Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Aṅguttara Nikāya >> Aṭṭhaka Nipāta

AN 8.13
Assājānīya Sutta
— Un pur-sang —
[ assājānīya: pur-sang ]

Les huit qualités d'un pur-sang comparées à huit qualités d'un bhikkhou.




Lorsqu'il est pourvu de huit qualités, le [cheval] coursier pur-sang de bon augure d'un roi est digne d'[appartenir à] un roi, il est son atout, et il est aussi important pour son roi qu'un de ses propres membres. Quelles sont ces huit?

(1) Ici, le coursier pur-sang de bon augure d'un roi est bien né des deux côtés, celui de sa mère et celui de son père. Il est né dans un pays où naissent également d'autres coursiers pur-sang.

(2) Quand il reçoit de la nourriture, qu'elle soit fraîche ou séchée, il la mange avec attention, sans l'éparpiller partout.

(3) Il ressent du dégoût à s'asseoir ou s'allonger dans l'urine ou les excréments.

(4) Il est calme, facile à vivre et il n'importune pas les autres chevaux.

(5) Il montre à son entraîneur tous les artifices, les ruses et les subterfuges qu'il a, de telle sorte que son entraîneur puisse tenter de les redresser.

(6) Lorsqu'il est dans le harnais, il pense: 'Que les autres chevaux veuillent tirer ou pas, je vais tirer.'

(7) Lorsqu'il s'avance, il avance sur un chemin direct.

(8) Il est résolu et demeure résolu jusqu'à la fin de la vie et la mort.

Lorsqu'il est pourvu de ces huit qualités, le coursier pur-sang de bon augure d'un roi est digne d'[appartenir à] un roi, il est son atout, et il est aussi important pour son roi qu'un de ses propres membres.



De la même manière, un bhikkhou doué de huit qualités est digne de dons, digne d'hospitalité, digne d'offrandes, digne de respect, il est un incomparable champ de mérite pour monde. Quelles sont ces huit?

(1) Ici, un bhikkhou est vertueux. Il demeure restreint en accord avec le Pātimokkha, parfait dans son comportement et sa sphère d'activités. Il s'entraîne, ayant entrepris de respecter les règles de l'entraînement, voyant le danger dans les fautes les plus légères.

(2) Lorsqu'il reçoit de la nourriture - grossière ou raffinée - il la mange avec attention, sans se plaindre.

(3) Il ressent du dégoût envers la méconduite corporelle, la méconduite verbale, la méconduite mentale, envers l'apparition des états mentaux mauvais et désavantageux.

(4) Il est calme, facile à vivre et n'importune pas les autres bhikkhous.

(5) Il montre à l'Instructeur ou à ses compagnons bien instruits dans la vie brahmique tous les artifices, les ruses et les subterfuges qu'il a, de telle sorte que l'Instructeur ou ses compagnons bien instruits dans la vie brahmique puissent tenter de les redresser.

(6) Lorsqu'il s'entraîne, il pense: 'Que les autres bhikkhous veuillent s'entraîner ou pas, je vais m'entraîner.

(7) Lorsqu'il s'avance, il s'avance sur le chemin direct. Ici, le chemin direct est le suivant: diṭṭhis correctes, intentions correctes, action correcte, moyens d'existence correctes, effort correcte, attention correcte et concentration correcte.

(8) Il demeure avec son énergie activée, [pensant:] 'S'il le faut, qu'il ne me reste plus que la peau, les veines et les os; la chair et le sang de mon corps peuvent s'assécher, mais je n'abandonnerai pas l'effort tant que je n'aurai pas atteint ce qui doit être atteint par la force humaine, l'énergie humaine, l'effort humain.'

Un bhikkhou doué de huit qualités est digne de dons, digne d'hospitalité, digne d'offrandes, digne de respect, il est un incomparable champ de mérite pour monde.





Bodhi leaf



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.