Photo d'arbre >> Sutta Piṭaka >> Aṅguttara Nikāya >> Chakka Nipāta

AN 6.45
Iṇa Sutta
— Endetté —
[ iṇa: dette ]

Comment le mal-être de l'attachement aux plaisirs sensuels est comparable au mal-être de la pauvreté.




Bhikkhous, pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, la pauvreté est un mal-être dans le monde.

— Oui, Bhanté.

— Et une personne qui est pauvre, sans ressources, indigente, s'endette. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, l'endettement est un mal-être dans le monde.

— Oui, Bhanté.

— Et une personne qui est pauvre, sans ressources, indigente, et s'est endettée, doit payer des intérêts. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, le paiement des intérêts est un mal-être dans le monde.

— Oui, Bhanté

— Et lorsqu'une personne qui est pauvre, sans ressources, indigente, et doit payer des intérêts, ne paie pas ses intérêts dans les temps, on lui envoie un rappel à l'ordre. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, la réception d'un rappel à l'ordre est un mal-être dans le monde.

— Oui, Bhanté

— Et lorsqu'une personne qui est pauvre, sans ressources, indigente, et qui a reçu un rappel à l'ordre, ne paie pas, on la harcèle. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, le harcèlement est un mal-être dans le monde.

— Oui, Bhanté

— Et lorsqu'une personne qui est pauvre, sans ressources, indigente, et qui est harcelée, ne paie pas, on l'envoie en prison. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, la prison est un mal-être dans le monde.
Oui, Bhanté

Ainsi, bhikkhous, pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, la pauvreté est un mal-être dans le monde. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, l'endettement est un mal-être dans le monde. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, le paiement des intérêts est un mal-être dans le monde. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, la réception d'un rappel à l'ordre est un mal-être dans le monde. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, le harcèlement est un mal-être dans le monde. Pour celui qui s'adonne aux plaisirs sensuels, la prison est un mal-être dans le monde.


De la même manière, bhikkhous, celui qui manque de conviction vis-à-vis des états mentaux avantageux, qui n'a pas le sens de la crainte morale vis-à-vis des états mentaux avantageux, qui ne se sent pas concerné par les états mentaux avantageux, qui n'a pas de persistance vis-à-vis des états mentaux avantageux, qui n'a pas de sagesse vis-à-vis des états mentaux avantageux, une telle personne, dans la discipline des êtres nobles, est appelée pauvre, sans ressources, indigente.

Celui qui est pauvre, sans ressources, indigent, n'ayant pas de conviction vis-à-vis des états mentaux avantageux, n'ayant pas le sens de la crainte morale vis-à-vis des états mentaux avantageux, ne se sentant pas concerné par les états mentaux avantageux, n'ayant pas de persistance vis-à-vis des états mentaux avantageux, n'ayant pas de sagesse vis-à-vis des états mentaux avantageux, une telle personne s'engage dans l'inconduite corporelle, l'inconduite verbale, l'inconduite mentale. Pour lui, je vous le dis, ceci est son endettement.

Afin de dissimuler sa méconduite corporelle, il formule des désirs mauvais. Il désire: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.' Il se décide: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.' Il parle [en pensant]: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.' Il faut un effort corporel, pensant: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.'

Afin de dissimuler sa méconduite vocale...

Afin de dissimuler sa méconduite mentale, il formule des désirs mauvais. Il désire: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.' Il se décide: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.' Il parle [en pensant]: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.' Il fait un effort corporel, pensant: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.' Pour lui, je vous le dis, ceci est le paiement des intérêts.

Et alors ses compagnons bien établis dans la vie brahmique disent de lui: 'Cet le vénérable agit de telle manière, il se comporte de telle manière.' Pour lui, je vous le dis, ceci est la réception d'un rappel à l'ordre.

Et lorsqu'il se rend dans la nature, au pied d'un arbre, ou dans une pièce inoccupée, il est assailli par des pensées mauvaises et désavantageux accompagnées de remords. Pour lui, je vous le dis, ceci est le harcèlement.

Une telle personne, pauvre, sans ressources, indigente, s'étant engagée dans l'inconduite corporelle, l'inconduite verbale et l'inconduite mentale, à la dissolution du corps, après la mort, est enchaîné par le lien de l'enfer, ou le lien du sein animal. Et je ne connais aucun autre enchaînement qui soit aussi tourmentant, aussi douloureux, et qui constitue un tel obstacle à la réalisation de l'insurpassable sécurité vis-à-vis l'enchaînement, que le lien de l'enfer ou le lien du sein animal.


La pauvreté est appelée souffrance dans le monde;
Il en va de même avec l'endettement.
Celui qui est pauvre, endetté,
S'adonnant aux plaisirs sensuels,
Endure des tribulations.

Ensuite, on le harcèle et on l'enchaîne:
C'est le lien douloureux
Pour celui qui convoite les plaisirs sensuels.

Celui qui n'a pas de conviction
Vis-à-vis de la discipline des êtres nobles,
Aucun sens de la crainte morale, aucun scrupule,
Qui contemple les actions malsaines,
Réalisant de mauvais actes corporels,
Réalisant de mauvais actes verbaux,
Réalisant de mauvais actes mentaux,
Désire: 'Puissent-ils ne pas connaître ma vraie nature.'

Il se dissimule en corps, en parole et en esprit,
Accumulant les mauvaises actions,
Ici et là, encore et encore.

Réalisant des actions mauvaises,
Ayant une sagesse débile,
Connaissant son mauvais comportement,
Il est une pauvre personne, endettée.

S'adonnant aux plaisirs sensuels,
Il endure des tribulations.
Et alors, ils le harcèlent,
Ces douloureux desseins mentaux nés du remords,
Que ce soit au foyer ou dans la nature inhabitée.

Réalisant des actions mauvaises,
Ayant une sagesse débile,
Connaissant son mauvais comportement,
Il se dirige dans le sein animal,
Ou bien il est enchaîné à l'enfer:
Le lien douloureux dont les illuminés sont libres.

Mais celui qui est confiant,
Vivant au foyer, faisant des offrandes
De ses biens gagnés droitement,
Atteint les deux résultats:
Avantage dans l'ici et maintenant,
Et bonheur dans l'au-delà.
La générosité de cet homme de foyer
Accumule du mérite.

Celui qui a une conviction fermement établie
Dans la discipline des êtres nobles,
Ayant un sens de la crainte morale,
Étant scrupuleux, sage et restreint par la vertu,
Celui-là est, dans la discipline des êtres nobles,
Considéré comme vivant confortablement.

Obtenant un plaisir non charnel,
Il est déterminé à l'équanimité:
Abandonnant les cinq entraves,
Sa persévérance constamment tonifiée,
Il pénètre les jhānas: d'esprit unifié, attentif et sage.

Sachant ceci yathā·bhūtaṃ,
Par la cessation totale de tous les saṃyojanas,
En ne s'attachant nulle part,
Son esprit est complètement libéré.

En lui, Tel, complètement libéré,
Il y a la connaissance de la cessation totale
Des saṃyojanas du devenir: 'Ma libération est inébranlable.'

C'est la plus haute connaissance,
Le bonheur insurpassable.

Sans peine, sans impureté, au repos,
C'est la libération de la dette.




Bodhi leaf



Traduction proposée par Rémy,
sur la base du travail effectué par Thanissaro Bhikkhu
et Numerical discourses of the Buddha de Nyanaponika Thera et Bhikkhu Bodhi.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Toute réutilisation de ce contenu doit citer ses sources originales.