AN 3.156
Satipaṭṭhāna Sutta
— Les mises en place de la présence d'esprit —

Une explication de ce qu'est la voie médiane ou voie du milieu, en se référant aux mises en place de la présence d'esprit.




Pāḷi



“tisso imā, bhikkhave, paṭipadā. katamā tisso? āgāḷhā paṭipadā, nijjhāmā paṭipadā, majjhimā paṭipadā.

Français



Bhikkhous, il y a ces trois manières de pratiquer. Quelles sont ces trois? La manière de pratiquer grossière, la manière de pratiquer brûlante, et la manière de pratiquer médiane.

katamā ca, bhikkhave, āgāḷhā paṭipadā? idha, bhikkhave, ekacco evaṃvādī hoti evaṃdiṭṭhi: ‘natthi kāmesu doso’ti. so kāmesu pātabyataṃ āpajjati. ayaṃ vuccati, bhikkhave, āgāḷhā paṭipadā.

Et qu'est-ce, bhikkhous, que la manière de pratiquer grossière? En cela, bhikkhous, un certain individu a une telle doctrine, une telle vue: 'Il n'y a rien de mal dans la sensualité', et il s'engage dans la jouissance de la sensualité. Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle la manière de pratiquer grossière.

“katamā ca, bhikkhave, nijjhāmā paṭipadā? idha, bhikkhave, ekacco acelako hoti muttācāro, hatthāpalekhano, na ehibhadantiko, na tiṭṭhabhadantiko, nābhihaṭaṃ na uddissakataṃ na nimantanaṃ sādiyati. so na kumbhimukhā paṭiggaṇhāti, na kaḷopimukhā paṭiggaṇhāti na eḷakamantaraṃ na daṇḍamantaraṃ na musalamantaraṃ na dvinnaṃ bhuñjamānānaṃ na gabbhiniyā na pāyamānāya na purisantaragatāya na saṅkittīsu na yattha sā upaṭṭhito hoti na yattha makkhikā saṇḍasaṇḍacārinī na macchaṃ na maṃsaṃ na suraṃ na merayaṃ, na thusodakaṃ pivati.

Et qu'est-ce, bhikkhous, que la manière de pratiquer brûlante? En cela, bhikkhous, un certain individu pratique la nudité, rejetant les conventions, léchant ses mains [après son repas], ne venant pas lorsqu'on le lui demande, ne s'arrêtant pas lorsqu'on le lui demande. Il n'accepte pas ce qu'on lui offre, ni ce qu'on lui adresse, ni une invitation. Il ne reçoit rien qui provienne du bord d'une jarre, il ne reçoit rien qui provienne du bord d'une casserole, rien qui soit passé par le seuil d'une maison, rien qui vienne avec un bâton, rien qui ait été passé au pilon, rien qui ait été donné par deux personnes mangeant ensemble, rien qui ait été donné par une femme enceinte, rien qui ait été donné par une femme qui allaite, rien qui ait été donné par une femme qui fréquente les hommes, rien qui provienne d'un endroit où il a été déclaré que de la nourriture serait distribuée, rien qui provienne d'un endroit où un chien attend, rien qui provienne d'un endroit où il y a des nuages de mouches. Il n'accepte ni poisson ni viande, il ne boit ni liqueur, ni boisson fermentée, ni bière.

so ekāgāriko vā hoti ekālopiko, dvāgāriko vā hoti dvālopiko ... sattāgāriko vā hoti sattālopiko; ekissāpi dattiyā yāpeti, dvīhipi dattīhi yāpeti ... sattahipi dattīhi yāpeti; ekāhikampi āhāraṃ āhāreti, dvīhikampi āhāraṃ āhāreti ... sattāhikampi āhāraṃ āhāreti. iti evarūpaṃ aḍḍhamāsikaṃ pariyāya-bhatta-bhojanānuyogam-anuyutto viharati.

Il s'en tient à une maison et un morceau de nourriture, ou deux maisons et deux morceaux de nourriture... ou sept maisons et sept morceaux de nourriture. Il se nourrit d'une offrande [par jour], il se nourrit de deux offrandes [par jour]... il se nourrit de sept offrandes [par jour]. Il mange de la nourriture une fois par jour, il mange de la nourriture une fois tous les deux jours... il mange de la nourriture une fois tous les sept jours. Ainsi, il se voue à la pratique de ne manger de repas qu'à certains intervalles s'étendant jusqu'à un demi-mois.

so sākabhakkho vā hoti, sāmākabhakkho vā hoti, nīvārabhakkho vā hoti, daddulabhakkho vā hoti, haṭabhakkho vā hoti, kaṇabhakkho vā hoti, ācāmabhakkho vā hoti, piññākabhakkho vā hoti, tiṇabhakkho vā hoti, gomayabhakkho vā hoti; vanamūlaphalāhāro yāpeti pavattaphalabhojī.

Il ne mange que des légumes, ou bien il ne mange que du millet, ou il ne mange que du riz brut, ou il ne mange que du riz daddoula, ou il ne mange que des plantes d'eau, ou il ne mange que du son de riz, ou il ne mange que de la mousse de riz, ou il ne mange que de la farine de sésame, ou il ne mange que des herbes, ou bien il ne mange que de la bouse de vache. Il se nourrit de racines et de fruits de la forêt, il se nourrit de fruits tombés.

so sāṇānipi dhāreti, masāṇānipi dhāreti, chavadussānipi dhāreti, paṃsukūlānipi dhāreti, tirīṭānipi dhāreti, ajinampi dhāreti, ajinakkhipampi dhāreti, kusacīrampi dhāreti, vākacīrampi dhāreti, phalakacīrampi dhāreti, kesakambalampi dhāreti, vāḷakambalampi dhāreti, ulūkapakkhampi dhāreti.

Il porte des haillons en chanvre, il porte des haillons de chanvre mélangé, il porte un linceul, il porte des haillons abandonnés comme déchets, il porte des haillons en écorce de tirita, il porte une peau d'antilope, il porte un manteau en peau d'antilope, il porte des haillons en herbe koussa, il porte des haillons faits d'écorces, il porte des haillons faits en bandes d'écorces, il porte une couverture faite de cheveux, il porte une couverture faite en laine d'animaux sauvages, il porte des haillons faits d'ailes de hiboux.

kesamassulocakopi hoti, kesa-massu-locan-ānuyogam-anuyutto, ubbhaṭṭhakopi hoti āsanapaṭikkhitto, ukkuṭikopi hoti ukkuṭikappadhānam-anuyutto, kaṇṭakāpassayikopi hoti kaṇṭakāpassaye seyyaṃ kappeti; sāyatatiyakampi udak-orohan-ānuyogam-anuyutto viharati. iti evarūpaṃ anekavihitaṃ kāyassa ātāpana-paritāpan-ānuyogam-anuyutto viharati.

Il s'arrache les cheveux et la barbe, et se voue à la pratique consistant à s'arracher les cheveux et la barbe, il se tient constamment debout, rejetant la position assise, il se tient accroupi et se voue à la pratique consistant à l'effort de se tenir accroupi, il s'allonge sur des pics et fait d'un ensemble de pics son matelas, il se voue à la pratique de se baigner dans l'eau une troisième fois le soir venu. Ainsi, il se voue à la pratique de tourmenter et torturer le corps de diverses manières.

ayaṃ vuccati, bhikkhave, nijjhāmā paṭipadā.

Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle la manière de pratiquer brûlante.

“katamā ca, bhikkhave, majjhimā paṭipadā? idha, bhikkhave, bhikkhu kāye kāyānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ; vedanāsu vedanānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ; citte cittānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ; dhammesu dhammānupassī viharati ātāpī sampajāno satimā, vineyya loke abhijjhā-domanassaṃ. ayaṃ vuccati, bhikkhave, majjhimā paṭipadā.

Et qu'est-ce, bhikkhous, que la manière de pratiquer médiane? En cela, bhikkhous, un bhikkhou reste à observer le corps dans le corps, ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer les ressentis dans les ressentis, ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer l'esprit dans l'esprit, ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde; il reste à observer le Dhamma dans les phénomènes, ardent, doué d'un discernement attentif, présent d'esprit, ayant abandonné convoitise et affliction mentale vis-à-vis du monde. Voici, bhikkhous, ce qu'on appelle la manière de pratiquer médiane.

imā kho, bhikkhave, tisso paṭipadā”ti.

Voici, bhikkhous, quelles sont ces trois manières de pratiquer.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.