AN 4.21
Uruvela Sutta
— À Ourouvéla —

Le Bouddha raconte comment, juste après son éveil, Brahma Sahampati l'a visité pour le convaincre d'enseigner aux hommes.




Pāḷi



evaṃ me sutaṃ:

Français



Ainsi ai-je entendu:

ekaṃ samayaṃ bhagavā sāvatthiyaṃ viharati jetavane anāthapiṇḍikassa ārāme. tatra kho bhagavā bhikkhū āmantesi

En une occasion, le Fortuné séjournait près de Savatthi, dans le bois de Jéta, le parc d'Anāthapiṇḍika. En cette occasion-là, il s'adressa aux bhikkhous:

— “bhikkhavo”ti.

Bhikkhous!

— “bhadante”ti te bhikkhū bhagavato paccassosuṃ. bhagavā etadavoca:

Bhadanté, répondirent les bhikkhous au Fortuné. Le Fortuné leur dit alors:

“ekamidāhaṃ, bhikkhave, samayaṃ uruvelāyaṃ viharāmi najjā nerañjarāya tīre ajapālanigrodhe paṭhamābhisambuddho. tassa mayhaṃ, bhikkhave, rahogatassa paṭisallīnassa evaṃ cetaso parivitakko udapādi: ‘dukkhaṃ kho agāravo viharati appatisso. kiṃ nu kho ahaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyan’”ti?

En une occasion, bhikkhous, je séjournais à Ourouvéla, au bord du fleuve Nerañjara, au pied du banian des chevriers, peu après avoir atteint l'éveil complet. En cette occasion-là, tandis que j'étais en isolement dans un endroit retiré, la réflexion suivante apparut dans mon esprit: 'Celui qui est sans respect, sans déférence, vit dans le mal-être. en dépendance vis-à-vis de quel renonçant ou brahmane devrais-je vivre en l'honorant et le révérant?'

“tassa mayhaṃ, bhikkhave, etadahosi: aparipūrassa kho ahaṃ sīlakkhandhassa pāripūriyā aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ. na kho panāhaṃ passāmi sadevake loke samārake sabrahmake sassamaṇabrāhmaṇiyā pajāya sadevamanussāya aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā attanā sīlasampannataraṃ, yamahaṃ sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ.

Alors, bhikkhous, je me suis dit: 'Ce serait pour parfaire une accumulation de vertu imparfaite, que je vivrais en dépendance vis-à-vis d'un autre renonçant ou brahmane en l'honorant et le révérant. Mais je ne vois dans le monde avec ses dévas, Maras, Brahmas, avec ses renonçants et brahmanes, dans cette population avec ses dévas et humains, aucun autre renonçant ou brahmane qui soit plus accompli que moi en vertu, et en dépendance vis-à-vis de qui je pourrais vivre en l'honorant et le révérant.'

“aparipuṇṇassa kho samādhikkhandhassa pāripūriyā aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ. na kho panāhaṃ passāmi sadevake loke samārake sabrahmake sassamaṇabrāhmaṇiyā pajāya sadevamanussāya attanā samādhisampannataraṃ aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā, yamahaṃ sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ.

'Ce serait pour parfaire une accumulation de concentration imparfaite, que je vivrais en dépendance vis-à-vis d'un autre renonçant ou brahmane en l'honorant et le révérant. Mais je ne vois dans le monde avec ses dévas, Maras, Brahmas, avec ses renonçants et brahmanes, dans cette population avec ses dévas et humains, aucun autre renonçant ou brahmane qui soit plus accompli que moi en concentration, et en dépendance vis-à-vis de qui je pourrais vivre en l'honorant et le révérant.'

“aparipuṇṇassa paññākkhandhassa pāripūriyā aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ. na kho panāhaṃ passāmi sadevake loke samārake sabrahmake sassamaṇabrāhmaṇiyā pajāya sadevamanussāya attanā paññāsampannataraṃ aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā, yamahaṃ sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ.

'Ce serait pour parfaire une accumulation de discernement imparfaite, que je vivrais en dépendance vis-à-vis d'un autre renonçant ou brahmane en l'honorant et le révérant. Mais je ne vois dans le monde avec ses dévas, Maras, Brahmas, avec ses renonçants et brahmanes, dans cette population avec ses dévas et humains, aucun autre renonçant ou brahmane qui soit plus accompli que moi en discernement, et en dépendance vis-à-vis de qui je pourrais vivre en l'honorant et le révérant.'

“aparipuṇṇassa kho vimuttikkhandhassa pāripūriyā aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ. na kho panāhaṃ passāmi sadevake loke samārake sabrahmake sassamaṇabrāhmaṇiyā pajāya sadevamanussāya attanā vimuttisampannataraṃ aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā, yamahaṃ sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ.

'Ce serait pour parfaire une accumulation de libération imparfaite, que je vivrais en dépendance vis-à-vis d'un autre renonçant ou brahmane en l'honorant et le révérant. Mais je ne vois dans le monde avec ses dévas, Maras, Brahmas, avec ses renonçants et brahmanes, dans cette population avec ses dévas et humains, aucun autre renonçant ou brahmane qui soit plus accompli que moi en libération, et en dépendance vis-à-vis de qui je pourrais vivre en l'honorant et le révérant.'

“aparipuṇṇassa kho vimuttiñāṇadassanakkhandhassa pāripūriyā aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ. na kho panāhaṃ passāmi sadevake loke samārake sabrahmake sassamaṇabrāhmaṇiyā pajāya sadevamanussāya attanā vimuttiñāṇadassanasampannataraṃ aññaṃ samaṇaṃ vā brāhmaṇaṃ vā, yamahaṃ sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyaṃ.

'Ce serait pour parfaire une accumulation de connaissance & vision de la libération imparfaite, que je vivrais en dépendance vis-à-vis d'un autre renonçant ou brahmane en l'honorant et le révérant. Mais je ne vois dans le monde avec ses dévas, Maras, Brahmas, avec ses renonçants et brahmanes, dans cette population avec ses dévas et humains, aucun autre renonçant ou brahmane qui soit plus accompli que moi en connaissance & vision de la libération, et en dépendance vis-à-vis de qui je pourrais vivre en l'honorant et le révérant.'

“tassa mayhaṃ, bhikkhave, etadahosi: ‘yaṃnūnāhaṃ yvāyaṃ dhammo mayā abhisambuddho tameva dhammaṃ sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihareyyan’”ti.

Alors, bhikkhous, je me suis dit: 'Je n'ai qu'à vivre en dépendance vis-à-vis de ce Dhamma auquel je me suis éveillé, en l'honorant et le révérant.'

“atha kho, bhikkhave, brahmā sahampati mama cetasā cetoparivitakkamaññāya seyyathāpi nāma balavā puriso samiñjitaṃ vā bāhaṃ pasāreyya, pasāritaṃ vā bāhaṃ samiñjeyya, evamevaṃ brahmaloke antarahito mama purato pāturahosi. atha kho, bhikkhave, brahmā sahampati ekaṃsaṃ uttarāsaṅgaṃ karitvā dakkhiṇaṃ jāṇumaṇḍalaṃ pathaviyaṃ nihantvā yenāhaṃ tenañjaliṃ paṇāmetvā maṃ etadavoca:

Alors Brahma Sahampati, ayant appréhendé avec son esprit les réflexions [qui se faisaient] dans mon esprit, tout comme un homme en bonne santé pourrait étendre son bras replié ou replier son bras étendu, disparut du monde brahmique et apparut devant moi. Il ajusta son vêtement du haut sur une épaule, leva les mains en une salutation respectueuse envers moi et me dit:

‘evametaṃ bhagavā, evametaṃ sugata! yepi te, bhante, ahesuṃ atītamaddhānaṃ arahanto sammāsambuddhā tepi bhagavanto dhammaṃyeva sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihariṃsu; yepi te, bhante, bhavissanti anāgatamaddhānaṃ arahanto sammāsambuddhā tepi bhagavanto dhammaṃyeva sakkatvā garuṃ katvā upanissāya viharissanti; bhagavāpi, bhante, etarahi arahaṃ sammāsambuddho dhammaṃyeva sakkatvā garuṃ katvā upanissāya viharatū’”ti. idamavoca brahmā sahampati. idaṃ vatvā athāparaṃ etadavoca:

'Il en est ainsi, ô Fortuné, il en est ainsi, ô Sublime! Bhanté, ceux qui étaient des arahants, des Bouddhas pleinement réalisés dans les temps passés, ces Fortunés ont vécu en dépendance vis-à-vis du Dhamma lui-même, en l'honorant et le révérant; Bhanté, ceux qui seront des arahants, des Bouddhas pleinement réalisés dans les temps futurs, ces Fortunés vivront en dépendance vis-à-vis du Dhamma lui-même, en l'honorant et le révérant. Que le Fortuné lui aussi, Bhanté, vive à présent en dépendance vis-à-vis du Dhamma lui-même, en l'honorant et le révérant.' Ainsi parla Brahma Sahampati. Ayant dit cela, il ajouta:

“ye ca atītā sambuddhā,
ye ca buddhā anāgatā,
yo cetarahi sambuddho,
bahūnaṃ sokanāsano.

“sabbe saddhammagaruno,
vihaṃsu viharanti ca.
tathāpi viharissanti,
esā buddhāna dhammatā.

“tasmā hi attakāmena,
mahattamabhikaṅkhatā.
saddhammo garukātabbo,
saraṃ buddhāna sāsanan”ti.

Les Bouddhas du passé,
Les Bouddhas du futur,
Et le Bouddha du présent,
Détruisant le chagrin de beaucoup

Tous ont vécus, vivent et vivront
En révérant le Dhamma authentique
Car pour les Bouddhas
C'est une loi de la nature.

C'est pourquoi celui qui désire son propre [bonheur]
Qui souhaite [atteindre] la grandeur,
Devrait révérer le Dhamma authentique,
Se remémorant l'enseignement du Bouddha.


“idamavoca, bhikkhave, brahmā sahampati. idaṃ vatvā maṃ abhivādetvā padakkhiṇaṃ katvā tatthevantaradhāyi. atha khvāhaṃ, bhikkhave, brahmuno ca ajjhesanaṃ viditvā attano ca patirūpaṃ yvāyaṃ dhammo mayā abhisambuddho tameva dhammaṃ sakkatvā garuṃ katvā upanissāya vihāsiṃ. yato ca kho, bhikkhave, saṅghopi mahattena samannāgato, atha me saṅghepi gāravo”ti.

Ainsi parla Brahma Sahampati. Ayant dit cela, m'ayant rendu hommage en me maintenant à sa droite, il disparut sur-le-champ. Alors, bhikkhous, ayant entendu la requête de Brahma et ce qui était approprié à mon cas, j'ai vécu en dépendance vis-à-vis de ce Dhamma auquel je me suis éveillé, en l'honorant et le révérant. Et maintenant que la Communauté a elle aussi atteint sa grandeur, bhikkhous, j'ai du respect envers elle.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.