AN 5.200
Nissāraṇīya Sutta
— Ayant trait à l'émancipation —

Voici cinq émancipations (nissāraṇa) ainsi que les moyens d'y parvenir.




Pāḷi



Pañcimā, bhikkhave, nissāraṇīyā dhātuyo. Katamā pañca?

Français



Il y a, bhikkhous, ces cinq éléments ayant trait à l'émancipation. Quels sont ces cinq?

Idha, bhikkhave, bhikkhuno kāmaṃ manasikaroto kāmesu cittaṃ na pakkhandati nappasīdati na santiṭṭhati na vimuccati. Nekkhammaṃ kho panassa manasikaroto nekkhamme cittaṃ pakkhandati pasīdati santiṭṭhati vimuccati. Tassa taṃ cittaṃ sugataṃ subhāvitaṃ suvuṭṭhitaṃ suvimuttaṃ suvisaṃyuttaṃ kāmehi; ye ca kāmapaccayā uppajjanti āsavā vighātapariḷāhā, mutto so tehi. na so taṃ vedanaṃ vediyati. Idamakkhātaṃ kāmānaṃ nissaraṇaṃ.

En cela, bhikkhous, lorsqu'un bhikkhou applique son mental à la sensualité, son esprit n'est pas inspiré par la sensualité, il ne devient pas serein, ne se pose pas et ne se libère pas.{n} Mais s'il applique son mental au renoncement, son esprit est inspiré, devient serein, se pose et se libère. Pour lui, cet esprit est bien séparé, bien évolué, bien émergé, bien libéré, bien détaché des plaisirs de la sensualité. Et il est délivré des impuretés mentales, des contrariétés & fièvres qui apparaissent sur la base de la sensualité. Il ne ressent pas de tel ressenti. Voici ce qui est déclaré être l'émancipation vis-à-vis de la sensualité.

Puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhuno byāpādaṃ manasikaroto byāpāde cittaṃ na pakkhandati nappasīdati na santiṭṭhati na vimuccati. Abyāpādaṃ kho panassa manasikaroto abyāpāde cittaṃ pakkhandati pasīdati santiṭṭhati vimuccati. Tassa taṃ cittaṃ sugataṃ subhāvitaṃ suvuṭṭhitaṃ suvimuttaṃ suvisaṃyuttaṃ byāpādena; ye ca byāpādapaccayā uppajjanti āsavā vighātapariḷāhā, mutto so tehi, na so taṃ vedanaṃ vediyati. Idamakkhātaṃ byāpādassa nissaraṇaṃ.

De plus, bhikkhous, lorsqu'un bhikkhou applique son mental à la malveillance, son esprit n'est pas inspiré par la malveillance, il ne devient pas serein, ne se pose pas et ne se libère pas. Mais s'il applique son mental à la bienveillance, son esprit est inspiré, devient serein, se pose et se libère. Pour lui, cet esprit est bien séparé, bien évolué, bien émergé, bien libéré, bien détaché de la malveillance. Et il est délivré des impuretés mentales, des contrariétés & fièvres qui apparaissent sur la base de la malveillance. Il ne ressent pas de tel ressenti. Voici ce qui est déclaré être l'émancipation vis-à-vis de la malveillance.

Puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhuno vihesaṃ manasikaroto vihesāya cittaṃ na pakkhandati nappasīdati na santiṭṭhati na vimuccati. Avihesaṃ kho panassa manasikaroto avihesāya cittaṃ pakkhandati pasīdati santiṭṭhati vimuccati. Tassa taṃ cittaṃ sugataṃ subhāvitaṃ suvuṭṭhitaṃ suvimuttaṃ suvisaṃyuttaṃ vihesāya; ye ca vihesāpaccayā uppajjanti āsavā vighātapariḷāhā, mutto so tehi, na so taṃ vedanaṃ vediyati. Idamakkhātaṃ vihesāya nissaraṇaṃ.

De plus, bhikkhous, lorsqu'un bhikkhou applique son mental à la nuisance, son esprit n'est pas inspiré par la nuisance, il ne devient pas serein, ne se pose pas et ne se libère pas. Mais s'il applique son mental à la non-nuisance, son esprit est inspiré, devient serein, se pose et se libère. Pour lui, cet esprit est bien séparé, bien évolué, bien émergé, bien libéré, bien détaché de la nuisance. Et il est délivré des impuretés mentales, des contrariétés & fièvres qui apparaissent sur la base de la nuisance. Il ne ressent pas de tel ressenti. Voici ce qui est déclaré être l'émancipation vis-à-vis de la nuisance.

Puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhuno rūpaṃ manasikaroto rūpe cittaṃ na pakkhandati nappasīdati na santiṭṭhati na vimuccati. Arūpaṃ kho panassa manasikaroto arūpe cittaṃ pakkhandati pasīdati santiṭṭhati vimuccati. Tassa taṃ cittaṃ sugataṃ subhāvitaṃ suvuṭṭhitaṃ suvimuttaṃ suvisaṃyuttaṃ rūpehi; ye ca rūpapaccayā uppajjanti āsavā vighātapariḷāhā, mutto so tehi, na so taṃ vedanaṃ vediyati. Idamakkhātaṃ rūpānaṃ nissaraṇaṃ.

De plus, bhikkhous, lorsqu'un bhikkhou applique son mental à la Forme, son esprit n'est pas inspiré par la Forme, il ne devient pas serein, ne se pose pas et ne se libère pas. Mais s'il applique son mental au sans-Forme, son esprit est inspiré, devient serein, se pose et se libère. Pour lui, cet esprit est bien séparé, bien évolué, bien émergé, bien libéré, bien détaché de la Forme. Et il est délivré des impuretés mentales, des contrariétés & fièvres qui apparaissent sur la base de la Forme. Il ne ressent pas de tel ressenti. Voici ce qui est déclaré être l'émancipation vis-à-vis de la Forme.

Puna caparaṃ, bhikkhave, bhikkhuno sakkāyaṃ manasikaroto sakkāye cittaṃ na pakkhandati nappasīdati na santiṭṭhati na vimuccati. Sakkāyanirodhaṃ kho panassa manasikaroto sakkāyanirodhe cittaṃ pakkhandati pasīdati santiṭṭhati vimuccati. Tassa taṃ cittaṃ sugataṃ subhāvitaṃ suvuṭṭhitaṃ suvimuttaṃ suvisaṃyuttaṃ sakkāyena; ye ca sakkāyapaccayā uppajjanti āsavā vighātapariḷāhā, mutto so tehi, na so taṃ vedanaṃ vediyati. Idamakkhātaṃ sakkāyassa nissaraṇaṃ.

De plus, bhikkhous, lorsqu'un bhikkhou applique son mental à l'existence personnelle, son esprit n'est pas inspiré par l'existence personnelle, il ne devient pas serein, ne se pose pas et ne se libère pas. Mais s'il applique son mental à la cessation de l'existence personnelle, son esprit est inspiré, devient serein, se pose et se libère. Pour lui, cet esprit est bien séparé, bien évolué, bien émergé, bien libéré, bien détaché de l'existence personnelle. Et il est délivré des impuretés mentales, des contrariétés & fièvres qui apparaissent sur la base de l'existence personnelle. Il ne ressent pas de tel ressenti. Voici ce qui est déclaré être l'émancipation vis-à-vis de l'existence personnelle.

Tassa kāmanandīpi nānuseti, byāpādanandīpi nānuseti, vihesānandīpi nānuseti, rūpanandīpi nānuseti, sakkāyanandīpi nānuseti. so kāmanandiyāpi ananusayā, byāpādanandiyāpi ananusayā, vihesānandiyāpi ananusayā, rūpanandiyāpi ananusayā, sakkāyanandiyāpi ananusayā, ayaṃ vuccati, bhikkhave, bhikkhu niranusayo, acchecchi taṇhaṃ, vivattayi saṃyojanaṃ, sammā mānābhisamayā antamakāsi dukkhassa.

En lui, la complaisance dans la sensualité n'exprime pas son penchant, la complaisance dans la malveillance n'exprime pas son penchant, la complaisance dans la nuisance n'exprime pas son penchant, la complaisance dans la Forme n'exprime pas son penchant, et la complaisance dans l'existence personnelle n'exprime pas son penchant. Puisqu'en lui la complaisance dans la sensualité n'exprime pas son penchant, la complaisance dans la malveillance n'exprime pas son penchant, la complaisance dans la nuisance n'exprime pas son penchant, la complaisance dans la Forme n'exprime pas son penchant, et que la complaisance dans l'existence personnelle n'exprime pas son penchant, c'est ce qu'on appelle, bhikkhous, un bhikkhou sans penchant latent, qui a sectionné l'appétence, qui s'est sorti des entraves spirituelles et qui, par la compréhension complète de la prétention, a mis fin au mal-être.

Imā kho, bhikkhave, pañca nissāraṇīyā dhātuyo ti.

Voici, bhikkhous, quels sont ces cinq éléments ayant trait à l'émancipation.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.