AN 2.135
Appasādanīya Sutta
— Qui devraient susciter la méfiance —

Nous sommes ici encouragés à ne pas placer notre confiance à la légère.




Pāḷi



Dvīhi, bhikkhave, dhammehi samannāgato bālo abyatto asappuriso khataṃ upahataṃ attānaṃ pariharati, sāvajjo ca hoti sānuvajjo ca viññūnaṃ, bahuñca apuññaṃ pasavati. Katamehi dvīhi? Ananuvicca apariyogāhetvā appasādanīye ṭhāne pasādaṃ upadaṃseti, ananuvicca apariyogāhetvā pasādanīye ṭhāne appasādaṃ upadaṃseti. Imehi kho, bhikkhave, dvīhi dhammehi samannāgato bālo abyatto asappuriso khataṃ upahataṃ attānaṃ pariharati, sāvajjo ca hoti sānuvajjo ca viññūnaṃ, bahuñca apuññaṃ pasavatī.

Français



Doué de deux choses, bhikkhous, une mauvaise personne, sotte et incompétente, s'entretient dans un état de déracinement, détériorée, elle est répréhensible, critiquée par les hommes de connaissance, et elle accumule beaucoup de dé·mérite. Quelles sont ces deux? Sans avoir investigué, sans avoir examiné, il place sa confiance en des matières qui devraient susciter la méfiance, et sans avoir investigué, sans avoir examiné, il est méfiant vis-à-vis de matières qui devraient susciter la confiance. Doué de ces deux choses, bhikkhous, une mauvaise personne, sotte et incompétente, s'entretient dans un état de déracinement, détériorée, elle est répréhensible, critiquée par les hommes de connaissance, et elle accumule beaucoup de dé·mérite.

Dvīhi, bhikkhave, dhammehi samannāgato paṇḍito viyatto sappuriso akkhataṃ anupahataṃ attānaṃ pariharati, anavajjo ca hoti ananuvajjo ca viññūnaṃ, bahuñca puññaṃ pasavati. Katamehi dvīhi? Anuvicca pariyogāhetvā appasādanīye ṭhāne appasādaṃ upadaṃseti, anuvicca pariyogāhetvā pasādanīye ṭhāne pasādaṃ upadaṃseti. Imehi kho, bhikkhave, dvīhi dhammehi samannāgato paṇḍito viyatto sappuriso akkhataṃ anupahataṃ attānaṃ pariharati, anavajjo ca hoti ananuvajjo ca viññūnaṃ, bahuñca puññaṃ pasavatī.

Doué de deux choses, bhikkhous, un homme de bien, sage et compétent, s'entretient dans un état ferme, non-détérioré, il est irréprochable, n'est pas critiqué par les hommes de connaissance, et il accumule beaucoup de mérite. Quelles sont ces deux? Après avoir investigué, après avoir examiné, il est méfiant vis-à-vis des matières qui devraient susciter la méfiance, et après avoir investigué, après avoir examiné, il place sa confiance en des matières qui devraient susciter la confiance. Doué de ces deux choses, bhikkhous, un homme de bien, sage et compétent, s'entretient dans un état ferme, non-détérioré, il est irréprochable, n'est pas critiqué par les hommes de connaissance, et il accumule beaucoup de mérite.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
---

Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.