AN 1.21 à 1.30
Akammaniya Vagga
— Rétif —
[ a-: négation | kammanīya: maniable, malléable ]

Notre esprit peut être l'instrument de notre bonheur comme celui de notre malheur. Tout dépend si on décide de le travailler ou non.




Pāḷi



21. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ abhāvitaṃ akammaniyaṃ hoti yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, abhāvitaṃ akammaniyaṃ hotī”ti.

Français



21. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle n'est pas dveloppée, est aussi rétive que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il n'est pas développé, est rétif.

22. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ bhāvitaṃ kammaniyaṃ hoti yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, bhāvitaṃ kammaniyaṃ hotī”ti.

22. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle est dveloppée, est aussi maniable que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il est développé, est maniable.

23. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ abhāvitaṃ mahato anatthāya saṃvattati yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, abhāvitaṃ mahato anatthāya saṃvattatī”ti.

23. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle n'est pas dveloppée, mène à un aussi grand préjudice que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il n'est pas développé, mène à un grand préjudice.

24. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ bhāvitaṃ mahato atthāya saṃvattati yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, bhāvitaṃ mahato atthāya saṃvattatī”ti.

24. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle est dveloppée, mène à un aussi grand bienfait que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il est développé, mène à un grand bienfait.

25. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ abhāvitaṃ apātubhūtaṃ mahato anatthāya saṃvattati yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, abhāvitaṃ apātubhūtaṃ mahato anatthāya saṃvattatī”ti.

25. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle n'est pas dveloppée, lorsque [ses potentiels] ne sont pas rendus manifestes, mène à un aussi grand préjudice que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il n'est pas développé, lorsque [ses potentiels] ne sont pas rendus manifestes, mène à un grand préjudice.

26. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ bhāvitaṃ pātubhūtaṃ mahato atthāya saṃvattati yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, bhāvitaṃ pātubhūtaṃ mahato atthāya saṃvattatī”ti.

26. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle est dveloppée, lorsque [ses potentiels] sont rendus manifestes, mène à un aussi grand bienfait que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il est développé, lorsque [ses potentiels] sont rendus manifestes, mène à un grand bienfait.

27. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ abhāvitaṃ abahulīkataṃ mahato anatthāya saṃvattati yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, abhāvitaṃ abahulīkataṃ mahato anatthāya saṃvattatī”ti.

27. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle n'est pas dveloppée, lorsqu'elle n'est pas cultivée, mène à un aussi grand préjudice que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il n'est pas développé, lorsqu'il n'est pas cultivé, mène à un grand préjudice.

28. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ bhāvitaṃ bahulīkataṃ mahato atthāya saṃvattati yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, bhāvitaṃ bahulīkataṃ mahato atthāya saṃvattatī”ti.

28. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle est dveloppée, lorsqu'elle est cultivée, mène à un aussi grand bienfait que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il est développé, lorsqu'il est cultivé, mène à un grand bienfait.

29. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ abhāvitaṃ abahulīkataṃ dukkhādhivahaṃ hoti yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, abhāvitaṃ abahulīkataṃ dukkhādhivahaṃ hotī”ti.

29. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle n'est pas dveloppée, lorsqu'elle n'est pas cultivée, apporte autant de mal-être que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il n'est pas développé, lorsqu'il n'est pas cultivé, apporte le mal-être.

30. “nāhaṃ, bhikkhave, aññaṃ ekadhammampi samanupassāmi yaṃ evaṃ bhāvitaṃ bahulīkataṃ sukhādhivahaṃ hoti yathayidaṃ, bhikkhave, cittaṃ. cittaṃ, bhikkhave, bhāvitaṃ bahulīkataṃ sukhādhivahaṃ hotī”ti.

30. Bhikkhous, je ne vois aucune autre chose qui, lorsqu'elle est dveloppée, lorsqu'elle est cultivée, apporte autant de bien-être que l'esprit. L'esprit, bhikkhous, lorsqu'il est développé, lorsqu'il est cultivé, apporte le bien-être.





Bodhi leaf


Traduction proposée par Rémy.

———oOo———
Publié comme un don du Dhamma,
pour être distribué librement, à des fins non lucratives.
Le traducteur n'est pas un expert en Pali, et afin d'éviter toute erreur se réfère à des traductions déjà existantes; il espère néanmoins que les erreurs qui peuvent se glisser dans la traduction ne sont que minimes.


Creative Commons License
Ce travail est sous une License Internationale Creative Commons 4.0
avec Attribution, Usage non-commercial et Partage sous mêmes conditions
.