AN 7.50
Methuna Sutta
— Sept degrés de sexualité —

Le Bouddha enseigne au brahmane Janoussoni sept degrés de sexualité qu'un renonçant pratiquant le célibat doit abandonner.




Pāḷi



atha kho jāṇussoṇi brāhmaṇo yena bhagavā tenupasaṅkami; upasaṅkamitvā bhagavatā saddhiṃ sammodi. sammodanīyaṃ kathaṃ sāraṇīyaṃ vītisāretvā ekamantaṃ nisīdi. ekamantaṃ nisinno kho jāṇussoṇi brāhmaṇo bhagavantaṃ etadavoca:

Français



Un jour, le brahmane Janoussoni vint voir le Fortuné, échangea avec lui des courtoisies et des salutations amicales, puis s'assit d'un côté et lui dit:

“bhavampi no gotamo brahmacārī paṭijānātī”ti?

«Est-ce que le Sieur Gotama prétend vivre la vie brahmique de célibat?

— “yañhi taṃ, brāhmaṇa, sammā vadamāno vadeyya ‘akhaṇḍaṃ acchiddaṃ asabalaṃ akammāsaṃ paripuṇṇaṃ parisuddhaṃ brahmacariyaṃ caratī’ti, mameva taṃ, brāhmaṇa, sammā vadamāno vadeyya ‘ahañhi, brāhmaṇa, akhaṇḍaṃ acchiddaṃ asabalaṃ akammāsaṃ paripuṇṇaṃ parisuddhaṃ brahmacariyaṃ carāmī’”ti.

Brahmane, si quelqu'un parlant correctement devait dire: «il vit une vie brahmique sans rupture, sans défaut, sans tache, sans défectuosité, complète et pure», c'est bien de moi qu'il devrait le dire. Brahmane, je vis une vie brahmique sans rupture, sans défaut, sans tache, sans défectuosité, complète et pure.

— “kiṃ pana, bho gotama, brahmacariyassa khaṇḍampi chiddampi sabalampi kammāsampī”ti?

— Mais qu'est-ce, Sieur Gotama, qu'une rupture, un défaut, une tache, une défectuosité de la vie brahmique?

— “idha, brāhmaṇa, ekacco samaṇo vā brāhmaṇo vā sammā brahmacārī paṭijānamāno na heva kho mātugāmena saddhiṃ dvayaṃdvaya-samāpattiṃ samāpajjati; api ca kho mātugāmassa ucchādana-parimaddan-anhāpana-sambāhanaṃ sādiyati. so taṃ assādeti, taṃ nikāmeti, tena ca vittiṃ āpajjati. idampi kho, brāhmaṇa, brahmacariyassa khaṇḍampi chiddampi sabalampi kammāsampi. ayaṃ vuccati, brāhmaṇa, aparisuddhaṃ brahmacariyaṃ carati, saṃyutto methunena saṃyogena na parimuccati jātiyā jarāya maraṇena sokehi paridevehi dukkhehi domanassehi upāyāsehi, na parimuccati dukkhasmāti vadāmi.

— En cela, brahmane, un certain renonçant ou brahmane prétendant vivre la vie brahmique correctement ne s'engage pas dans la copulation avec les femmes, mais il se laisse faire frotter, masser, frictionner par elles. Il savoure cela, il le désire, et il en tire satisfaction. Voici, brahmane, une rupture, un défaut, une tache, une défectuosité de la vie brahmique. C'est ce qu'on appelle quelqu'un qui vit une vie brahmique impure, qui est enchaîné par les chaînes de la sexualité, qui n'est pas délivré de la naissance, du vieillissement, de la mort, du chagrin, des lamentations, des douleurs, des afflictions mentales, de l'adversité, et je dis qu'il n'est pas délivré du mal-être.

“puna caparaṃ, brāhmaṇa, idhekacco samaṇo vā brāhmaṇo vā sammā brahmacārī paṭijānamāno na heva kho mātugāmena saddhiṃ dvayaṃdvayasamāpattiṃ samāpajjati, napi mātugāmassa ucchādana-parimaddan-anhāpana-sambāhanaṃ sādiyati; api ca kho mātugāmena saddhiṃ sañjagghati saṃkīḷati saṃkelāyati ... pe ...

Ou bien, brahmane, un certain renonçant ou brahmane prétendant vivre la vie brahmique correctement ne s'engage pas dans la copulation avec les femmes et ne se laisse pas faire frotter, masser, frictionner par elles, mais il rit, joue et s'amuse avec des femmes. Il savoure cela, il le désire, et il en tire satisfaction. Voici, brahmane, une rupture, un défaut, une tache, une défectuosité de la vie brahmique. C'est ce qu'on appelle quelqu'un qui vit une vie brahmique impure, qui est enchaîné par les chaînes de la sexualité (…)

napi mātugāmena saddhiṃ sañjagghati saṃkīḷati saṃkelāyati; api ca kho mātugāmassa cakkhunā cakkhuṃ upanijjhāyati pekkhati ... pe ...

(…) il ne rit pas, ne joue pas et ne s'amuse pas avec des femmes, mais il regarde et observe les femmes les yeux dans les yeux. Il savoure cela, il le désire, et il en tire satisfaction. Voici, brahmane, une rupture, un défaut, une tache, une défectuosité de la vie brahmique (…)

napi mātugāmassa cakkhunā cakkhuṃ upanijjhāyati pekkhati; api ca kho mātugāmassa saddaṃ suṇāti tirokuṭṭaṃ vā tiropākāraṃ vā hasantiyā vā bhaṇantiyā vā gāyantiyā vā rodantiyā vā ... pe ...

(…) il ne regarde pas et n'observe pas les femmes les yeux dans les yeux, mais il écoute les sons émis par les femmes à travers les murs lorsqu'elles rient, qu'elles parlent, qu'elles chantent ou qu'elles pleurent. Il savoure cela, il le désire, et il en tire satisfaction (…)

napi mātugāmassa saddaṃ suṇāti tirokuṭṭaṃ vā tiropākāraṃ vā hasantiyā vā bhaṇantiyā vā gāyantiyā vā rodantiyā vā; api ca kho yānissa tāni pubbe mātugāmena saddhiṃ hasitalapitakīḷitāni tāni anussarati ... pe ...

(…) il n'écoute pas les sons émis par les femmes à travers les murs lorsqu'elles rient, qu'elles parlent, qu'elles chantent ou qu'elles pleurent, mais il se remémore les femmes avec lesquelles dans le passé il riait, conversait et jouait. Il savoure cela, il le désire, et il en tire satisfaction (…)

napi yānissa tāni pubbe mātugāmena saddhiṃ hasitalapitakīḷitāni tāni anussarati; api ca kho passati gahapatiṃ vā gahapatiputtaṃ vā pañcahi kāmaguṇehi samappitaṃ samaṅgībhūtaṃ paricārayamānaṃ ... pe ...

(…) il ne se remémore pas les femmes avec lesquelles dans le passé il riait, conversait et jouait, mais il regarde un maître de maison ou le fils d'un maître de maison se faisant plaisir avec les quintuples agréments de la sensualité, dont il est doté et pourvu. Il savoure cela, il le désire, et il en tire satisfaction (…)

napi passati gahapatiṃ vā gahapatiputtaṃ vā pañcahi kāmaguṇehi samappitaṃ samaṅgībhūtaṃ paricārayamānaṃ; api ca kho aññataraṃ devanikāyaṃ paṇidhāya brahmacariyaṃ carati imināhaṃ sīlena vā vatena vā tapena vā brahmacariyena vā devo vā bhavissāmi devaññataro vāti. so taṃ assādeti, taṃ nikāmeti, tena ca vittiṃ āpajjati. idampi kho, brāhmaṇa, brahmacariyassa khaṇḍampi chiddampi sabalampi kammāsampi. ayaṃ vuccati, brāhmaṇa, aparisuddhaṃ brahmacariyaṃ carati saṃyutto methunena saṃyogena, na parimuccati jātiyā jarāya maraṇena sokehi paridevehi dukkhehi domanassehi upāyāsehi, na parimuccati dukkhasmāti vadāmi.

(…) il ne regarde pas un maître de maison ou le fils d'un maître de maison se faisant plaisir avec les quintuples agréments de la sensualité, dont il est doté et pourvu, mais il vit la vie brahmique en aspirant à [appartenir à] une certaine classe de dévas [en se disant]: «Grâce à cette vertu, à ce précepte, à cette ascèse, ou cette vie brahmique, je deviendrai un déva ou un proche de déva Il savoure cela, il le désire, et il en tire satisfaction. Voici, brahmane, une rupture, un défaut, une tache, une défectuosité de la vie brahmique. C'est ce qu'on appelle quelqu'un qui vit une vie brahmique impure, qui est enchaîné par les chaînes de la sexualité, qui n'est pas délivré de la naissance, du vieillissement, de la mort, du chagrin, des lamentations, des douleurs, des afflictions mentales, de l'adversité, et je dis qu'il n'est pas délivré du mal-être.

“yāvakīvañcāhaṃ, brāhmaṇa, imesaṃ sattannaṃ methunasaṃyogānaṃ aññatar-aññatara-methuna-saṃyogaṃ attani appahīnaṃ samanupassiṃ, neva tāvāhaṃ, brāhmaṇa, sadevake loke samārake sabrahmake sassamaṇabrāhmaṇiyā pajāya sadevamanussāya anuttaraṃ sammāsambodhiṃ abhisambuddhoti paccaññāsiṃ.

Brahmane, aussi longtemps que je voyais en moi l'une ou l'autre de ces sept chaînes de la sexualité que je n'avais pas abandonnée, je n'ai pas déclaré dans le monde, avec ses dévas, Maras, Brahmas, avec ses renonçants & brahmanes, à cette population avec ses dévas et humains, m'être éveillé au suprême éveil véritable.

“yato ca khohaṃ, brāhmaṇa, imesaṃ sattannaṃ methuna-saṃyogānaṃ aññatar-aññatara-methuna-saṃyogaṃ attani appahīnaṃ na samanupassiṃ, athāhaṃ, brāhmaṇa, sadevake loke samārake sabrahmake sassamaṇabrāhmaṇiyā pajāya sadevamanussāya anuttaraṃ sammāsambodhiṃ abhisambuddhoti paccaññāsiṃ. ‘ñāṇañca pana me dassanaṃ udapādi, akuppā me vimutti, ayamantimā jāti, natthi dāni punabbhavo’”ti.

Mais lorsque je n'ai plus vu en moi l'une ou l'autre de ces sept chaînes de la sexualité que je n'avais pas abandonnée, j'ai déclaré dans le monde, avec ses dévas, Maras, Brahmas, avec ses renonçants & brahmanes, à cette population avec ses dévas et humains, m'être éveillé au suprême éveil véritable.{n} La connaissance & vision apparut en moi: “La libération de mon esprit est inébranlable, ceci est ma dernière naissance, maintenant il n'y aura plus d'existence supplémentaire.”»

evaṃ vutte jāṇussoṇi brāhmaṇo bhagavantaṃ etadavoca:

Lorsque cela fut dit, le brahmane Janoussoni dit au Fortuné:

“abhikkantaṃ, bho gotama, abhikkantaṃ, bho gotama! seyyathāpi, bho gotama, nikkujjitaṃ vā ukkujjeyya, paṭicchannaṃ vā vivareyya, mūḷhassa vā maggaṃ ācikkheyya, andhakāre vā telapajjotaṃ dhāreyya: ‘cakkhumanto rūpāni dakkhantī’ti; evamevaṃ bhotā gotamena anekapariyāyena dhammo pakāsito. ete mayaṃ bhavantaṃ gotamaṃ saraṇaṃ gacchāma dhammañca bhikkhusaṅghañca. upāsake no bhavaṃ gotamo dhāretu ajjatagge pāṇupete saraṇaṃ gate”ti.

«C'est excellent, Sieur Gotama, excellent! Tout comme on redresserait ce qui était renversé, ou bien on révélerait ce qui était caché, ou bien on montrerait le chemin à quelqu'un qui se serait perdu, ou bien on allumerait une lampe dans l'obscurité [en pensant:] “Ceux qui possèdent une bonne vue verront les formes”, de la même manière le Sieur Gotama a expliqué le Dhamma de diverses façons. Nous allons en refuge au vénérable Gotama, ainsi qu'au Dhamma et à la Communauté des mendiants. Que le vénérable Gotama nous retienne à l'esprit en tant que disciples laïcs étant allés en refuge à compter d'aujourd'hui et pour la vie.»





Bodhi leaf


Traduction proposée par Bhikkhu Sekha.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.