Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Aṅguttara Nikāya >> Sattaka Nipāta

AN 7.74
Araka Sutta
— Un enseignement ancestral —

Le Bouddha répète l'enseignement d'Araka, un instructeur du passé lointain, au sujet de la brièveté de la vie humaine.




Un jour, bhikkhous, il y avait un instructeur nommé Araka, un chef religieux qui était libéré de la passion pour les plaisirs sensuels. Il avait de nombreuses centaines de disciples et il leur enseignait le Dhamma de cette manière: 'Courte est la vie des êtres humains, brahmanes, limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

'Tout comme une goutte de rosée sur une feuille d'herbe disparaît rapidement au lever du soleil et ne demeure pas longtemps, de la même manière, brahmanes, la vie des êtres humains est comme une goutte de rosée: limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

'Tout comme lorsque la pluie tombe du ciel en gouttes épaisses, une bulle sur l'eau disparaît rapidement et ne demeure pas longtemps, de la même manière, brahmanes, la vie des êtres humains est comme une bulle d'eau: limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

'Tout comme une ligne dessinée sur l'eau avec un bâton disparaît rapidement et ne demeure pas longtemps, de la même manière, brahmanes, la vie des êtres humaines est comme une ligne dessinée sur l'eau avec un bâton: limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

'Tout comme un torrent s'écoulant des montagnes, venant de loin, au courant rapide, emportant tout avec lui, de telle manière qu'il n'y ait pas un moment, un instant, une seconde où il demeure calme, mais qu'au contraire il se précipite, tourbillonne et s'écoule, de la même manière, brahmanes, la vie des êtres humains est comme un torrent s'écoulant des montagnes: limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

'Tout comme un homme fort ayant formé un amas de salive sur le bout de sa langue pourrait le cracher facilement, de la même manière, brahmanes, la vie des êtres humains est comme un amas de salive: limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

'Tout comme un petit morceau de viande jeté dans une casserole en fer chauffée toute la journée, brûle rapidement et ne demeure pas longtemps, de la même manière, brahmanes, la vie des êtres humains est comme un petit morceau de viande: limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

'Tout comme une vache devant être abattue, menée à l'abattoir, se rapprochant de son exécution, plus près de la mort, à chaque pas que fait son pied, de la même manière, brahmanes, la vie des êtres humains est comme une vache devant être abattue: limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

Cependant, à cette époque, bhikkhous, la vie humaine durait 60 000 ans, les filles entrant dans l'âge du mariage à 500 ans. Et à cette époque-là, il n'y avait que six affliction: le froid, la chaleur, la faim, la soif, la défécation et l'urination. Cependant, même si la vie des gens durait aussi longtemps, et qu'il y avait aussi peu d'afflictions, l'instructeur Araka enseignait les Dhamma à ses disciples de cette manière: 'Courte est la vie des êtres humains, brahmanes, limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

A présent, bhikkhous, une personne qui parlerait avec justesse pourrait dire: 'Courte est la vie des êtres humains, limitée et brève, remplie de mal-être et de tribulations. Cette vérité devrait être comprise avec sagesse. Il faudrait faire ce qui est bon, et adopter la vie brahmique. Car celui qui est né ne peut échapper à la mort.'

A présent, bhikkhous, quelqu'un qui vit longtemps est âgé de 100 ans ou d'un petit peu plus. En vivant 100 ans, on vit 300 saisons: 100 saisons froides, 100 saisons chaudes, 100 saisons des pluies. En vivant 300 saisons, on vit pendant 1200 mois: 400 mois de froid, 400 mois de chaleur, 400 mois de pluies. En vivant 1200 mois, on vit pendant 2400 quinzaines: 800 quinzaines de froid, 800 quinzaines de chaleur, 800 quinzaines de pluies. En vivant 2400 quinzaines, on vit pendant 36 000 jours: 12 000 jours de froid, 12 000 jours de chaleur, 12 000 jours de pluies. En vivant 36 000 jours, on mange 72 000 repas: 24 000 repas dans les froids, 24 000 repas dans la chaleur, 24 000 repas pendant les pluies - en comptant la prise du lait maternel et les moments où on ne mange pas. Voici les moments où on ne mange pas: lorsqu'on est en colère, lorsqu'on est en souffrance, lorsqu'on est malade, lorsqu'on jeûne ou lorsqu'on n'obtient pas de nourriture.

Ainsi, bhikkhous, j'ai calculé la vie d'un centenaire: j'ai estimé la durée de vie, compté les saisons, les années, les mois, les quinzaines, les nuits, les jours, les repas et les moments où on ne mange pas. Tout ce qui devrait être fait par un instructeur plein de compassion recherchant le bien-être de ses disciples, je l'ai fait pour vous. Il y a là-bas les racines des arbres, là des demeures vides. Pratiquez les jhānas, bhikkhous. Ne soyez pas négligents, de peur d'avoir au regretter plus tard. Voici notre instruction pour vous.





Bodhi leaf



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu
et Numerical discourses of the Buddha de Nyanaponika Thera et Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.