Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Aṅguttara Nikāya >> Dasaka Nipāta

AN 10.95
Uttiya Sutta
— La question d'Uttiya —

Uttiya veut savoir si tous les êtres seront libérés par l'enseignement du Bouddha. Ānanda lui fournit une réponse.




En une occasion, un vagabond spirituel nommé Uttiya alla voir le Fortuné. Après un échange de salutations et des mots cordiaux, il s'assit d'un côté et demanda au Fortuné:

— Qu'en est-il, Sieur Gotama: le monde est-il éternel? Est-ce seulement cela qui est vrai, tout le reste étant faux?

— Cela, Uttiya, je ne l'ai pas déclaré: que le monde est éternel, et que cela seulement est vrai, tout le reste étant faux.

— Alors qu'en est-il, Sieur Gotama: le monde est-il non-éternel? Est-ce seulement cela qui est vrai, tout le reste étant faux?

— Cela non plus, Uttiya, je ne l'ai pas déclaré: que le monde est non-éternel, et que cela seulement est vrai, tout le reste étant faux.

— Qu'en est-il, Sieur Gotama: le monde est-il fini? ...infini? ...le principe vital et le corps sont-ils la même chose ou sont-ils différents? ...le Tathagata existe-t-il après la mort? ...le Tathagata est-il inexistant après la mort? ...est-il à la fois existant et non-existant après la mort? ...n'est-il ni existant ni non-existant après la mort? Est-ce seulement cela qui est vrai, tout le reste étant faux?

— Cela aussi, Uttiya, je ne l'ai pas déclaré: que le monde est fini... infini ...que le principe vital et le corps sont la même chose ... qu'ils sont différents ...que le Tathagata existe après la mort ...que le Tathagata est inexistant après la mort ...qu'il est à la fois existant et non-existant après la mort ...qu'il n'est ni existant ni non-existant après la mort, et que cela seulement est vrai, tout le reste étant faux.

— Mais qu'en est-il, Sieur Gotama? A toutes mes questions, vous avez répondu que vous n'avez pas fait cette déclaration. Qu'est-ce, finalement, que Sieur Gotama déclare vraiment?

— L'ayant connu par expérience directe, Uttiya, j'ai enseigné le Dhamma à mes disciples pour la purification des êtres, pour vaincre le chagrin et les lamentations, pour la cessation de la douleur et de l'affliction, pour marcher sur le sentier de la vérité et pour réaliser Nibbāna.

— Mais si Sieur Gotama, par sa connaissance directe, enseigne le Dhamma à ses disciples pour la purification des êtres, pour vaincre le chagrin et les lamentations, pour la cessation de la douleur et de l'affliction, pour marcher sur le sentier de la vérité et pour réaliser Nibbāna, est-ce que le monde entier en deviendra libéré, ou la moitié, ou une troisième fraction du monde?

A ces mots, le Fortuné resta silencieux.

Alors la pensée suivante vint au vénérable Ānanda: 'Puisse Uttiya l'ascète ne pas concevoir d'opinion nuisible, en pensant: "Lorsque j'ai posé au le renonçant Gotama une question sur un sujet fondamental, il s'est empêtré et n'a pas répondu. Il n'en était probablement pas capable."' Alors le vénérable Ānanda se tourna vers Uttiya et lui dit:

— Je vais te donner une analogie, ami Uttiya, car avec l'aide d'une analogie, les gens intelligents peuvent comprendre la signification de ce qui a été dit. Suppose, Uttiya, qu'il y ait une ville frontière appartenant à un roi, avec de puissants remparts et des tours bâties sur de bonnes fondations, et n'ayant qu'une seule porte. Il y a également un gardien de la porte, intelligent, expérimenté et prudent, qui fait rester dehors les inconnus et n'admet que ceux qui sont connus. Le gardien marche sur le chemin qui fait le tour de la ville, et en faisant cela, il ne voit pas dans les remparts le moindre trou ou la moindre ouverture, pas même de taille suffisante pour qu'un chat puisse s'y glisser. Même s'il n'a pas connaissance du nombre de personnes qui entrent dans la ville ou qui en sortent, il sait cependant cela: 'Toute créature relativement grande qui entre ou sort de cette ville ne peut le faire que par cette porte'.

De la même manière, ami Uttiya, le Tathagata ne se préoccupe pas de savoir si le monde entier sera libéré par son enseignement, ou la moitié, ou une troisième fraction du monde. Mais le Tathagata sait que tous ceux qui ont été libérés, sont libérés maintenant ou seront libérés du monde, le feront tous en éradiquant les cinq entraves{1} qui souillent l'esprit et affaiblissent le discernement, en établissement fermement leur esprit dans les quatre satipaṭṭhānas, et en cultivant les sept bojjhaṅgas dans leur vraie nature. Cette même question, ami Uttiya, que tu avait posée au Fortuné auparavant, tu lui as posée de nouveau d'une autre manière.





Bodhi leaf



Note


1. entrave: nīvaraṇa




Traduction proposée par Rémy,
d'après Numerical discourses of the Buddha de Nyanaponika Thera et Bhikkhu Bodhi,
rendu accessible en ligne par la Buddhist Publication Society.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.