AN 3.78
Sīlabbata Sutta
— rites & préceptes —

À la demande du Bouddha, Ananda donne le seul critère par lequel on peut reconnaître un enseignement ou une pratique comme utile.




Pāḷi



atha kho āyasmā ānando yena bhagavā tenupasaṅkami; upasaṅkamitvā bhagavantaṃ abhivādetvā ekamantaṃ nisīdi. ekamantaṃ nisinnaṃ kho āyasmantaṃ ānandaṃ bhagavā etadavoca:

Français



En cette occasion-là, le vénérable Ananda alla voir le Fortuné, lui rendit hommage, puis s'assit d'un côté. Tandis qu'il était assis là, le Fortuné lui dit:

— “sabbaṃ nu kho, ānanda, sīlabbataṃ jīvitaṃ brahmacariyaṃ upaṭṭhānasāraṃ saphalan”ti?

— Ananda, est-ce que tous les rites & préceptes, modes de vies, vies brahmiques, [pratiques] considérées comme étant essentielles,{1} portent des fruits?

— “na khvettha, bhante, ekaṃsenā”ti.

— La réponse n'est pas catégorique, Bhanté.

— “tena hānanda, vibhajassū”ti.

— Dans ce cas, Ananda, propose une analyse.

— “yañhissa, bhante, sīlabbataṃ jīvitaṃ brahmacariyaṃ upaṭṭhānasāraṃ sevato akusalā dhammā abhivaḍḍhanti kusalā dhammā parihāyanti, evarūpaṃ sīlabbataṃ jīvitaṃ brahmacariyaṃ upaṭṭhānasāraṃ aphalaṃ. yañca khvāssa, bhante, sīlabbataṃ jīvitaṃ brahmacariyaṃ upaṭṭhānasāraṃ sevato akusalā dhammā parihāyanti, kusalā dhammā abhivaḍḍhanti, evarūpaṃ sīlabbataṃ jīvitaṃ brahmacariyaṃ upaṭṭhānasāraṃ saphalan”ti.

Bhanté, si lorsqu'on pratique certains rites & préceptes, modes de vies, vies brahmiques, [pratiques] considérées comme étant essentielles, les états mentaux désavantageux se développent et les états mentaux avantageux déclinent, alors de tels rites & préceptes, modes de vies, vies brahmiques, [pratiques] considérées comme étant essentielles ne portent pas de fruits. Mais si lorsqu'on pratique certains rites & préceptes, modes de vies, vies brahmiques, [pratiques] considérées comme étant essentielles, les états mentaux désavantageux déclinent et les états mentaux avantageux se développent, alors de tels rites & préceptes, modes de vies, vies brahmiques, [pratiques] considérées comme étant essentielles portent des fruits.

idamavoca āyasmā ānando; samanuñño satthā ahosi. atha kho āyasmā ānando “samanuñño me satthā”ti. uṭṭhāyāsanā bhagavantaṃ abhivādetvā padakkhiṇaṃ katvā pakkāmi. atha kho bhagavā acirapakkante āyasmante ānande bhikkhū āmantesi:

Voici ce que dit le vénérable Ananda. L'Enseignant approuva. Alors le vénérable Ananda [pensa:] 'L'Enseignant m'a approuvé!'. S'étant levé de son siège et ayant rendu hommage au Fortuné en le maintenant à sa droite, il s'en alla. Peu après le départ du vénérable Ananda, le Fortuné dit aux bhikkhous:

— “sekho, bhikkhave, ānando, na ca panassa sulabharūpo samasamo paññāyā”ti.

Bhikkhous, Ananda est [encore] en entraînement, mais il n'est pas facile de trouver son égal en termes de discernement.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.