sutaṃ:

Français



Ceci a été dit par le Fortuné,{1} dit par l'arahant, ainsi ai-je entendu:

Paṭisallān'ārāmā, bhikkhave, viharatha paṭisallāna-ratā, ajjhattaṃ ceto-samatha-manuyuttā, anirākatajjhānā, vipassanāya samannāgatā, brūhetā suññā-gārānaṃ. Paṭisallān'ārāmānaṃ, bhikkhave, viharataṃ paṭisallāna-ratānaṃ ajjhattaṃ ceto-samatha-manuyuttānaṃ anirākata-j'jhānānaṃ vipassanāya samannāgatānaṃ brūhetānaṃ suññā-gārānaṃ dvinnaṃ phalānaṃ aññataraṃ phalaṃ pāṭikaṅkhaṃ: diṭṭheva dhamme aññā, sati vā upādisese anāgāmitā ti.

Bhikkhous, vivez en vous plaisant à l'isolement, en vous vouant à l'isolement, en vous appliquant au calme intérieur de l'esprit, sans négliger les jhānas, doués de vision intérieure, et en fréquentant les habitations vides. Si vous vivez en vous plaisant à l'isolement, en vous vouant à l'isolement, en vous appliquant calme intérieur de l'esprit, sans négliger les jhānas, doués de vision intérieure, et en fréquentant les habitations vides, vous pouvez vous attendre à l'un de ces deux résultats: ou bien [l'atteinte] dans ce monde visible de la connaissance finale, ou bien, s'il y a un restant d'attachement, le non-retour.

Etamatthaṃ bhagavā avoca. Tatthetaṃ iti vuccati:

Voici la signification de ce que le Fortuné a dit. C'est en référence à ceci qu'il a été dit:

Ye santacittā nipakā,

Satimanto ca jhāyino;

Sammā dhammaṃ vipassanti,

Kāmesu anapekkhino.

Appamādaratā santā,

Pamāde bhayadassino;

Abhabbā parihānāya,

Nibbānasseva santike ti.

Ceux qui ont un esprit calme, maîtres [d'eux-mêmes],

Doués de présence d'esprit et pratiquant les jhānas,

Ont une vision discernante correcte des phénomènes,

Étant indifférents à la sensualité.

Se plaisant à la diligence, calmes,

Ayant vu le danger dans la négligence,

Incapables de tomber,

Ils sont tout près de Nibbāna.

Ayampi attho vutto bhagavatā, iti me sutanti.

Voici quelle est la signification de ce que dit le Fortuné, ainsi ai-je entendu.



Bodhi leaf



Note


1. Ceci a été dit par le Bhagavā: on trouve une phrase très similaire dans le Mahāgosiṅga Sutta (MN 32): bhikkhu paṭisallānārāmo hoti paṭisallānarato, ajjhattaṃ cetosamathamanuyutto anirākatajjhāno, vipassanāya samannāgato, brūhetā suññāgārānaṃ, utilisée par āyasmā Revata pour décrire quel genre de bhikkhu pourrait illuminer la forêt de sālas de Gosiṅga.




Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.