AN 4.180
Mahāpadesa Sutta
— Les grandes références —

Les instructions du Bouddha pour décider s'il faut accepter ou rejeter la parole d'un enseignant bouddhiste.




Pāḷi



ekaṃ samayaṃ bhagavā bhoganagare viharati ānandacetiye. tatra kho bhagavā bhikkhū āmantesi:

Français



En une occasion, le Fortuné séjournait près de Bhoganagara, dans le sanctuaire d'Ananda. En cette occasion-là, il s'adressa aux bhikkhous:

— “bhikkhavo”ti.

Bhikkhous!

— “bhadante”ti te bhikkhū bhagavato paccassosuṃ. bhagavā etadavoca:

Bhadanté, lui répondirent les bhikkhous. Le Fortuné leur dit alors:

— “cattārome, bhikkhave, mahāpadese desessāmi, taṃ suṇātha, sādhukaṃ manasi karotha; bhāsissāmī”ti.

Bhikkhous, je vais vous enseigner ces quatre grandes références. Écoutez cela et faites bien attention, je vais parler.

— Evaṃ, bhante ti kho te bhikkhū bhagavato paccassosuṃ. Bhagavā etadavoca:

— Oui, Bhanté, répondirent les bhikkhous. Le Fortuné dit alors:

“katame, bhikkhave, cattāro mahāpadesā? idha, bhikkhave, bhikkhu evaṃ vadeyya: ‘sammukhā metaṃ, āvuso, bhagavato sutaṃ sammukhā paṭiggahitaṃ: ayaṃ dhammo, ayaṃ vinayo, idaṃ satthusāsanan’ti. tassa, bhikkhave, bhikkhuno bhāsitaṃ neva abhinanditabbaṃ nappaṭikkositabbaṃ. anabhinanditvā appaṭikkositvā tāni padabyañjanāni sādhukaṃ uggahetvā sutte otāretabbāni, vinaye sandassetabbāni. tāni ce sutte otāriyamānāni vinaye sandassiyamānāni na ceva sutte otaranti na vinaye sandissanti, niṭṭhamettha gantabbaṃ: ‘addhā, idaṃ na ceva tassa bhagavato vacanaṃ arahato sammāsambuddhassa; imassa ca bhikkhuno duggahitan’ti. iti hetaṃ, bhikkhave, chaḍḍeyyātha.

Et quelles sont, bhikkhous, les quatre grandes références? En cela, il se peut qu'un bhikkhou dise: 'Ami, j'ai entendu cela en présence du Fortuné, j'ai appris cela en sa présence: voici ce qu'est l'Enseignement, voici ce qu'est la Discipline, voici quelles sont les instructions de l'Enseignant.' Il ne faut ni accepter, ni contester les paroles de ce bhikkhou. Sans les accepter ni les contester, il faut attentivement prendre note des mots et des phrases, puis les vérifier par rapport aux souttas et les rechercher dans la Discipline. Si, après les avoir vérifiés par rapport aux souttas et recherchés dans la Discipline, ils ne sont pas vérifiés dans les souttas et ne se trouvent pas dans la Discipline, alors il faut en conclure: 'Certainement, ce n'est pas la parole du Fortuné, de l'arahant correctement et pleinement éveillé, et cela a été mal appris par ce bhikkhou'. Ainsi, bhikkhous, cela devrait être rejeté.

“idha pana, bhikkhave, bhikkhu evaṃ vadeyya: ‘sammukhā metaṃ, āvuso, bhagavato sutaṃ sammukhā paṭiggahitaṃ: ayaṃ dhammo, ayaṃ vinayo, idaṃ satthusāsanan’ti. tassa, bhikkhave, bhikkhuno bhāsitaṃ neva abhinanditabbaṃ nappaṭikkositabbaṃ. anabhinanditvā appaṭikkositvā tāni padabyañjanāni sādhukaṃ uggahetvā sutte otāretabbāni, vinaye sandassetabbāni. tāni ce sutte otāriyamānāni vinaye sandassiyamānāni sutte ceva otaranti vinaye ca sandissanti, niṭṭhamettha gantabbaṃ: ‘addhā, idaṃ tassa bhagavato vacanaṃ arahato sammāsambuddhassa; imassa ca bhikkhuno suggahitan’ti. idaṃ, bhikkhave, paṭhamaṃ mahāpadesaṃ dhāreyyātha.

Ou bien, il se peut qu'un bhikkhou dise: 'Ami, j'ai entendu cela en présence du Fortuné, j'ai appris cela en sa présence: voici ce qu'est l'Enseignement, voici ce qu'est la Discipline, voici quelles sont les instructions de l'Enseignant.' Il ne faut ni accepter, ni contester les paroles de ce bhikkhou. Sans les accepter ni les contester, il faut attentivement prendre note des mots et des phrases, puis les vérifier par rapport aux souttas et les rechercher dans la Discipline. Si, après les avoir vérifiés par rapport aux souttas et recherchés dans la Discipline, ils sont vérifiés dans les souttas et se trouvent dans la Discipline, alors il faut en conclure: 'Certainement, c'est la parole du Fortuné, de l'arahant correctement et pleinement éveillé, et cela a été bien appris par ce bhikkhou'. Bhikkhous, vous devriez garder en mémoire cette première grande référence.

“idha pana, bhikkhave, bhikkhu evaṃ vadeyya: ‘asukasmiṃ nāma āvāse saṅgho viharati sathero sapāmokkho. tassa me saṅghassa sammukhā sutaṃ sammukhā paṭiggahitaṃ: ayaṃ dhammo, ayaṃ vinayo, idaṃ satthusāsanan’ti. tassa, bhikkhave, bhikkhuno bhāsitaṃ neva abhinanditabbaṃ nappaṭikkositabbaṃ. anabhinanditvā appaṭikkositvā tāni padabyañjanāni sādhukaṃ uggahetvā sutte otāretabbāni, vinaye sandassetabbāni. tāni ce sutte otāriyamānāni vinaye sandassiyamānāni na ceva sutte otaranti na vinaye sandissanti, niṭṭhamettha gantabbaṃ: ‘addhā, idaṃ na ceva tassa bhagavato vacanaṃ arahato sammāsambuddhassa; tassa ca saṅghassa duggahitan’ti. iti hetaṃ, bhikkhave, chaḍḍeyyātha.

Ou bien, il se peut qu'un bhikkhou dise: 'Dans telle ou telle localité, séjourne une Communauté avec des aînés et des doyens. J'ai entendu cela en présence de cette Communauté, j'ai appris cela en sa présence: voici ce qu'est l'Enseignement, voici ce qu'est la Discipline, voici quelles sont les instructions de l'Enseignant.' Il ne faut ni accepter, ni contester les paroles de ce bhikkhou. Sans les accepter ni les contester, il faut attentivement prendre note des mots et des phrases, puis les vérifier par rapport aux souttas et les rechercher dans la Discipline. Si, après les avoir vérifiés par rapport aux souttas et recherchés dans la Discipline, ils ne sont pas vérifiés dans les souttas et ne se trouvent pas dans la Discipline, alors il faut en conclure: 'Certainement, ce n'est pas la parole du Fortuné, de l'arahant correctement et pleinement éveillé, et cela a été mal appris par cette Communauté'. Ainsi, bhikkhous, cela devrait être rejeté.

“idha pana, bhikkhave, bhikkhu evaṃ vadeyya: ‘asukasmiṃ nāma āvāse saṅgho viharati sathero sapāmokkho. tassa me saṅghassa sammukhā sutaṃ sammukhā paṭiggahitaṃ: ayaṃ dhammo, ayaṃ vinayo, idaṃ satthusāsanan’ti. tassa, bhikkhave, bhikkhuno bhāsitaṃ neva abhinanditabbaṃ nappaṭikkositabbaṃ. anabhinanditvā appaṭikkositvā tāni padabyañjanāni sādhukaṃ uggahetvā sutte otāretabbāni, vinaye sandassetabbāni. tāni ce sutte otāriyamānāni, vinaye sandassiyamānāni sutte ceva otaranti vinaye ca sandissanti, niṭṭhamettha gantabbaṃ: ‘addhā, idaṃ tassa bhagavato vacanaṃ arahato sammāsambuddhassa; tassa ca saṅghassa suggahitan’ti. idaṃ, bhikkhave, dutiyaṃ mahāpadesaṃ dhāreyyātha.

Ou bien, il se peut qu'un bhikkhou dise: 'Dans telle ou telle résidence, séjourne une Communauté avec des aînés et des doyens. J'ai entendu cela en présence de cette Communauté, j'ai appris cela en sa présence: voici ce qu'est l'Enseignement, voici ce qu'est la Discipline, voici quelles sont les instructions de l'Enseignant.' Il ne faut ni accepter, ni contester les paroles de ce bhikkhou. Sans les accepter ni les contester, il faut attentivement prendre note des mots et des phrases, puis les vérifier par rapport aux souttas et les rechercher dans la Discipline. Si, après les avoir vérifiés par rapport aux souttas et recherchés dans la Discipline, ils sont vérifiés dans les souttas et se trouvent dans la Discipline, alors il faut en conclure: 'Certainement, c'est la parole du Fortuné, de l'arahant correctement et pleinement éveillé, et cela a été bien appris par cette Communauté'. Bhikkhous, vous devriez garder en mémoire cette deuxième grande référence.

“idha pana, bhikkhave, bhikkhu evaṃ vadeyya: ‘asukasmiṃ nāma āvāse sambahulā therā bhikkhū viharanti bahussutā āgatāgamā dhammadharā vinayadharā mātikādharā. tesaṃ me therānaṃ sammukhā sutaṃ sammukhā paṭiggahitaṃ: ayaṃ dhammo, ayaṃ vinayo, idaṃ satthusāsanan’ti. tassa, bhikkhave, bhikkhuno bhāsitaṃ neva abhinanditabbaṃ nappaṭikkositabbaṃ. anabhinanditvā appaṭikkositvā tāni padabyañjanāni sādhukaṃ uggahetvā sutte otāretabbāni, vinaye sandassetabbāni. tāni ce sutte otāriyamānāni vinaye sandassiyamānāni na ceva sutte otaranti na vinaye sandissanti, niṭṭhamettha gantabbaṃ: ‘addhā, idaṃ na ceva tassa bhagavato vacanaṃ arahato sammāsambuddhassa; tesañca therānaṃ duggahitan’ti. iti hetaṃ, bhikkhave, chaḍḍeyyātha.

Ou bien, il se peut qu'un bhikkhou dise: 'Dans telle ou telle résidence, séjourne un grand nombre de bhikkhous aînés qui sont très instruits, qui connaissent l'Enseignement par cœur, qui ont l'Enseignement, la Discipline et les résumés [d'enseignement]{n} à l'esprit. J'ai entendu cela en présence de ces aînés, j'ai appris cela en leur présence: voici ce qu'est l'Enseignement, voici ce qu'est la Discipline, voici quelles sont les instructions de l'Enseignant.' Il ne faut ni accepter, ni contester les paroles de ce bhikkhou. Sans les accepter ni les contester, il faut attentivement prendre note des mots et des phrases, puis les vérifier par rapport aux souttas et les rechercher dans la Discipline. Si, après les avoir vérifiés par rapport aux souttas et recherchés dans la Discipline, ils ne sont pas vérifiés dans les souttas et ne se trouvent pas dans la Discipline, alors il faut en conclure: 'Certainement, ce n'est pas la parole du Fortuné, de l'arahant correctement et pleinement éveillé, et cela a été mal appris par ces aînés'. Ainsi, bhikkhous, cela devrait être rejeté.

“idha pana, bhikkhave, bhikkhu evaṃ vadeyya: ‘asukasmiṃ nāma āvāse sambahulā therā bhikkhū viharanti bahussutā āgatāgamā dhammadharā vinayadharā mātikādharā. tesaṃ me therānaṃ sammukhā sutaṃ sammukhā paṭiggahitaṃ: ayaṃ dhammo, ayaṃ vinayo, idaṃ satthusāsanan’ti. tassa, bhikkhave, bhikkhuno bhāsitaṃ neva abhinanditabbaṃ nappaṭikkositabbaṃ. anabhinanditvā appaṭikkositvā tāni padabyañjanāni sādhukaṃ uggahetvā sutte otāretabbāni, vinaye sandassetabbāni. tāni ce sutte otāriyamānāni vinaye sandassiyamānāni sutte ceva otaranti vinaye ca sandissanti, niṭṭhamettha gantabbaṃ: ‘addhā, idaṃ tassa bhagavato vacanaṃ arahato sammāsambuddhassa; tesañca therānaṃ suggahitan’ti. idaṃ, bhikkhave, tatiyaṃ mahāpadesaṃ dhāreyyātha.

Ou bien, il se peut qu'un bhikkhou dise: 'Dans telle ou telle résidence, séjourne un grand nombre de bhikkhous aînés qui sont très instruits, qui connaissent l'Enseignement par cœur, qui ont l'Enseignement, la Discipline et les résumés [d'enseignement] à l'esprit. J'ai entendu cela en présence de ces aînés, j'ai appris cela en leur présence: voici ce qu'est l'Enseignement, voici ce qu'est la Discipline, voici quelles sont les instructions de l'Enseignant.' Il ne faut ni accepter, ni contester les paroles de ce bhikkhou. Sans les accepter ni les contester, il faut attentivement prendre note des mots et des phrases, puis les vérifier par rapport aux souttas et les rechercher dans la Discipline. Si, après les avoir vérifiés par rapport aux souttas et recherchés dans la Discipline, ils sont vérifiés dans les souttas et se trouvent dans la Discipline, alors il faut en conclure: 'Certainement, c'est la parole du Fortuné, de l'arahant correctement et pleinement éveillé, et cela a été bien appris par ces aînés'. Bhikkhous, vous devriez garder en mémoire cette troisième grande référence.

“idha pana, bhikkhave, bhikkhu evaṃ vadeyya: ‘asukasmiṃ nāma āvāse eko thero bhikkhu viharati bahussuto āgatāgamo dhammadharo vinayadharo mātikādharo. tassa me therassa sammukhā sutaṃ sammukhā paṭiggahitaṃ: ayaṃ dhammo, ayaṃ vinayo, idaṃ satthusāsanan’ti. tassa, bhikkhave, bhikkhuno bhāsitaṃ neva abhinanditabbaṃ nappaṭikkositabbaṃ. anabhinanditvā appaṭikkositvā tāni padabyañjanāni sādhukaṃ uggahetvā sutte otāretabbāni, vinaye sandassetabbāni. tāni ce sutte otāriyamānāni vinaye sandassiyamānāni na ceva sutte otaranti na vinaye sandissanti, niṭṭhamettha gantabbaṃ: ‘addhā, idaṃ na ceva tassa bhagavato vacanaṃ arahato sammāsambuddhassa; tassa ca therassa duggahitan’ti. iti hetaṃ, bhikkhave, chaḍḍeyyātha.

Ou bien, il se peut qu'un bhikkhou dise: 'Dans telle ou telle résidence, séjourne un bhikkhou aîné qui est très instruit, qui connaît l'Enseignement par cœur, qui a l'Enseignement, la Discipline et les résumés [d'enseignement] à l'esprit. J'ai entendu cela en présence de cet aîné, j'ai appris cela en sa présence: voici ce qu'est l'Enseignement, voici ce qu'est la Discipline, voici quelles sont les instructions de l'Enseignant.' Il ne faut ni accepter, ni contester les paroles de ce bhikkhou. Sans les accepter ni les contester, il faut attentivement prendre note des mots et des phrases, puis les vérifier par rapport aux souttas et les rechercher dans la Discipline. Si, après les avoir vérifiés par rapport aux souttas et recherchés dans la Discipline, ils ne sont pas vérifiés dans les souttas et ne se trouvent pas dans la Discipline, alors il faut en conclure: 'Certainement, ce n'est pas la parole du Fortuné, de l'arahant correctement et pleinement éveillé, et cela a été mal appris par cet aîné'. Ainsi, bhikkhous, cela devrait être rejeté.

“idha pana, bhikkhave, bhikkhu evaṃ vadeyya: ‘asukasmiṃ nāma āvāse eko thero bhikkhu viharati bahussuto āgatāgamo dhammadharo vinayadharo mātikādharo. tassa me therassa sammukhā sutaṃ sammukhā paṭiggahitaṃ: ayaṃ dhammo, ayaṃ vinayo, idaṃ satthusāsanan’ti. tassa, bhikkhave, bhikkhuno bhāsitaṃ neva abhinanditabbaṃ nappaṭikkositabbaṃ. anabhinanditvā appaṭikkositvā tāni padabyañjanāni sādhukaṃ uggahetvā sutte otāretabbāni, vinaye sandassetabbāni. tāni ce sutte otāriyamānāni vinaye sandassiyamānāni sutte ceva otaranti vinaye ca sandissanti, niṭṭhamettha gantabbaṃ: ‘addhā, idaṃ tassa bhagavato vacanaṃ arahato sammāsambuddhassa; tassa ca therassa suggahitan’ti. idaṃ, bhikkhave, catutthaṃ mahāpadesaṃ dhāreyyātha.

Ou bien, il se peut qu'un bhikkhou dise: 'Dans telle ou telle résidence, séjourne un bhikkhou aîné qui est très instruit, qui connaît l'Enseignement par cœur, qui a l'Enseignement, la Discipline et les résumés [d'enseignement] à l'esprit. J'ai entendu cela en présence de cet aîné, j'ai appris cela en sa présence: voici ce qu'est l'Enseignement, voici ce qu'est la Discipline, voici quelles sont les instructions de l'Enseignant.' Il ne faut ni accepter, ni contester les paroles de ce bhikkhou. Sans les accepter ni les contester, il faut attentivement prendre note des mots et des phrases, puis les vérifier par rapport aux souttas et les rechercher dans la Discipline. Si, après les avoir vérifiés par rapport aux souttas et recherchés dans la Discipline, ils sont vérifiés dans les souttas et se trouvent dans la Discipline, alors il faut en conclure: 'Certainement, c'est la parole du Fortuné, de l'arahant correctement et pleinement éveillé, et cela a été bien appris par cet aîné'. Bhikkhous, vous devriez garder en mémoire cette quatrième grande référence.

ime kho, bhikkhave, cattāro mahāpadesā”ti.

Voici, bhikkhous, quelles sont ces quatre grandes références.





Bodhi leaf

Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.