AN 5.58
Licchavikumāraka Sutta
— Des jeunes Litchavis —

Le Litchavi Mahanama dénigre des jeunes qui se tiennent respectueusement auprès du Bouddha après l'avoir rencontré dans la forêt. Celui-ci explique cinq attitudes qui favorisent le bien-être et la réussite des hommes de foyer.




Pāḷi



ekaṃ samayaṃ bhagavā vesāliyaṃ viharati mahāvane kūṭāgārasālāyaṃ. atha kho bhagavā pubbaṇhasamayaṃ nivāsetvā pattacīvaramādāya vesāliṃ piṇḍāya pāvisi. vesāliyaṃ piṇḍāya caritvā pacchābhattaṃ piṇḍapātapaṭikkanto mahāvanaṃ ajjhogāhetvā aññatarasmiṃ rukkhamūle divāvihāraṃ nisīdi.

Français



En une occasion, le Fortuné séjournait près de Vessali, dans le grand bois, dans la salle [couverte d'un] toit pointu. Ce matin-là, le Fortuné s'habilla, emporta son bol et ses robes, et se rendit à Vessali pour ses aumônes de nourriture. Ayant parcouru Vessali pour ses aumônes de nourriture, après son repas, de retour de sa quête de nourriture, il se rendit dans la grande forêt et s'assit au pied d'un certain arbre pour y passer la journée.

tena kho pana samayena sambahulā licchavikumārakā sajjāni dhanūni ādāya kukkurasaṅghaparivutā mahāvane anucaṅkamamānā anuvicaramānā addasu bhagavantaṃ aññatarasmiṃ rukkhamūle nisinnaṃ; disvāna sajjāni dhanūni nikkhipitvā kukkurasaṅghaṃ ekamantaṃ uyyojetvā yena bhagavā tenupasaṅkamiṃsu; upasaṅkamitvā bhagavantaṃ abhivādetvā tuṇhībhūtā tuṇhībhūtā pañjalikā bhagavantaṃ payirupāsanti.

En cette occasion-là, un certain nombre de jeunes Litchavis portant des arcs encordés, entourés d'une meute de chiens, en marchant et se promenant dans la grande forêt, virent le Fortuné assis au pied d'un certain arbre. L'ayant vu, ils déposèrent leurs arcs encordés, envoyèrent les chiens d'un côté, et s'approchèrent du Fortuné, lui rendirent hommage puis s'assirent respectueusement auprès du Fortuné, tous silencieux, avec les mains jointes.

tena kho pana samayena mahānāmo licchavi mahāvane jaṅghāvihāraṃ anucaṅkamamāno addasa te licchavikumārake tuṇhībhūte tuṇhībhūte pañjalike bhagavantaṃ payirupāsante; disvā yena bhagavā tenupasaṅkami; upasaṅkamitvā bhagavantaṃ abhivādetvā ekamantaṃ nisīdi. ekamantaṃ nisinno kho mahānāmo licchavi udānaṃ udānesi:

En cette occasion-là, Mahanama le Litchavi, en marchant dans la grande forêt pour exercer ses mollets, vit ces jeunes Litchavis assis respectueusement auprès du Fortuné, tous silencieux, avec les mains jointes. L'ayant vu, il s'approcha du Fortuné, lui rendit hommage, puis s'assit d'un côté. Une fois assis là, Mahanama le Litchavi exclama cette exclamation:

— ‘bhavissanti vajjī, bhavissanti vajjī’”ti!

— Ce seront des Vajjis, ce seront des Vajjis!

— “kiṃ pana tvaṃ, mahānāma, evaṃ vadesi: ‘bhavissanti vajjī, bhavissanti vajjī’”ti?

— Mahanama, pourquoi dis-tu: 'Ce seront des Vajjis, ce seront des Vajjis!'?

— “ime, bhante, licchavikumārakā caṇḍā pharusā apajahā. yānipi tāni kulesu paheṇakāni pahīyanti, ucchūti vā badarāti vā pūvāti vā modakāti vā saṃkulikāti vā, tāni vilumpitvā vilumpitvā khādanti; kulitthīnampi kulakumārīnampi pacchāliyaṃ khipanti. te dānime tuṇhībhūtā tuṇhībhūtā pañjalikā bhagavantaṃ payirupāsantī”ti.

Bhanté, ces jeunes Litchavis sont impulsifs, acerbes et impertinents. Ils volent et mangent les présents laissés par les familles, que ce soient des cannes à sucre, des jujubes, des gâteaux, des sucreries, ou des gâteaux samkoulis. Ils importunent les femmes et les filles de famille. Et maintenant, ils sont assis respectueusement auprès du Fortuné, tous silencieux, avec les mains jointes.

“yassa kassaci, mahānāma, kulaputtassa pañca dhammā saṃvijjanti, yadi vā rañño khattiyassa muddhāvasittassa, yadi vā raṭṭhikassa pettanikassa, yadi vā senāya senāpatikassa, yadi vā gāmagāmaṇikassa, yadi vā pūgagāmaṇikassa, ye vā pana kulesu paccekādhipaccaṃ kārenti, vuddhiyeva pāṭikaṅkhā, no parihāni. katame pañca?

Mahanama, un fils de famille qui possède cinq qualités, que ce soit un roi aristocrate bien consacré, ou bien un fonctionnaire héréditaire, ou bien un général de l'armée, ou bien un chef de village, ou un chef de guilde, ou un de ceux qui exercent un des divers pouvoirs sur des familles, on peut s'attendre à sa croissance, et non à son déclin. Quelles sont ces cinq?

“idha, mahānāma, kulaputto uṭṭhānavīriyādhigatehi bhogehi bāhābalaparicitehi sedāvakkhittehi dhammikehi dhammaladdhehi mātāpitaro sakkaroti garuṃ karoti māneti pūjeti. tamenaṃ mātāpitaro sakkatā garukatā mānitā pūjitā kalyāṇena manasā anukampanti: ‘ciraṃ jīva, dīghamāyuṃ pālehī’ti. mātāpitānukampitassa, mahānāma, kulaputtassa vuddhiyeva pāṭikaṅkhā, no parihāni.

En cela, Mahanama, avec les richesses qu'il a obtenues au moyen d'assiduité & énergie, accumulées à la force de ses bras, à la sueur de son front, de manière légi·time, obtenues légi·timement, un fils de famille respecte, vénère, honore et révère ses parents. Ses parents, qu'il respecte, vénère, honore et révère, lui sont favorables et ont mentalement de la sympathie pour lui: 'Qu'il vive longtemps, qu'il atteigne un âge avancé.' Mahanama, lorsqu'un fils de famille a gagné la sympathie de ses parents, on peut s'attendre à sa croissance, et non à son déclin.

“puna caparaṃ, mahānāma, kulaputto uṭṭhānavīriyādhigatehi bhogehi bāhābalaparicitehi sedāvakkhittehi dhammikehi dhammaladdhehi puttadāradāsakammakaraporise sakkaroti garuṃ karoti māneti pūjeti. tamenaṃ puttadāradāsakammakaraporisā sakkatā garukatā mānitā pūjitā kalyāṇena manasā anukampanti: ‘ciraṃ jīva, dīghamāyuṃ pālehī’ti. puttadāradāsakammakaraporisānukampitassa, mahānāma, kulaputtassa vuddhiyeva pāṭikaṅkhā, no parihāni.

De plus, Mahanama, avec les richesses qu'il a obtenues au moyen d'assiduité & énergie, accumulées à la force de ses bras, à la sueur de son front, de manière légi·time, obtenues légi·timement, un fils de famille respecte, vénère, honore et révère ses enfants, sa femme, ses serfs, travailleurs & servants. Ses enfants, sa femme, ses serfs, travailleurs & servants, qu'il respecte, vénère, honore et révère, lui sont favorables et ont mentalement de la sympathie pour lui: 'Qu'il vive longtemps, qu'il atteigne un âge avancé.' Mahanama, lorsqu'un fils de famille a gagné la sympathie de ses enfants, sa femme, ses serfs, travailleurs & servants, on peut s'attendre à sa croissance, et non à son déclin.

“puna caparaṃ, mahānāma, kulaputto uṭṭhānavīriyādhigatehi bhogehi bāhābalaparicitehi sedāvakkhittehi dhammikehi dhammaladdhehi khettakammantasāmantasabyohāre sakkaroti garuṃ karoti māneti pūjeti. tamenaṃ khettakammantasāmantasabyohārā sakkatā garukatā mānitā pūjitā kalyāṇena manasā anukampanti: ‘ciraṃ jīva, dīghamāyuṃ pālehī’ti. khettakammantasāmantasabyohārānukampitassa, mahānāma, kulaputtassa vuddhiyeva pāṭikaṅkhā, no parihāni.

De plus, Mahanama, avec les richesses qu'il a obtenues au moyen d'assiduité & énergie, accumulées à la force de ses bras, à la sueur de son front, de manière légi·time, obtenues légi·timement, un fils de famille respecte, vénère, honore et révère les propriétaires des champs voisins et ceux avec qui il fait des affaires. Les propriétaires des champs voisins et ceux avec qui il fait des affaires, qu'il respecte, vénère, honore et révère, lui sont favorables et ont mentalement de la sympathie pour lui: 'Qu'il vive longtemps, qu'il atteigne un âge avancé.' Mahanama, lorsqu'un fils de famille a gagné la sympathie des propriétaires des champs voisins et de ceux avec qui il fait des affaires, on peut s'attendre à sa croissance, et non à son déclin.

“puna caparaṃ, mahānāma, kulaputto uṭṭhānavīriyādhigatehi bhogehi bāhābalaparicitehi sedāvakkhittehi dhammikehi dhammaladdhehi yāvatā balipaṭiggāhikā devatā sakkaroti garuṃ karoti māneti pūjeti. tamenaṃ balipaṭiggāhikā devatā sakkatā garukatā mānitā pūjitā kalyāṇena manasā anukampanti: ‘ciraṃ jīva, dīghamāyuṃ pālehī’ti. devatānukampitassa, mahānāma, kulaputtassa vuddhiyeva pāṭikaṅkhā, no parihāni.

De plus, Mahanama, avec les richesses qu'il a obtenues au moyen d'assiduité & énergie, accumulées à la force de ses bras, à la sueur de son front, de manière légi·time, obtenues légi·timement, un fils de famille respecte, vénère, honore et révère les dévas qui reçoivent des offrandes. Les dévas qui reçoivent des offrandes, qu'il respecte, vénère, honore et révère, lui sont favorables et ont mentalement de la sympathie pour lui: 'Qu'il vive longtemps, qu'il atteigne un âge avancé.' Mahanama, lorsqu'un fils de famille a gagné la sympathie des dévas qui reçoivent des offrandes, on peut s'attendre à sa croissance, et non à son déclin.

“puna caparaṃ, mahānāma, kulaputto uṭṭhānavīriyādhigatehi bhogehi bāhābalaparicitehi sedāvakkhittehi dhammikehi dhammaladdhehi samaṇabrāhmaṇe sakkaroti garuṃ karoti māneti pūjeti. tamenaṃ samaṇabrāhmaṇā sakkatā garukatā mānitā pūjitā kalyāṇena manasā anukampanti: ‘ciraṃ jīva, dīghamāyuṃ pālehī’ti. samaṇabrāhmaṇānukampitassa, mahānāma, kulaputtassa vuddhiyeva pāṭikaṅkhā, no parihāni.

De plus, Mahanama, avec les richesses qu'il a obtenues au moyen d'assiduité & énergie, accumulées à la force de ses bras, à la sueur de son front, de manière légi·time, obtenues légi·timement, un fils de famille respecte, vénère, honore et révère les renonçants & brahmanes. Les renonçants & brahmanes, qu'il respecte, vénère, honore et révère, lui sont favorables et ont mentalement de la sympathie pour lui: 'Qu'il vive longtemps, qu'il atteigne un âge avancé.' Mahanama, lorsqu'un fils de famille a gagné la sympathie des renonçants & brahmanes, on peut s'attendre à sa croissance, et non à son déclin.

“yassa kassaci, mahānāma, kulaputtassa ime pañca dhammā saṃvijjanti, yadi vā rañño khattiyassa muddhāvasittassa, yadi vā raṭṭhikassa pettanikassa, yadi vā senāya senāpatikassa, yadi vā gāmagāmaṇikassa, yadi vā pūgagāmaṇikassa, ye vā pana kulesu paccekādhipaccaṃ kārenti, vuddhiyeva pāṭikaṅkhā, no parihānī”ti.

Mahanama, un fils de famille qui possède ces cinq qualités, que ce soit un roi aristocrate bien consacré, ou bien un fonctionnaire héréditaire, ou bien un général de l'armée, ou bien un chef de village, ou un chef de guilde, ou un de ceux qui exercent divers pouvoirs sur des familles, on peut s'attendre à sa croissance, et non à son déclin.



(Une récapitulation finale en vers n'a pas été traduite)


Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.



Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.