AN 3.1
Bhaya Sutta
— Dangers —

D'après ce soutta, les dangers, les désastres et les périls n'apparaissent jamais de manière aléatoire. Voulons-nous nous assurer de ne pas en être la cause?




Pāḷi



ekaṃ samayaṃ bhagavā sāvatthiyaṃ viharati jetavane anāthapiṇḍikassa ārāme. tatra kho bhagavā bhikkhū āmantesi:

Français



En une occasion, le Fortuné séjournait près de Savatthi, dans le bois de Jéta, le parc d'Anathapindika. En cette occasion-là, il s'adressa aux bhikkhous:

— “bhikkhavo”ti.

Bhikkhous!

— “bhadante”ti te bhikkhū bhagavato paccassosuṃ. bhagavā etadavoca:

Bhadanté, répondirent les bhikkhous au Fortuné. Le Fortuné leur dit alors:

— “yāni kānici, bhikkhave, bhayāni uppajjanti sabbāni tāni bālato uppajjanti, no paṇḍitato. ye keci upaddavā uppajjanti sabbe te bālato uppajjanti, no paṇḍitato. ye keci upasaggā uppajjanti sabbe te bālato uppajjanti, no paṇḍitato.

Bhikkhous, tous les dangers qui apparaissent apparaissent à cause des sots, pas à cause des sages. Tous les désastres{n} qui apparaissent apparaissent à cause des sots, pas à cause des sages. Tous les périls qui apparaissent apparaissent à cause des sots, pas à cause des sages.

seyyathāpi, bhikkhave, naḷāgārā vā tiṇāgārā vā aggi mutto kūṭāgārānipi ḍahati ullittāvalittāni nivātāni phusitaggaḷāni pihitavātapānāni; evamevaṃ kho, bhikkhave, yāni kānici bhayāni uppajjanti sabbāni tāni bālato uppajjanti, no paṇḍitato. ye keci upaddavā uppajjanti sabbe te bālato uppajjanti, no paṇḍitato. ye keci upasaggā uppajjanti sabbe te bālato uppajjanti, no paṇḍitato.

Tout comme, bhikkhous, lorsque le feu se déclare dans une maison en roseaux ou une maison faite d'herbes, il brûle même les maisons couvertes d'un toit pointu, enduites de plâtre à l'intérieur et à l'extérieur, à l'abri des courants d'air, bien verrouillées, avec les fenêtres fermées; de la même manière, bhikkhous, tous les dangers qui apparaissent apparaissent à cause des sots, pas à cause des sages. Tous les désastres qui apparaissent apparaissent à cause des sots, pas à cause des sages. Tous les périls qui apparaissent apparaissent à cause des sots, pas à cause des sages.

“iti kho, bhikkhave, sappaṭibhayo bālo, appaṭibhayo paṇḍito. saupaddavo bālo, anupaddavo paṇḍito. saupasaggo bālo, anupasaggo paṇḍito. natthi, bhikkhave, paṇḍitato bhayaṃ, natthi paṇḍitato upaddavo, natthi paṇḍitato upasaggo.

Ainsi, bhikkhous, le sot est dangereux et le sage est sans danger. Le sot apporte le désastre et le sage n'apporte aucun désastre. Le sot apporte le péril et le sage n'apporte aucun péril. Bhikkhous, il n'y a pas de danger [qui soit dû] au sage, il n'y a pas de désastre [qui soit dû] au sage, il n'y a pas de péril [qui soit dû] au sage.

“tasmātiha, bhikkhave, evaṃ sikkhitabbaṃ: ‘yehi tīhi dhammehi samannāgato bālo veditabbo te tayo dhamme abhinivajjetvā, yehi tīhi dhammehi samannāgato paṇḍito veditabbo te tayo dhamme samādāya vattissāmā’ti. evañhi vo, bhikkhave, sikkhitabban”ti.

C'est pourquoi, bhikkhous, vous devriez vous entraîner ainsi: 'Nous nous déferons des trois états pourvu desquels on est reconnu comme un sot,{n} et nous entreprendrons et observerons les états pourvu desquels on est reconnu comme un sage.' Voici, bhikkhous, comment vous devriez vous entraîner.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.